Accord controversé de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA)…Aucune transparence

https://mobile.twitter.com/MLP_officiel/status/831795506225508354/video/1


Après la Commission européenne en octobre, le Parlement européen vient d’adopter ce mercredi l’accord controversé de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA)…

L’accord pourra donc entrer en vigueur de manière provisoire dès avril. Son application complète pourrait toutefois intervenir bien plus tard, car le texte doit également être ratifié par l’ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l’UE.

Sacrifice de l’agriculuture, avantage aux industries allemandes

Les défenseurs du texte assurent que toutes les parties en tireront profit. L’accord prévoit notamment la suppression des droits de douanes entre l’UE et le Canada, à l’exception de certains secteurs liés aux services publics, à l’audiovisuel, aux transports et dans certains cas à l’agriculture.

Cela permettra aux entreprises de participer aux appels d’offres au Canada, qui promet de rendre les processus transparents. De leur côté, les consommateurs accéderont à davantage de produits, au meilleur prix, promet le Parlement…

Les opposants toujours très mobilisés

Les opposants au CETA ne baissent pas les armes et se sont encore rassemblés à Strasbourg. Cette décision « n’affaiblit en rien notre détermination à faire échec à ce traité », fustige le collectif unitaire Stop Tafta, qui regroupe 80 organisations de la société civile.

« Nos organisations seront mobilisées pour faire en sorte que la France ne ratifie pas le traité », prévient d’ores et déjà le coordinateur de la campagne anti-Ceta au sein d’Attac, Jean Michel Coulomb.

Manque de protection

Les opposants redoutent en particulier les effets sur les agriculteurs, même si le Parlement assure que ces derniers seront protégés… « Avec l’application du CETA, 92% des produits agricoles canadiens entreront sans aucun droit de douane sur le marché européen », fait valoir Murielle Guilbert de l’Union syndicale Solidaires.

Foodwatch France déplore de son côté le manque de protection en matière environnementale et pense que le principe de précaution n’est pas défendu, ce qui est « incompatible » avec la Constitution française…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s