Alerte rouge, le Japon panique, les Etats-Unis aussi

Je pense que la situation est grave. Je pense même que dans les hautes sphères on panique.

Je vous rappelle cette vérité fondamentale: « ils » n’avoueront jamais que nous sommes en crise, que la situation est grave, non, mais vous pouvez le déduire à partir du caractère exceptionnel, aventureux des mesures qui sont prises pour masquer cette crise. Les remèdes sont les révélateurs du mal.

Deux éléments pointent dans cette direction.

La première est la volte face sur le pétrole , on a lancé des ballons d’essai sur une éventuelle réunion pour examiner la question d’une réduction de la production. Il y a une semaine, vous ne trouviez personne pour aller dans ce sens. Peu importe que cela soit vrai ou faux , que cela voie le jour ou non, pour les marchés un titre de dépêches en vaut un autre.

La seconde est la volte face de Kuroda. il y a une semaine il déclarait officiellement: « no plan to adopt negative interest  rates now », aujourd’hui il annonce les taux négatifs!

Il se décrédibilise, se ridiculise, il faut que la situation soit grave!

De fait elle l’est car la chute de la liquidité a atteint des proportions critiques, elle se manifeste partout. Les Etats-Unis ont les mains liées temporairement car la Fed ne peut se déjuger aussi vite après sa première hausse des taux, mais on fait donner les vassaux, les satellites pour essayer d’enrayer la vague de deleveraging globale, la dislocation du crédit, la baisse des Bourses et bien sur enrayer celle du pétrole.

La manoeuvre de Draghi la semaine dernière qui croyait s’en sortir en promettant d’agir en mars, cette manoeuvre a échoué, on n’a pas stoppé les rachats sur l’euro, il est au dessus des 1,09 , il menace de casser à la hausse, on n’a pas réussi a restimuler le leverage par ce biais. Donc il faut faire donner les mercenaires, ceux qui n’ont plus aucun scrupule dans la vassalisation les japonais.

L’enjeu actuel est de stopper la « dé-liquéfation » mondiale qui est en cours par le biais de la contraction en chaine des « liabilities » des banques. Il faut regonfler le pool des digits monétaires global.

Nous parions sur l’échec car seule  la création de dollars et la baisse du dollar  peut enrayer le mouvement; le problème est lié à l’anticipation d’une pénurie et d ‘un renchérissement du dollar, seule une inversion des anticipations peut faire l’affaire. Seul le dollar a un pouvoir durable de reflation.

En Aout dernier Kuroda a critiqué le décrochage du Yuan disant que ce n’était pas une mesure digne d ‘un pays qui prétendait devenir monnaie incluse dans le panier du FMI!

Quelques mois plus tard, il tente lui même d’avilir le Yen!

Nous pensons que tout cela trahit la panique, le desespoir car le Japon prend le risque de mécontenter la Chine alors qu’elle essaie de jouer le jeu  de la staibilité internationale avec beaucoup de difficultés.

Le japon prend le risque de relancer la guerre des monnaies.

EN PRIME

Publicités

3 réflexions sur “Alerte rouge, le Japon panique, les Etats-Unis aussi

  1. « LE NON CHOIX » des banques centrales semble une fois de plus évident et concerté.
    Au bord du précipice les indices se redressent comme par magie depuis leurs supports ,la fuite en avant va pouvoir continuer de plus belle, on boira le calice jusqu’à la lie…

    J'aime

  2. A reblogué ceci sur Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses financeset a ajouté:
    LE JAPON QUITTE OU DOUBLE!
    Ne l’oubliez jamais, la crise équivaut à une guerre. Elle autorise tout, tant les enjeux sont colossaux. Elle autorise toutes les mesures d’exception, tous les mensonges et tous les subterfuges. Lisez et relisez nos derniers textes ils éclairent tout à fait le caractère charnière de la période actuelle. Les marchés sont vulnérables, ils ont encore frolé le précipice il y a quelques jours ceci doit vous faire comprendre que tout est permis. Au plan technique nous flirtons avec les précipices.

    Comme par hasard, on a établi la corrélation entre le prix des actifs financiers et le prix du pétrole, on l’a resserée et validée par les HFT, puis vous avez eu des articles qui ont souligné le fait que les positions « short » sur le pétrole étaient à des niveaux incroyablement élévées, puis on a lancé les rumeurs de demande de réunion pour réduire la production puis, puis.. Tout cela devrait vous faire penser à la période du psychodrame grec, ou chaque jour on lançait un nouveau bobard, mais ou aussi chaque jour, les marchés s’y laissaient prendre. Le marché mondial est manipulé depuis longtemps par le biais des taux et futurs, on en vient à considérer cela comme ordinaire, le pain quotidien de la régulation, mais nous sommes dans une nouvelle phase, les manipulations sont plus voyantes, plus cyniques. on joue le tout pour le tout.

    Si je voulais soutenir le marché mondial, et surtout le « crédit » qui est le talon d’Achille, c’est vrai, je ferais la même chose, je chercherais la meilleure corrélation , la plus étroite et la plus favorable techniquement, et forcément je choisirais le pétrole. Tout le reste est trop lourd.

    Mon hypothèse est que pour ne pas avoir à prendre une décision hative et lourde de conséquence sur la politique monétaire, les autorités tentent des expédients. En gros , on prefère la mesure « macro-prudentielle » de manipulation des prix du pétrole à une volte face sur les taux du Centre, ceux de la Fed. En fait on espère comme en Aout que ce n’est qu’un mauvais moment à passer; la crise pétrolière de ces dernière semaine est traitée comme celle du décrochage du Yuan du mois d’aout, par des manipulations circonstancielles.

    La décision de Kuroda sur les taux négatifs au Japon nous indique que nous ne sommes pas loin de la panique. C’est une décision très grave et aventureuse; le satellite de la Fed, car la Bank of Japan est un satellite de la Fed, le Japon n’est pas un pays souverain, ce satellite protège en quelque sorte la Fed, il essaie d’éviter que le Centre n’aie à intervenir. Il protège la crédibilité du Centre. Tenter de faire baisser le Yen avec les taux négatifs, c’est tenter de relancer le carry, de freiner le delevergaing et donc soutenir les marchés de crédit lesquels sont en perdition. Cette manoeuvre est idote et desesperée, elle inverse les causes et les effets. Corrélation n’est pas causation et ce n’est parce qu’il y a un lien entre le carry sur le yen et le leveraging des instrumenst de crédit qu’une baisse du yen permetra de freiner la mise en risk-off. Une baisse des taux ou des taux négatifs ne sont efficaces que quand ils amplifient une tendance , jamais quand ils cherchent à s’opposer à une tendance.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s