De quoi Macron est il le nom? Complété.

Macron a renforcé mardi soir les spéculations sur ses ambitions pour la présidentielle de l’an prochain en appelant ses partisans à porter son mouvement jusqu’à 2017 et jusqu’à la victoire, ….Peu de choses sur les contenus, les objectifs et le moyens d’y parvenir, on ne sait pas ou l’on va, mais on y va de façon décidée. Nous dirions que c’estde bonne guerre, même si ce n’est pas très élégant pour ses collègues de l’éxécutif.

Macron procède comme on le fait en publicité pour le lancement d’un nouveau produit, il utilise des teasers,les teasers sont  des moyens de susciter la curiosité et de produire une attente. L’un des plus célèbre était le teaser qui annonçait le lancement d’une eau minealme; « BB aime Charrier », un autre était les » Ronds Rouges » de Elf. Ce qui important en Com, c’est le nom, l’étiquette , ici « En Marche » , pour  ce qu’il y a dans le flacon, on verra plus tard.

Nous présumons, à partir du teaser, que Macron veut se positionner comme le vrai, le seul, l’authentique porte parole du changement et de la modernité. Ce qui serait logique compte tenu de la Loi à laquelle il a donné son nom. Il se définit donc par rapport à ceux qui louvoient , qui ne savent pas bien ce qu’ils veulent et gouvernent dans  le clair obscur et les demi mesures.

Cela n’est pas encore politique et ne définit pas un plan d’action, mais on voit à peu près ou il veut en venir: il veut rabaisser ceux qui ont tergiversé, ceux qui n’ont fait qu’une partie du chemin , bref les timides, les timorés et les ringards. L’une des composantes de son image c’est l’audace, la jeunesse, le culot.

Si nous voulions risquer une idée sur ce dont quoi Macron est le nom , nous le nommerions Uber Macron. Sa façon de passer au dessus des institutions et des fonds de commerce classiques, sa façon de raccourcir la chaine et sa façon de parasiter  ce qui existe nous fait penser à cette Uberisation dont il est le défenseur/promoteur.

Le concept est riche car l’Uberisation est moderne, économique, destructrice de formes anciennes et malhonnête. Malhonnête car elle ne peut se développer qu’avec des avantages indus, des conditions de concurrence biaisées et faussées, ce que nous appelons parasitaires. L’uberisation nie le passé, l’héritage, elle triche en s’attribuant un héritage sans le payer. sans droit d’entrée. Uber nie le savoir accumulé, le passif , les carcans un  peu comme on le fait vis à des taxis et des hotels a qui on met des boulets de réglementations, de normes  et de charges  aux pieds et à qui ont dit: allez y, courrez contre Uber et AirBNB!

Mettez les taxis et les hotels  sur le même pied d’égalité que Uber et AirBNB et vous verrez que ces formes soit doisant modernes ne prennent qu’une part marginale du marché, la modernité ne s’impose que parce que les dès sont pipés et c’est ce que fait Macron.

Il a fait son nid comme un coucou à l’abri des formes anciennes de la politique, chez Hollande et Valls et à un moment donné il se lève pour les détruire. Il utilise la position qui lui a été conférée, le capital qui lui a été transmis,  les moyens de Com mis à sa disposition et le capital d’image qui a été prêté pour se retourner contre ses bailleurs de notoriété.

Macron sera perçu comme une sorte de traitre et c’est le costume que l’on essaiera de lui faire porter , mais ce sera insuffisant pour caracteriser sa démarche.

Le choix de « En Marche » comme identité de son mouvement est significatif, car « En Marche », cela s’oppose à l’immobilisme. Et donc se définit par rapport à cet immobilisme.

Hollande n’a pas été immobile, il a osé trahir ses promesses, la culture de son parti et son électorat, mais il a considéré que la politique était l’art du possible c’est à dire qu’il s’est arrêté dans le mouvement et les réformes chaque fois qu’il a senti le danger d’un soulèvement social. En fait il a defriché pour quelqu’un comme Macron qui n’aurait pas les mêmes scrupules ou les mêmes craintes.

Il va falloir analyser le sens  politique, historique du positionnement d’Uber Macron, mais les fils conducteurs sont déjà là, ils tournent autour de l’économisme, l’ouverture, l’adaptation, la concurrence, lesquels  sont masqués par l’appel à la modernité, cette fameuse catégorie érigée en valeur suprême pour mieux tromper ou camoufler les vrais objectifs .

Macron tente de jouer un rôle qui est en fait éminemment politique, il tente de passer au dessus et de créer une nouvelle ligne de partage  entre ceux qui sont « en marche » et ceux qui sont «  »immobiles », et quand on décode le sens du mouvement , on voit bien que Macron est l’homme qui veut larguer les amarres, aller vers le grand large … comme une partie du Patronat.

Ce qui nous frappe, c’est la mode du thème de l’union, de la neagtion du découpage droite/Gauche, on voit que tout le monde esssaiede le récupérer. Questce que cela recouvre? cela recouvre une réalité soiale, socilogique et politique: les lignes de partage anciennes sont périmées, détruites par l’évolution de nos sociétes. La conscience de classe a muté, la société civile est complexe, elle a une consciecne à géométrie variable. Les exploités d’avant sont en partie devenus les exploiteurs de gens plus sur-éxploites comme ceux des émergents, les solidarités ne sont plus ce qu’elles étaient. Bref on sent bien que le découpage ancien ne correspond plus à grand chose et ce n’est pas un hasard si, pour le traduire on a inventé de nouveaux mots, de nouvelles étiquettes comme celle de UMPS. Celle qui a beaucoup servi; le « nègre-blanc » ou « bonnet blanc-blanc-bonnet »que l’on appelle sociale-démocratie est elle aussi usée, car elle repose sur la répartition, la lutte contre les inégailtés, une idée de la justice conçue comme redistributive; et notre époque ne le permet plus, à personne , notre époque creuse les inégalités et les provoque elle même. La sociale démocratie est obligée de muter vers le droit de l’hommisme, le sociétal, la défense de l’immigration et du remplacisme, l’universel etc.

Macron n’est pas unifiant comme il le prétend, il va diviser, faire ressortir cette ligne de partage latente qui ne passe plus par la droite et la gauche, mais par l’attitude face au grand large, face à l’intégration mondiale, face à l’universel marchand. De la même façon que le Brexit est un evènement politique majeur, comme le populisme et la dislocation du bipartisme, l’Uber Macron va agir comme un révélateur de cette nouvelle coupure de nos sociétés. Le Brexit a creusé un fossé clair, radical qui a traversé toutes les formations politiques, un fossé entre ceux qui sont pour l’intégration globale sous le signe de l’argent et de la marchandise  et ceux qui sont pour rester ce qu’ils sont, pour défendre leur héritage et leurs héritages, becs et ongles. La ligne de partage passe entre ceux qui sont les gagnants et ceux qui sont les perdants, ceux qui montent et ceux qui descendent, ceux qui prennent l’ascenseur social pour grimper et ceux qui le prennent pour degringoler.

Si il travaille bien, il peut accélérer les prises de conscience et faire ressortir le vrai clivage français, celui qui existe entre ceux qui bénéficient de la soi-disant modenité et ceux qui en sont les victimes, les déclassés.

Macron c’est une sorte de révélateur, une sorte de scalpel qui peut favoriser une clarification, une recomposition  ou un réamenagement de l’échiquier politique. Macron c’est l’équivalent, potentiellement du référendum sur le Brexit.

Nous reviendront sur ces questions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s