A lire deux commentaires pris chez Lupus

En ces temps ou les tendances fascisantes qui ne faisaient que sommeiller  se réveillent, me revient ce que disait Georges Brassens:
« je traverse dans les passages cloutés rien que pour ne pas avoir affaire à la maréchaussée »
Le choix de Georges était-il le bon? Je laisse ceci à votre réflexion personnelle.
Mais je conseille aussi d’écouter Jean Ferrat.
Je ne vous dis pas ce que je pense, mais sachez que moi je n’ai jamais pardonné aux Allemands et que je crois que l’homme est un loup pour l’homme et que dans ces periodes, on le constate, on le voit et on le vit. On vous éduque pour vous le faire oublier.
Ne réprimez pas les sentiments qui vous submergent, les bouffées qui vous montent elles font de vous des Hommes. …Elles sont le signe que vous êtes encore vivants. Authentiquement vivants, pas dans la soumission et la mêmitude.
Ne laissez pas les autres se servir de vous comme d’un marche-pied ou d’un pavois.
La dignité, la fierté cela se cultive, cela s ‘entreteint.
Et souvenez vous.


Jocker

Aujourd’hui lors d’un déplacement exceptionnel et impérativement nécessaire avec mon Ausweiss daté et signé :
Contrôle de la Gendarmerie au rond point en sortie d’Autoroute, contrôle effectif de la présence de L’Ausweiss signé et en règle à Bord du véhicule, ce contrôle est organisé sur 2 files d’attentes parallèles, TOUT le Rond point est bouclé façon « Check Point » .
Moyens déployés : (5 voitures de la gendarmerie + 2 motos) soit un vingtaine de gendarmes, tous armés revolver à la ceinture + L’un d’entre eux avec 1 long fusil mitrailleur d’assaut à l’horizontale sur le ventre en stand-by avec la main juste dessus au cas où…
+ 1 gendarmette version « Très motivée », à savoir : Revolver Réel au poing « en Live » le doigt sur la gachette, ses yeux fixant intensément mon regard tel des poignards, après que j’eu simplement regardé, surpris, son Colt durant 2 secondes…
Je remet mon masque immédiatement….
Une impression de mal à l’aise vient soudain, c’est trop fort pour un « contrôle ordinaire » de simples citoyens…
Puis c’est à mon tour : contrôle par le gendarme de (mon Ausweiss rempli + ma CNI pour vérification) à poser sous le pare brise pour éviter tout contact direct par le gendarme.
puis le gendarme me questionne sur le fond réel du motif de mon déplacement coché sur l’Ausweiss… Puis OK c’est bon il accepte de me laisser passer …
Quelques minutes plus tard sur le parking du magasin : sentiment d’une pression lourde, continue et pesante, inquiétude sourde : Ces personnages portent l’uniforme des « gendarmes classiques » que l’on connait tous, mais cette fois ils se comportent « En Soldats » au service du Pouvoir d’État ….
Je finis par me demander si notre pays ne bascule discrètement pas vers un Système de type « URSS »… A moins que nos dirigeants aient envie de faire peur à la population…
Donc, Non Mr HOUELLEBECQ, je maintiens :
» Plus RIEN désormais ne sera comme avant », ça va changer au quotidien, et nous n’avons pas encore tout vu de ce que « nos Maitres » nous réservent….

J’aime

5 Recommandations
    • j’ai eu les mêmes en couleur, la mise en joue en plus !

      J’aime

      baretous

      Tout a fait d’accord.

      Même dans les coins les plus reculés ils se sont comportés comme des fumiers. dans ma rue ( plus un chemin qu’une rue)c’est une mémé de 76 ans qui en claudiquant allait rejoindre à 150 m( cent cinquante metres) le hangar de son fils pour aller voir ses vaches .

      Un équipage de trois dont encore une fraiche gendarmette ne connaissant rien au monde rural.
      Pendant ce temps à Ales un truand tué par balles à droit a un enterrement religieux à la mosquée sous les yeux de la gendarmerie qui ne dit mot….
      ça va forcément bien finir…….
      Je trouve Houellebeck tres optimiste pour le coup.

