Document a lire Discours de Tony Blair : Après l’Ukraine, quelles leçons maintenant pour le leadership occidental ? Effrayant!

Faites confiance à Tony Blair pour ne jamais renoncer. Controler les peuples. Sa solution pour le déclin de l’Occident – doubler la puissance militaire, reconstruire des coalitions, réaffirmer les valeurs occidentales. S’engager contre la Chine sans l’affronter. La Chine peut encore changer de cap. L’Ukraine passera ; La Russie n’est pas très importante

Tony Blair Institute for global change.

Discours de Tony Blair à la conférence annuelle Ditchley, samedi 16 juillet 2022

Comme 1945 ou 1980, l’Occident est à un point d’inflexion. En 1945, l’Occident a dû créer de nouvelles institutions de gouvernance internationale, de défense et de coopération européenne à la place non pas d’une mais de deux guerres mondiales causées par des conflits entre nations européennes.

En 1980, après des années de prolifération nucléaire, nous avons cherché l’effondrement définitif de l’Union soviétique et le triomphe des valeurs démocratiques libérales.

Dans chaque cas, l’objectif de la politique étrangère occidentale était accompagné d’un objectif de politique intérieure.

En 1945, en Europe, au Royaume-Uni sous le gouvernement Attlee et aux États-Unis, c’était la construction d’un État-providence, d’infrastructures modernes, de services de santé et d’éducation pour mettre à la disposition de la grande masse de la population ce qui était jusque-là réservé à quelques privilégiés.

En 1980, ce fut la révolution Reagan/Thatcher en faveur des marchés et de l’entreprise privée et en réaction contre un pouvoir étatique naissant qui semblait freiner l’entreprise du peuple, et non la nourrir.

Être d’accord ou en désaccord avec l’un ou l’autre point d’inflexion n’est pas ce qui est important. Ce qui compte, c’est qu’il y ait eu un projet gouvernant, un plan, une façon de voir le monde qui cherchait à lui donner un sens et à faire avancer les peuples.

Dans les deux cas, au moins dans leurs propres termes, le projet a réussi. 

L’Europe est devenue pacifiée. L’Union soviétique s’est effondrée. Jusqu’au début de ce siècle, les gens ont vu augmenter leur niveau de vie et leurs salaires réels. Les choses se sont améliorées. L’Occident était fort.

En 2022, on peut raisonnablement dire ce qui suit.

 Pour une grande partie de la population occidentale, le niveau de vie stagne, des millions de personnes sont aux prises avec les nécessités de base et l’inflation devrait faire chuter les salaires réels. Si nous prenons la Grande-Bretagne, nous serons bientôt taxés plus qu’à n’importe quel moment depuis les années 1940, dépensant plus que jamais et pourtant nos services publics grincent des articulations. Le NHS, bien qu’il représente désormais 44% des dépenses quotidiennes des services publics, est à peu près à genoux.

À des degrés divers, nous pourrions faire le tour du monde occidental et constater le même schéma.

Covid a fait des ravages. Et maintenant le conflit en Ukraine.

Suite à la crise financière, nous avons évité une dépression grâce à une politique monétaire non conventionnelle et à la recapitalisation des banques. Il n’y avait pas d’alternative réaliste, mais cette politique a faussé nos économies, récompensant ceux qui avaient des actifs, pénalisant ceux qui n’en avaient pas et s’est accompagnée d’austérité, réduisant les services dont dépendaient les plus pauvres de la société.

La conséquence politique au cours des 15 dernières années a été le populisme rampant. Les partis traditionnels ont vu une nouvelle génération de militants prendre le relais, bousculant la politique conventionnelle et rejetant la responsabilité de la condition du peuple sur les « élites ». La droite est devenue nationaliste, mettant autant l’accent sur les questions culturelles qu’économiques ; la gauche à un mélange de pouvoir d’État à l’ancienne comme réponse à l’inégalité et de politique identitaire comme nouveau radicalisme. Mais de nouveaux partis ont également vu le jour, certains verts, d’autres centristes, d’autres aux extrêmes de la gauche et de la droite.

La politique occidentale est en ébullition – plus partisane, laide, improductive ; et alimentée par les réseaux sociaux.

