Editorial. Le grand secret des grands prêtres de la religion capitaliste. Chut.

Le grand secret.

La base de la mystification sur laquelle reposent nos systèmes.

Dans un système capitaliste la variable clef, la seule qui compte et détermine les tendances a long terme, c’est la profitabilité du capital.

La profitabilité c’est le ratio du profit divisé par la masse de capital mise en jeu dans le système et qui prétend avoir sa part dans la production des richesses.

Je vous rappelle que le capital est un rapport social qui donne le droit de prélever une part de la production au bénéfice de celui qui est propriétaire de capital.

Cela n’a rien a voir avec les marges bénéficiaires et les taux de profit par rapport au chiffres d’affaires dont on vous dit toujours qu’ils sont élevés et même qu’ils montent.

Le taux de profit par rapport aux chiffres d’affaires occulte l’intervention du capital, il permet de faire comme si il n’existait pas.

Le taux de profit est rapporté au chiffre d’affaires alors que le taux de profitabilité lui, est rapporté au capital et les deux notions sont très différentes; on peut réaliser des chiffres d’affaires avec peu ou beaucoup de capital et on peut réaliser des profits avec peu ou beaucoup de chiffres d’affaires; il y a des activités qui nécessitent beaucoup de capital et d ‘autres qui en nécessitent très peu.

Si vous faites un gros profit avec peu de capital, comme le font les GAFAM, alors votre capital ou plutôt la contrevaleur de ce capital cotée en Bourse vaut très cher.

C’est la profitabilité de leur capital qui explique les fortunes colossales des milliardaires; pas leurs chiffres d’affaires!

La dérégulation financière et la financiarisation ont instauré la dictature de la Bourse.

La dictature de la bourse c’est la dictature du multiple cours-bénéfices, c’est en fin de compte la dictature du ratio de profit sur le capital. Mais un capital qui se réévalue chaque fois qu’il gagne plus d’argent!

C’est une vis sans fin, un vice sans fin. La hausse exige la hausse et la hausse exige toujours plus de profit. N’oubliez pas que la rentabilité/performance des investissements à notre époque n’est pas constituée par le profit de l’entreprise sous jacente mais par la hausse du cours de bourse! Bill Gates n’est pas milliardaire grâce aux profits de Microsoft mais par l’alchimie des cours de Bourse qui fait monter sa fortune et lui permet de vendre des parts de son capital toujours plus cher.

Le système a muté il n’est plus fondé sur le seul profit, il est fondé sur le profit magnifié par la bourse, multiplié par l’opération alchimique boursière. Ceci rend la dictature du profit et de la délivrance des profits attendus encore plus tyrannique, malheur à ceux qui déçoivent.

C’est une alchimie infernale qui consiste en ceci que le capitale est insatiable; quand il réalise un taux de profit supérieur il vaut plus cher, son prix boursier est plus éleve et donc celui qui est chargé de le gérer, le manager est obligé de produire encore plus de profit pour ratifier les cours de bourse et soutenir le prix atteint. C’est un système terrible. Il faut délivrer.. -deliver- par tous les moyens les profits qui sont attendus car ils sont enracinés dans les cours de bourse.

Etant entendu -je rappelle- que si le taux de profit sur le capital engagé est supérieur au taux de profit moyen ce capital fait une surcote et les cours montent et si le taux de profit réalisé est inferieur au taux moyen le capital décote et les cours baissent;

Le ratio utilisé en bourse du multiple cours bénéfice n’est rien d’autre que le ratio clef qui gouverne sans le dire le système capitaliste puisque c’est le ratio du profit par rapport au capital; ce capital étant réévalué ou dévalué en continu selon que le taux de profit est supérieur ou inférieur aux taux moyen.

Le système qui a été mis en place progressivement à partir des années 1965 n’est pas un système libéral comme les débiles de gauche le prétendent c’est un système de dictature croissante et envahissante , sans limite, du taux de profit du capital. C’est le système de l’extension du capital.