      J’aime

      1 Vote

Votre commentaire

13 réflexions sur “A lire deux commentaires pris chez Lupus

  1. Je pense qu’aujourd’hui nous sommes tous obligés d’aller au-delà du strictement politique.
    Toutes les barrières vont sauter, et dans tous les sens.
    Nous allons tous devoir nous recentrer sur des valeurs profondes et non sur des étiquettes, du prêt à penser plus ou moins idéologique.
    L’obligation vitale de sortir de la matrice va nous valoir de fortes inimitiés y compris dans nos lieux naturels ou acquis d’appartenance.
    Il va être de plus en plus difficile de dialoguer en profondeur dans nos familles, par exemple, avec nos amis, avec nos relations de travail.
    Le Grand Diviseur est déjà à l’oeuvre.
    A chacun de trouver de nouveaux interlocuteurs, de nouveaux référents, de nouveaux alliés.
    Nous rentrons dans une épreuve à laquelle nous ne sommes pour la plupart pas du tout préparés, avec l’injonction de rentrer dans le troupeau (et mourir).
    Et notre conscience (ou notre inconscient vital) nous dit de choisir la vie.
    Je ne partage pas certains éléments de pensée de votre blogue, mais par contre je partage totalement cette volonté inébranlable de lutter, de faire fonctionner nos neurones, de décrypter, de remonter loin, de faire jaillir ce qui est vital contre les forces de mort, d’accepter, et même de susciter, de provoquer le débat, la diversité des opinions, y compris et surtout provocatrices. Vous avez créé un lieu important pour nous, je dirais même pour notre santé mentale.
    Pour ma part, qui suis profondément catholique, je suis complètement soufflé de voir comment le mondialisme maçonnique a réussi à infiltrer l’Eglise jusqu’au plus haut (le pseudo-pape François) et comment celle-ci se met maintenant majoritairement au service de l’esclavage organisé par l’ONU, de l’OMS, de la vaccination-surveillance universelle, de l’asservissement aux pouvoirs (cf ce qui se passe en Chine, où Bergoglio a carrément livré les dissidents aux communistes). Et de voir comment les catholiques français se soumettent à l’ordre hygiénico-totalitaire établi sans sourciller.
    En d’autres termes, mon « appartenance » vole en éclats.
    Je vais devoir (j’ai commencé il y a longtemps à vrai dire…), comme beaucoup d’autres, aller vers ce qui résiste, quelle que soit sa couleur, et je pense que c’est une chance à saisir. Exactement comme lorsque, il y a 80 ans, certains de nos aïeux sont entrés dans le maquis et se sont découverts frères d’armes dans une grande diversité.
    Celui qui croyait et celui qui ne croyait pas.
    Nous y sommes presque. En fait, nous y sommes.

    J'aime

  2. Il me semble que les forces de l’ordre sont devenues milice dès les différentes manifs pour tous. Souvenez vous des gazages des familles avec poussettes et des gardes à vue de jeunes gens trop gentiment assis place des Invalides.

    J'aime

  3. Depuis les gilets jaunes et le changement de doctrine organisée par le gouvernement bien assisté en cela par les médias, les forces de l’ordre sont devenues officiellement et sans grande contestation de nos intellectuels la nouvelle milice française. Nous n’avons plus d’autre alternative que d’organiser la résistance car demain cette milice aux ordres tuera en toute impunité. Au delà des mots c’est notre démocratie qui est en danger car il serait hasardeux d’ avoir comme unique dernier rempart l’armée…….. Macron et les siens auront sonné le glas des Lumières. Triste sir, tristes ères tristesse infinie…..France ton âme fout le camps.

    J'aime

  4. Il y a quelqu’un qui voudrait prolonger indéfiniment l’urgence, la fermeture du pays, différant la libération de date en date, de phase en phase. Il y a quelqu’un qui s’y vautre, dans cette quarantaine, qui en profite, qui en tire avantage, à différents niveaux. Il y a quelqu’un qui, dans cette paralysie, se sent important, décisif, qui exerce le pouvoir à l’état pur, en grand ou en petit, et réduit les citoyens à des enfants, des malades et des délinquants, tous avec l’obligation de rester chez eux.

    Il y a quelqu’un qui jouit de son quart d’année de célébrité, s’arroge le droit de décider au nom de la vie et de la mort, vous permet de respirer ou non, à sa discrétion, vous retire votre liberté sans vous donner en retour la sécurité; mais cette dernière, assumez-la sur vos seules épaules, elle ne dépend que de vous, si vous vous barricadez chez vous, restez bien et séparez-vous de tout le monde. Le nouvel Hobbes décrète: Homo homini virus. Et c’est sur cette crainte qu’il fonde son pouvoir écrasant.

    Il y a quelqu’un qui voit dans cette situation la réalisation de son utopie personnelle, tous pris au piège, c’est-à-dire, pris par le réseau, attachés à une plateforme, sans plus de différences, tous égaux, peut-être avec le même revenu universel de misère, contrôlé et chinétisé comme le veut le Grand Imposteur. Si quelqu’un pouvait parler aujourd’hui au nom de la foi, il dirait que tout cela est diabolique, car diable signifie séparer, diviser.