Cela a eu des conséquences sur la politique étrangère. Récemment, un dirigeant m’a décrit son désespoir d’essayer de trouver une cohérence à l’engagement américain dans le monde. Caractérisant les administrations Bush, Obama, Trump et maintenant Biden, il a dit : « trop ; trop petit; trop bizarre; trop faible ». J’ai repoussé. Je pense que la caractérisation est vraiment injuste. Dans le cas de chaque président, il y a eu des réalisations importantes, plus récemment dans le ralliement de soutien du président Biden à l’Ukraine. Mais ce qu’il voulait vraiment dire, je pense, c’est que ceux qui traitent avec l’Amérique aujourd’hui estiment que la politique intérieure américaine domine la politique extérieure d’une manière destructrice de la cohérence des politiques, une analyse malheureusement partagée par ceux qui ne sont pas nos amis.

L’effet de tout cela est que, pour notre propre peuple, la politique intérieure semble dysfonctionnelle ; et pour le monde extérieur, la politique étrangère semble imprévisible. Ni l’un ni l’autre n’aide la cause de la démocratie occidentale.

Après dix ans en tant que premier ministre britannique, et maintenant 15 ans d’expérience de travail avec des gouvernements du monde entier, j’ai appris une chose. Tout est question d’efficacité. Que ce soit en démocratie ou non. C’est ce qui soutient les dirigeants et les systèmes ou les sape.

Le défi de la démocratie est l’efficacité. Le discours politique parle souvent de transparence, d’honnêteté, d’authenticité. Ces choses sont importantes. Mais ils ne battent pas la livraison. En fin de compte, la raison pour laquelle Boris Johnson est tombé n’était pas simplement l’indignation suscitée par le «partygate», mais l’absence de plan pour l’avenir de la Grande-Bretagne. Lorsque l’authenticité s’est effondrée, il ne restait plus rien de substantiel pour se battre.

Note BB: remarquez bien ce que Blair considère comme important, ce n’est aucune qualité de la démocratie, c’est « l’efficacité » !Iil ne se pose pas la question des buts ou du contenu de l’efficacité , l’efficacité est un en-soi , elle préexiste et elle mesurée par les élites dont Blair fait aprtie. Nous sommes au coeur de la dérive de nos systèmes et du Grand Reset . Les élites définissent l’efficacité elles en a ssurent la bonne réalisation, il n’y a nul besoin de de transparence, d’honnêteté ou d’authenticité. C’est une autre definition du Macronisme. Voila pourquoi il faut se battre contre eux, les battre!

Aujourd’hui, la démocratie occidentale a besoin d’un nouveau projet. Quelque chose qui donne une direction, inspire l’espoir, il faut offrir une explication crédible de la façon dont le monde change et comment nous y réussissons.

En politique intérieure, je pense qu’il s’agit avant tout d’exploiter la révolution technologique. C’est le plus grand changement dans le monde réel qui se produit. Cela va tout perturber. Cela devrait perturber le fonctionnement du gouvernement. C’est l’équivalent au XXIe siècle de la révolution industrielle du XIXe siècle. C’est la seule solution que je vois à la faible croissance et à la faible productivité et donc à l’élévation du niveau de vie ; le seul moyen d’améliorer les services tout en réduisant les coûts, par exemple dans le domaine de la santé ; la seule réponse au changement climatique si nous voulons maintenir le développement tout en réduisant les émissions.

Note BB remarquez au passage la baisse des couts de santé par la technologie, c’est l’un de leurs grands projets. la santé connectée.

Le problème est que la politique de droite et de gauche du XXe siècle ne correspond pas vraiment à cela; et les politiciens, plus familiers avec la politique des griefs, la trouvent trop « technocratique » et en tout cas trop difficile à comprendre.

Mais si nous recherchons le projet global de gouvernance moderne,il faut inclure la révolution technologique, accéder à ses vastes opportunités et atténuer ses risques incontestables, c’est ça.

Heureusement, dans le domaine technologique, la Grande-Bretagne est bien placée. Mais il faut que la politique la place sur le devant de la scène. Et le débat actuel à la direction des conservateurs autour des « réductions d’impôts », vraisemblablement à opposer aux travaillistes en tant que parti « taxer et dépenser », a un air déprimant des années 1980.

Pour la politique étrangère, l’Ukraine doit devenir un pivot qui ravive notre sens de la mission.

Non seulement à cause de la Russie, mais à cause de ce que cela signifie à l’égard de la Chine.