La dérégulation qui a commencé autour de 1965 comme réponse à la chute de la profitabilité du capital a en fait étendu l’emprise du système capitaliste. Elle a rendu encore plus capitaliste des secteurs qui ne l’étaient pas tout à fait. La mise en bourse de nouvelles activités économiques équivaut à les rendre plus soumises au critère du profit.

Avant la capitalisation boursière n’était que de 40% de la production nationale maintenant elle est de 200% ce qui signifie que la contrainte, la dictature du profit a été envahissante elle est tyrannique.

Ceci signifie que tout est géré en fonction de la Bourse, y compris les entreprises, la politique monétaire et la politique fiscale, la politique réglementaire, la politique tout court.

La montée de la part et du poids des bourses dans les économies est la révolution majeure, c’est elle qui a instaurée le besoin du profit maximum. Les cours, les indices, quand ils montent réclament toujours plus de profit pour se maintenir.

Et, assimilez ceci, si les cours de bourse ne se maintiennent pas le système s ‘effondre car il s’est adossé aux cours de bourse depuis 20 ans!

Son ancrage, son collatéral ultime, ce sont les cours de la Bourse, exactement comme cela été le cas lors de la Grande Experience de John Law ou on émis de la monnaie et basé le Système sur le cours des actions de la Cie des Indes et ses perspectives de profit et celles de ses avatars.

Tout le système est adossé à la bourse, tout ne tient que parce que la bourse lévite.

C’est elle qui fait tenir l’échafaudage des collatéraux du crédit et pour faire tenir cet échafaudage il faut que le crédit tienne et pour que le crédit tienne il faut toujours en produire plus, étendre et rouler le crédit et …faire monter la bourse.

Si vous ne comprenez pas cela vous ne pouvez comprendre le Système et pour quoi il est géré au profit de la bourse.

Le système n’est pas géré au profit des milliardaires, -ce n’est qu’une incidente-, il est géré au profit de l’Ogre, de la bourse.

La bourse a pris le pouvoir sans que qui que ce soit l’ait voulu et compris, rein que par sa logique qui consiste à capitaliser les taux de profitabilité du capital.

Le taux de profitabilité a tendance à chuter sans arrêt parce que la masse de capital a tendance à s’accroitre sans cesse plus vite que la masse profit dans le système et que le critère de la profitabilité a pris le dessus .

Nos systèmes sont devenus des monstres auto-destructeurs parce que l’espace central du capitalisme c’est la bourse .

Ils , les mercenaires du système, vous font croire les imbécillités du keynésianisme c’est à dire que l’activité économique est déterminée par la demande alors que l’activité économique est déterminée par l’investissement lequel est déterminé par le taux de profitabilité du capital .

La chaine de causalité est la suivante:

profitablité du capital

investissement

emploi

revenus

demande

profitabilité

investissement

etc etc et ainside suite .

Ci dessous l’évolution du taux de profit mondial estimé

Publicité

4 réflexions sur “Editorial. Le grand secret des grands prêtres de la religion capitaliste. Chut.

  1. Ce qui me rend infiniment triste c’est que nous vivons des sociétés humaines où tout n’est que mensonges, que récits, que fabrique de l’opinion, en un mot où tout ce qui est mis en avant est FAUX

    Aimé par 1 personne

  2. Notre système financier mondial n’est rien d’autre que du Madoff du bon vieux Ponzi couplé à un système pyramidal, c’est pour ça qu’ils l’ont mis en prison parce qu’il avait commis l’imprudence de dévoiler la réalité aux yeux de tous, réalité qui doit rester secrète.

    J’aime

  3. Il y a de plus en plus de profits mais ils n »arrivent pas à suivre la vitesse des cours boursiers. La contre valeur du capital en bourse est hypertrophiée. Le capital productif est phagocyté par son hologramme.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s