    Il y a quelqu’un qui a peur de retourner à la vie normale parce qu’il sait que le charme se briserait, que le consensus de troupeau, automatique et effrayé, disparaîtrait, que la vie s’ouvrirait à nouveau.

    Il y a quelqu’un qui prolonge sine die la prison universelle parce qu’il sait quelles tragédies nous attendent pour le travail, la société, les familles, l’économie et rien de concret et d’adéquat n’a été préparé.

    Il y a quelqu’un qui prolonge cette condition pour épuiser les citoyens, les dévitaliser et les habituer, les intuber et les faire tout juste sortir, mais avec la menace que si vous ne vous comportez pas bien, vous retournerez à la punition. Terrorisme médiatique et sanitaire.

    « Imprésarios de la peur », vous vous souvenez? Chaque jour, chaque journal se répandait sur Salvini et la droite locale et internationale, les accusant de fonder leur consensus sur la peur. La peur des débarquements, des migrants, des Roms; les imprésarios de la peur. Comment pouvons-nous maintenant définir le gouvernement en place, ses groupes de travail (litt. task force) et tout le wagon d’experts et de communicateurs, sinon de grandes usines de la peur? Terroriser les gens pour les garder prisonniers chez eux, les priver des libertés les plus inoffensives et les plus élémentaires, leur faire subir un lavage de cerveau de masse pour les effrayer des risques qu’ils courent rien qu’à relâcher la surveillance policière que nous connaissons. Avec des interdictions insensées sur qui rencontrer et qui ne pas rencontrer, sur les lieux, les maisons, où la prudence n’est pas en cause mais n’est qu’une contrainte, Commandement. Impresarios de la terreur.

    Jamais vu autant de voitures de police et de carabiniers, envolés les problèmes de moyens, de personnel, de carburant… Au coin des rues, on voit des soldats armés de mitrailleuses qui veillent sur le dangereux peuple italien, comme s’il s’agissait de dangereux terroristes qui ont envie de sortir de chez eux.

    Vous vous barricadez dans votre maison pour le troisième mois consécutif et il vous faut subir l’agression de la télé avec cet indigne tract de propagande et de terreur des JT: « ne baissez pas la garde », « gardez la tension élevée », la prison n’est pas finie; au plus petit relâchement, une tempête de contagion arrive aussi sûrement que la mort. Et ainsi de suite, chaque reportage, chaque interview, chaque passage en studio lance un message unique et obsessionnel. Même depuis l’étranger, les nouvelles et les images sont filtrées pour nous dompter.

    Vous voyez des comités technico-scientifiques qui n’ont pas été capables de prévoir des tubes, pas même dans les prédictions les plus proches, et aujourd’hui ils nous prévoient 92 scénarios: mais parmi eux, les JT, les gouvernements, les experts complaisants, nous balancent seulement les plus horribles pour nous effrayer et nous forcer rester chez nous.

    Tout comme avant, et si vous ne vous comportez pas bien, pire qu’avant. Bandes de virologues qui, en deux mois de vitrines quotidiennes, ne se sont mis d’accord sur aucune prophylaxie et n’ont su rien faire d’autre chose que répéter le remède primitif de deux mille ans avant J.-C.: restez chez vous, loin des autres, lavez-vous les mains. Merci, on n’avait pas besoin d’eux pour nous entendre dire ce qu’une grand-mère analphabète pouvait dire. De la part des institutions, des organismes « responsables », aucune thérapie ou prévention socio-sanitaire, en plus de deux mois. Seulement un cauchemar militant, restez chez vous, on vous tire à vue, on vous surveille avec des drones et des hélicoptères genre Apocalypse now et nous le Vietcong. À la maison, faites de l’onanisme sur le virus, pour vous distraire, tournez un grand film sur la contagion: il raconte ce que vous vivez. Vous êtes déjà dans la légende, la fiction… Bravo.

    Entendons-nous. Ceux qui prescrivent et observent ces règles ne sont pas tous de mauvaise foi, certains sont vraiment convaincus et argumentent avec justesse. Il ne s’agit pas non plus de remettre en cause la nécessité de précautions, mais des précautions nécessaires et raisonnables, telles que prendre ses distances et se masquer, aller le moins possible et le plus couverts possible dans les lieux publics, peut-être vérifier l’état de santé (ce que personne ne nous a jamais fait). Mais être seul en plein air, passer isolé d’une maison à une autre ne venant d’aucune zone à risque, sortir, se baigner ou se promeener seul dans des endroits retirés, voir une personne même si ce n’est pas son conjoint, reprendre les activités professionnelles avec toutes les précautions, sont des risques calculés, qu’il faut courir si l’on ne veut pas que les dommages pour la prévention deviennent plus importants que les dommages pour la santé.