Le conflit en Ukraine, où une nation européenne pacifique et démocratique a fait l’objet d’un acte d’agression brutal et injustifié, dans le but explicite de supprimer sa liberté de choisir sa propre voie, sous le prétexte absurde qu’elle menaçait d’une manière ou d’une autre l’agresseur, dont le chef croit en une interprétation excentrique de l’histoire russe délégitimant la nationalité ukrainienne a, pour les connaisseurs occidentaux de la politique étrangère, été comme un seau d’eau très froide jeté sur la tête de quelqu’un assis dans un café lisant tranquillement son journal.

La première réaction à l’invasion de l’Ukraine est le choc : la mort et la destruction horribles et inutiles.

Mais après le choc vient la prise de conscience : c’est le bouleversement de notre croyance en la rationalité des grandes nations. Oui, les terroristes se comportent comme ça. Parfois, des nations lointaines dans des endroits lointains se combattent. Mais c’est un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. La nation avec la plus grande masse terrestre au monde. Dont le chef se mêle aux autres dirigeants des grands pays à peu près sur un pied d’égalité.

On peut citer la Crimée en 2014 ou la Géorgie en 2008 et dire qu’on a été prévenu. Mais la vérité est que cela – une guerre à grande échelle menée pour subjuguer toute une nation européenne démocratique – était inattendu parce qu’il est d’une nature que nous pensions inconcevable.

Il y a six mois, l’idée que Poutine puisse envahir les États baltes, la Suède ou la Finlande aurait été rejetée comme fantastique. Maintenant, pour une bonne raison, les dirigeants de ces pays savent qu’ils ont besoin de l’OTAN.

Au début du conflit, j’ai plaidé pour une double stratégie pour l’Ukraine : autant de soutien militaire que nous pouvions apporter à moins de rejoindre directement le combat plus les sanctions les plus sévères ; mais pour que la stratégie militaire puisse créer le levier d’une solution négociée, bien sûr à des conditions acceptables pour l’Ukraine et son peuple. Je préconise toujours cette approche.

La question est de savoir ce que signifie l’Ukraine pour la politique étrangère occidentale au sens large. Il y a quelques années, de nombreuses personnes en Occident se sont même interrogées sur la nécessité d’une chose appelée «politique occidentale». Cela sonnait pour certains provocateur, voire agressif, surtout après la chute du mur de Berlin et après le 11 septembre. L’Ukraine a largement supprimé cette requête.

Cependant, le plus grand changement géopolitique de ce siècle viendra de la Chine et non de la Russie. Nous arrivons à la fin de la domination politique et économique occidentale. Le monde va être au moins bipolaire et peut-être multipolaire.

La Chine est déjà la deuxième superpuissance mondiale. La Russie a cependant une puissance militaire importante, comme l’a révélé l’Ukraine, également une certaine faiblesse militaire. Mais son économie fait 70 % de la taille de celle de l’Italie.

La puissance de la Chine est à un tout autre niveau. Elle compte plus de 1,3 milliard d’habitants : bien plus que la population combinée de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Son économie est proche de la parité avec celle des États-Unis. Au cours des deux dernières décennies, il a poursuivi un engagement actif et fructueux avec le monde, établissant des liens à l’égard desquels, comme je peux en témoigner, il y a une profonde réticence, même de la part des alliés américains traditionnels, à céder.

Il a une civilisation ancienne, l’une des cultures prééminentes, et un peuple de plus en plus instruit et prospère.

Ainsi, la place de la Chine en tant que superpuissance est naturelle et justifiée. Ce n’est pas l’Union soviétique.

Cependant, ces derniers temps, le président Xi a rétabli le pouvoir suprême du parti communiste, n’a pas caché son mépris pour la « décadence » occidentale, ni son admiration personnelle pour le président Poutine et son genre de leadership. Il a l’intention de rester au pouvoir pendant au moins une autre décennie et son ambition claire et non dissimulée est de remettre Taiwan sous le contrôle de Pékin. Hong Kong est la preuve de ce que cela signifie. Il est donc pratiquement impossible de penser que Taïwan reviendra volontairement, d’où la crainte que la Chine n’utilise la force plutôt que la persuasion.

De plus, la Chine a maintenant rattrapé l’Amérique dans de nombreux domaines technologiques et pourrait la surpasser dans d’autres.

Ce nouveau point d’inflexion est qualitativement différent de 1945 ou 1980. C’est la première fois dans l’histoire moderne que l’Orient peut être à égalité avec l’Occident. Et aux deux autres points d’inflexion, la démocratie occidentale était essentiellement ascendante.

Ce n’est pas vrai pour 2022. Ou du moins pas clair.