    Un manifeste signé par de nombreuses personnalités, en premier lieu Vittorio Sgarbi, a dénoncé ce régime liberticide ; une flash-mob des citoyens contre les violations de la Constitution a été fait hier matin à Bologne. Mais la loi martiale est en vigueur. Rentrez chez vous, seul, la queue entre les jambes.

    Marcello Veneziani
    La Verità, 3 mai 2020

    J'aime

  5. Merci pour ce relais de ces témoignages sidérants.

    Au regard de la politique désastreuse menée par la macronie et de la surveillance très zélée – jusqu’à l’absurde – dans les zones de droit du respect des règles de confinement, j’ai de plus en plus le sentiment que tout cela est totalement délibéré.

    Pour quelle raison ? De façon à suffisamment exaspérer le peuple pour le faire descendre massivement dans la rue et justifier ainsi le passage à l’étape d’après : la loi martiale et l’armée dans les rues…bien entendu pour notre sécurité.

    Ce n’est pas pour filmer les arbres en fleur au printemps que l’Etat a commandé 650 drones de surveillance dont certains « doivent être équipés de caméras thermiques, et retransmettre des images filmées en 4K ou en UHD à au moins trois kilomètres » !?

    « L’AEF chiffre à 300 le nombre de drones en dotation chez les gendarmes et à 110 chez la police nationale, notant que certains ont été déployés pour faire respecter le confinement à Marseille ou à Lille. La préfecture de police de Paris utilise ces équipements avec le même objectif dans la capitale, relève l’AFP ».

    Financé par un fonds européen.

    Bienvenue en Eurasia.

    https://www.zdnet.fr/actualites/le-ministere-de-l-interieur-passe-commande-de-plusieurs-centaines-de-drones-39902509.htm

    J'aime

    1. Merci Pierre, c’est effectivement très clair.
      Voici un témoignage personnel à ce sujet, avec la découverte choquante que j’arrivais dans un pays occupé : bloqués en Amérique du sud, nous sommes rentrés la semaine dernière grâce à un avion spécialement commandité par l’ambassade de France. Éloignement de deux mètres, distribution de masques, prise de température, vérification de papiers d’identité, délivrance de laissez-passer, jusqu’à ce qu’on nous empile dans un avion plein comme un œuf. A Paris CDG, nous arrivons dans un aéroport vide, contrôle de la police de l’air, puis passage de la douane sans douaniers.
      TGV pour Bordeaux St Jean. Et là, le choc : nous sommes dans un mauvais remake de film sur la deuxième guerre mondiale… Mégaphone (« préparez vos papiers »), barrières fixes, grillages, forces de l’ordre omniprésentes bloquant toute possibilité de sortie par les quais, collabos de la SNCF dirigeant la foule comme des moutons vers la police chargée de la vérification, tout y est, nous sommes à Drancy ! Les français ont bien retenu les leçons de 1940 et n’ont pas besoin d’aide extérieure.
      Depuis, je me suis confectionné un Ausweis bilingue franco-allemand en l’honneur de l’amitié indéfectible entre nos deux pays depuis 80 ans…
      Nous arrivons chez nous et nous apercevons que globalement tout le monde trouve tout ça finalement très bien, que le confinement a des vertus, qu’on voit de belles choses, qu’il faut s’habituer, être citoyen Louis calme-toi, fais confiance, ça sert à rien de s’énerver c’est pour le bien de tous et patati et patata.
      Téléphone à un ami breton retraité qui habite dans la maison où il est né, à 300 mètres de la mer : « Louis, c’est la première fois de ma vie que je ne peux pas aller au bord de la mer ni sur le chemin côtier ! Les flics vérifient tout, collent des amendes à tout contrevenant, et ont commencé une surveillance par des drones. C’est encore plus difficile d’aller sur la plage que lorsque les armées allemandes nous occupaient. Je ne comprends pas. Que se passe-t-il ?  »
      Il se passe qu’il y a deux mois, je suis parti librement d’un pays libre, et que je suis revenu dans un pays occupé. Eurasia.
      Bien écouter ce que nous dit Snowden : sauf insurrection, nous ne reverrons plus nos pays libres, c’est terminé, il n’y aura pas de retour, Manu le mondialiste, copain de Bill Gates le vaccinateur, ne lâchera rien ou presque, n’en déplaise à Michel Houellebecq. Bravo les artistes, votre manipulation a parfaitement réussi !!!

      J'aime

  6. Il faudra bien que les français, s’ils sont encore des hommes, acceptent le comportement de leurs pères qui ont su résister aux nazis pendant la deuxième guerre mondiale; si les mots honneur et patriotisme ont encore un sens.

    J'aime

    1. la seconde guerre mondiale? celle qui a debute avec la « drole de guerre » contre l’allemagne,sans offensive ni rien,puis la pilée en 3 semaines et la reddition avec la venue de petain,le heros de 14-18 qui a dit dans les mainstream medias au journal de 20h qu’il fallait collaborer avec les allemands pour le bien de l’europe? Avec tous les grands patrons qui etaient contents de la victoire de l’allemagne nazie qui allaient reprendre les droits acquis par le front populaire et remettre tous les chomeurs au boulot?
      Les hommes francais de 1940 etaient les survivants de la boucherie de 14-18 et les fils eleves sans pere. Ils savaient qu’ils n’avaient rien a gagner dans cette guerre,puisque les autorites frnacaises ne voulaient pas se battre. Ca sera pareil dans les annees a venir: rien a gagner a se battre en tant qu’homme dans ce qui va venir car tous ceux qui ont un quelconque pouvoir ne veulent qu’une chose:votre sacrifice…
      Un homme n’est tolere que tant qu’il rapporte quelque chose. Il faut le savoir et ne le donner que lorsque ca vaut le coup. Je ne vais pas me sacrifier pour des gens qui ne veulent pas se deplacer a 50% pour mettre un bout de papier dans une urne.Plutot fuir et voter avec ses pieds…

      J'aime

  7. J’ose espérer qu’une fois l’entraînement acquis sur les rond-points et dans les rues calmes aura été suffisant, nos élites policières enverront leurs troupes dans les quartiers sensibles, là où les rodéos, les attroupements, les trafics et les feux d’artifices ont lieu en toute impunité.

    J'aime

    1. Bonjour Pierre 95, il y a quelque chose d’important à peser par rapport aux « banlieues » : au moins ces gens-là ont une pulsion de vie ! Il y a quelque chose qui résiste chez eux beaucoup plus que dans nos « beaux quartiers », où c’est la peur et la pulsion de mort qui gagne tous les jours. Notre devoir, c’est de faire que la vie l’emporte, pas de nous venger parce que des gens sont finalement sauvés par leur « inculture » ou par leur refus de l’ordre établi. Voir où nous mène la formation si bien intériorisée au respect de l’ordre établi. Au totalitarisme, bien plus sûrement que dans ces zones de désordre établi et protégé.

      J'aime

      1. Votre remarque est intéressante. elle se place du point de vue des individus et de leur pulsion de vie.

        Ce n’est pas moi , qui prone le dyonisiaque c’est à dire le retour des forces de vie qui contredirait votre propos.

        Je déplore les petits morts vivants qui habitent nos sociétés.

        Je ne vous cache pas que sous cet aspêct je vais plus loin que vous, puisque je comprends et je lis les blackblocs, ces ultragauches qui ont renoncé à lutter dans le cadre des organisations zombies que sont les syndicats et les partis politiques.

        Ces ultragauches regardent les mouvements des banlieues avec sympathie, il suffit de lire les textes du Comité Invisible.

        Cependant il y a un mais .

        Ce n’est pas parce que je comprends un assasin ou un delinquant qu’en tant qu’étre social je l’approuve!

        Je le comprends en tant que personne mais cela ne m’empêche pas de considerer qu’une société doit, si elle veut survivre se protéger et meme réprimer.

        Quand on est passé de l’autre coté de la barrière de l’ordre social et que l’on a choisi d’être revolutionnaire il faut s’appuyer sur tout ce qui a de force de vie mais tant que l’on n’a pas choisi de faire la révolution on peut et on doit prendre ses distances avec les rebelles.

        Nous sommes des Janus c’est à dire que nous avons deux faces, une face être individuel et une face être social..

        Tant que nous n’avons pas choisi de nous réunifier et d’être des êtres complets, re-soudés par une pratique révolutionnaire, nous sommes tiraillés par des contradictions.

        Certains Gilets jaunes ont eu la tentation de faire alliance avec les banlieues et les blackblocs je peux vous l’assurer.

        Mais c’est conradictoire car par ailleurs les les Gilets acceptaient l’ordre établi!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s