L’importance de l’Ukraine, c’est qu’elle clarifie. À la suite des actions de Poutine, nous ne pouvons pas compter sur les dirigeants chinois pour qu’ils se comportent d’une manière que nous considérerions comme rationnelle.

Ne vous méprenez pas. Je ne dis pas à court terme que la Chine tenterait de prendre Taiwan par la force.

Mais nous ne pouvons fonder notre politique sur la certitude que ce ne sera pas le cas. Et même en laissant de côté Taïwan, la réalité est que la Chine sous la direction de Xi est en concurrence pour l’influence et le fait de manière agressive.

La Chine ne sera pas seule. Elle aura des alliés. La Russie maintenant à coup sûr. Peut-être l’Iran. Mais dans le monde entier, il attirera les nations vers lui, comme les divisions mises en évidence au G20 sur l’Ukraine devraient nous l’enseigner. Parfois par intérêt. Parfois par aversion pour l’Occident. Parfois parce que les dirigeants partagent la propension au modèle antidémocratique. Parfois, les nations ne seront entraînées qu’en partie. Mais la Chine rivalisera non seulement pour le pouvoir, mais contre notre système, notre façon de gouverner et de vivre.

Au moins pour l’instant. Et c’est une qualification cruciale.

Je suis favorable à une politique vis-à-vis de la Chine que j’appelle « force plus engagement ». Nous devons être suffisamment forts pour faire face à tout ce que la disposition future de la Chine nous réserve, afin de maintenir notre système et ses valeurs. Mais nous ne devons pas rechercher un « découplage » complet ou fermer les lignes d’interaction ou de coopération. Nous sommes lucides mais pas hostiles.

Nous devrions montrer qu’avec des attitudes chinoises différentes envers nous, viennent des attitudes différentes de nous ; que nous acceptions le statut de la Chine en tant que puissance mondiale ; que nous respectons la culture chinoise et son peuple.

La Chine devrait toujours avoir matière à réflexion. Elle n’a pas un système politique monolithique comme la Russie. Xi obtiendra son mandat renouvelé. Mais il n’est pas invincible. Et comme sa politique Covid l’a montré, le leadership de l’homme fort comporte une faiblesse inhérente lorsque les gens craignent de contester ce qui devrait être contesté.

Nous devons être ouverts à la possibilité que la Chine change. Mais assez solide pour le supporter si ce n’est pas le cas.

Pour cela, l’Occident a besoin de stratégie. Aucun projet n’aboutit sans elle. Poursuivi avec coordination, engagement et compétence.

Le partenariat transatlantique entre l’Europe et l’Amérique est crucial. Mais il lui faut du contenu et de la vigueur. Avec nos principaux alliés parmi les pays développés comme le Japon, le Canada et l’Australie, et ceux du monde en développement, en particulier au Moyen et en Extrême-Orient, nous devons nous mettre d’accord sur nos objectifs. Et respectez-les. Les États-Unis dirigeront mais doivent impliquer des alliés dans la formulation et l’exécution de la politique.

Nous avons besoin de dirigeants politiques prêts à résister aux pressions politiques intérieures.

Il y a souvent une délimitation grossière faite entre la politique étrangère « realpolitik » – fondamentalement sans principes et la politique étrangère « axée sur les valeurs » – celle poursuivie par les honnêtes gens.

Mais les valeurs ne peuvent être protégées que si nous sommes assez forts pour vaincre ceux qui s’y opposent. La force ne vient pas d’un vœu pieux mais d’une appréciation intransigeante de la réalité.

Les gouvernements ne sont pas des ONG. Les dirigeants n’écrivent pas de commentaires; ils élaborent la politique.

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Nous devons augmenter les dépenses de défense et maintenir la supériorité militaire. Les États-Unis ont encore de loin l’armée la plus grande et la mieux équipée du monde. Mais elle, et nous, devrions être suffisamment supérieures pour faire face à toute éventualité ou type de conflit et dans tous les domaines. Les Américains rattrapent rapidement leur retard en matière de capacité de missiles hypersoniques ; mais le fait qu’ils en aient besoin devrait nous apprendre une leçon.

La cybersécurité est la nouvelle frontière de la défense. Elle exige une réponse coordonnée à l’échelle mondiale.

Deuxièmement, l’Occident a été lamentable dans l’espace du « soft power » ces dernières années, même si, heureusement, il y a des indications que l’administration Biden corrige sa trajectoire. Je le vois continuellement avec mon Institut travaillant dans toute l’Afrique et en Asie du Sud-Est. Non seulement la Chine, mais la Russie, la Turquie et même l’Iran ont déversé des ressources dans le monde en développement et se sont solidement enracinés dans les sphères de la défense et de la politique. Pendant ce temps, l’Occident et les institutions internationales qu’il contrôle ont été bureaucratiques, sans imagination et souvent politiquement intrusifs sans être politiquement efficaces.

Pourtant, nous avons une belle opportunité. Les pays en développement préfèrent les entreprises occidentales. Ils sont beaucoup plus sceptiques à l’égard des contrats chinois qu’il y a dix ans. Ils admirent le système occidental plus que nous ne le pensons.

Mais nous devons rendre nos institutions et nos gouvernements plus agiles, plus réactifs aux besoins réels des pays et nous coordonner. Un seul exemple : dans la région du SAHEL, attend la prochaine explosion de l’immigration et de l’extrémisme. Nous devrions nous préparer maintenant pour l’empêcher.

La population de l’Afrique doublera au cours des 30 prochaines années alors que celle de la Chine décline. Nous devrions aider la nouvelle génération de dirigeants africains à croître durablement, à réformer l’agriculture afin que les pays disposant de vastes terres arables ne soient pas en situation d’insécurité alimentaire, à transformer et à valoriser les produits qu’ils possèdent en abondance.

L’annonce par le G7 d’un « partenariat pour l’infrastructure et l’investissement mondiaux » de 600 milliards de dollars est une réponse bienvenue mais tardive à l’OBOR de la Chine.

Covid-19 a stimulé d’énormes progrès dans la science médicale. Il y aura bientôt le lancement de la campagne « One Shot » pour s’assurer que la nouvelle génération de vaccins et d’injectables pour des maladies comme le paludisme, la tuberculose, la dengue et même le VIH/sida soit mise à la disposition du monde en développement et d’ailleurs. Des millions de vies pourraient être sauvées. L’Occident devrait le diriger.

Nous ne devons pas abandonner le leadership au Moyen-Orient. Cela n’a rien à voir avec le pétrole. Ou même la sécurité au sens étroit du travail avec des alliés pour contrecarrer des actes de terreur planifiés. Le mouvement de modernisation qui balaie la région – dont le large soutien régional est amplement démontré par le sondage de mon Institut publié plus tôt dans la semaine – est extrêmement important pour notre sécurité à long terme. Les accords d’Abraham auxquels j’ai participé sont la preuve que le Moyen-Orient est en train de changer. C’est littéralement le dernier moment pour y renoncer.

L’Occident a quelques grandes institutions de soft power culturel, comme le British Council et la BBC. Nous devrions les soutenir.

Nous devons continuer à mener le débat sur le climat.

Et, comme vous vous attendez à ce que je le dise, nous devons être des leaders en matière de technologie. Le Conseil du commerce et de la technologie entre les États-Unis et l’UE pourrait devenir un mécanisme efficace d’élaboration des politiques collectives.

Nous devons veiller à ce que les préoccupations légitimes concernant la confidentialité des données et les abus technologiques n’entravent pas l’innovation ou ne nous perdent pas notre avantage concurrentiel. Une approche commune de la réglementation serait utile.

Il existe de bonnes raisons politiques pour les pays proches de la délocalisation, de la relocalisation et même de la délocalisation d’amis, pour la sécurité des chaînes d’approvisionnement. Mais si nous laissons cela se transformer en une poussée générale contre la mondialisation, en faveur du protectionnisme, cela nous fera du mal.

Nous devons faire preuve de persévérance – d’engagement – ​​même lorsque c’est difficile. Même quand ce n’est pas populaire. C’est une leçon du retrait de l’Afghanistan et, dans une certaine mesure, de l’engagement réduit avec l’Irak et la Libye.

Cet engagement doit englober nos alliés. Si nous avons des désaccords sur les droits de l’homme, nous devons le dire, mais cela ne doit pas nous empêcher de les soutenir lorsqu’ils sont confrontés à des menaces qui nous sont communes à tous.

L’Inde – qui pourrait et devrait atteindre le statut de superpuissance et qui est la plus grande démocratie du monde – doit être maintenue à l’intérieur et à l’intérieur de nos priorités et de notre réflexion. L’établissement de relations solides avec des pays émergents comme l’Indonésie est essentiel.

Les gens du monde entier ont besoin de voir que nous savons ce que nous faisons. Que nous avons une stratégie. Que nous opérons selon un plan façonné non pas par le dernier fil Twitter, mais par une profonde emprise politique.

Même si nous sommes dirigés par l’Amérique, nous avons tous notre rôle à jouer. Je ne vais pas provoquer d’agonie en parlant de Brexit, mais il est urgent que le Royaume-Uni reconstruise une relation sensée avec l’Europe, qui nous permette de travailler ensemble dans notre intérêt mutuel avec les autres nations du continent auquel nous appartenons et en harmonie avec les États-Unis leadership.

C’est le projet de politique étrangère de la démocratie occidentale dans la troisième décennie du 21e siècle : protéger nos valeurs et notre mode de vie à l’ère de la Chine non pas en train de monter, mais de monter.

Comme 1945 ou 1980, on peut réussir. L’une des leçons de mon temps passé dans le monde depuis que j’ai quitté mes fonctions, c’est qu’en fin de compte, l’esprit humain veut être libre – et cet esprit est inébranlable.

Après tout, c’est ce qui motive le brave peuple ukrainien à subir un tel chagrin. Ils le font parce qu’ils savent que la liberté vaut la peine d’être défendue. Leur péril devrait nous éveiller au nôtre. Les anciennes hypothèses se sont désintégrées. Le monde avance à son rythme et il ne nous attendra pas.

Ce point d’inflexion est, à certains égards, plus grave que ceux de 1945 ou 1980. Nous avons besoin d’organisation, de poids intellectuel, d’une concentration soutenue, d’un sens d’un objectif commun et d’une stratégie partagée pour y parvenir.

Mon dernier point : cela n’arrivera que si nous guérissons notre propre politique. Comment la Grande-Bretagne a-t-elle jamais atteint un point où Nigel Farage et Jeremy Corbyn sont venus pour une période courte mais conséquente pour façonner notre politique ? Ou l’Amérique à un endroit où le fait d’avoir été vacciné dénotait une allégeance politique ?

La folie de notre propre politique doit cesser. Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de nous adonner à la fantaisie. Il faut remettre la raison et la stratégie en selle. Et nous devons le faire de toute urgence.

Auteur

Tony Blair

Ancien Premier ministre de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et président exécutif du Tony Blair Institute for Global Change

Publicité

5 réflexions sur “Document a lire Discours de Tony Blair : Après l’Ukraine, quelles leçons maintenant pour le leadership occidental ? Effrayant!

  1. Bonjour M. Bertez

    T.B dit là:
    « La folie de notre propre politique doit cesser. Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de nous adonner à la fantaisie. Il faut remettre la raison et la stratégie en selle. Et nous devons le faire de toute urgence. »
    et ici: »… nous ne pouvons pas compter sur les dirigeants chinois pour qu’ils se comportent d’une manière que nous considérerions comme rationnelle. »

    Bref , en résumé de ses propos : des fous fantaisistes se méfient de gens dont le comportement leur semble irrationnel……
     » Va comprendre Charles! » (André Pousse)

    Il y a une excellente série britannique intitulée Slow Horses, dans laquelle Antoine Tarin (Tony Blair en français) serait tout indiqué pour jouer le rôle du chef de bureau.

    Cordialement

    J’aime

  2. « Nous avons besoin de dirigeants politiques prêts à résister aux pressions politiques intérieures » : les cons, ça ose tout ! Par contre, il ne s’agit pas de résister aux pressions des pots de vins !
    Il n’est quand même pas très bon ce type, quel pipeau.

    J’aime

  3. Et dire que blair a été un modèle pour les gauches européennes…

    Il n’y a pas de fond dans son analyse. C’est une litanie de poncifs souvent faux.

    Il croit encore que l’union soviétique s’est écroulée grâce aux politiques occidentales ; il est incapable de voir dans un système les causes intrinsèque de son effondrement.

    Il ferait pourtant mieux de s’interroger sur les causes de son constat catastrophiste sur l’état de nos sociétés au lieu de continuer à croire que la réduction des coûts va nous sauver.

    L’occident aurait perdu du soft power ? C’est sur mais Blair en est grandement responsable lui qui a du sang sur les mains en ayant suivi les américains dans une guerre illégitime menée pour des motivations cachées.

    Ce type est un fossoyeur de tout ce qu’il touche.

    J’aime

  4. Il dit:  » Meme si nous sommes diriges par l´Amerique, nous avons notre role a jouer. »
    Rien a ajouter. Et cela eclaire tout le reste de cet americano-psittacisme.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s