« Michel Sardou se vide le coeur », avec le démenti de Michel Sardou

https://www.facebook.com/plugins/post.php?app_id=&channel=http%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2Fr%2Fao6eUeuGXQq.js%3Fversion%3D42%23cb%3Df2184a1fd6187%26domain%3Dwww.lemonde.fr%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.lemonde.fr%252Ff3749d6861758e8%26relation%3Dparent.parent&container_width=534&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FMichelSardouOfficiel%2Fposts%2F896763190358545&locale=en_US&sdk=joey&width=466

Mardi matin, le chanteur diffusait un communiqué de presse succint pour dénoncer « une lettre ordurière et xénophobe », se déclarant « indigné » qu’on ait pu lui attribuer ces « propos infamants ». Il y précise qu’il « tient à exprimer son total désaccord sur les idées que contient ce brûlot ». Pierre Cordier, son attaché de presse, affirme qu’une plainte a été déposée auprès de la préfecture de police de Paris pour tenter de remonter à la source de ce « hoax » (canular).

« Arrêtez tout, arrêtons d’être cons ! »

Tout en propos haineux et raccourcis racistes, la lettre débute par : « Moi, l’Islam, je m’en tape le coquillard », et se conclut par : « En matière de culture, de civilisation, de valeurs, de religion, on a déjà ce qu’il faut en magasin, tu vois, et on n’a pas envie de changer. Clair ? T’as compris bonhomme ou il te faut un dessin ? ». Le ton ferait presque penser à un pastiche, sauf qu’aucun humour ou double-sens ne vient étayer cette possibilité. Le ou les auteurs de la lettre semble(nt) plutôt avoir voulu utiliser la notoriété du chanteur pour exposer leurs opinions au plus grand nombre.

Si elle a pu semer le doute, et donc être autant partagée, c’est que cette lettre paraît faire écho à des propos tenus par le chanteur il y a quelques semaines, le 10 décembre, au Figaro (article payant). Interrogé sur l’interdiction d’une crèche dans un lieu public, Michel Sardou s’indignait : « On va peut-être interdire les bûches de Noël, aussi ? Au nom de la laïcité, détruisons les églises pendant qu’on y est, faisons de la cathédrale de Chartres une grande HLM. Supprimons le kippour, le ramadan. C’est n’importe quoi ! Je vais défiler tout seul de la Nation à République avec une pancarte “Arrêtez tout, arrêtons d’être cons !” » Dans cette même interview, où il déclarait : « La politique, je m’en tape ! », Michel Sardou se défendait d’être réactionnaire, se définissant plutôt comme « un homme libre, un anarchiste ».

Le répertoire de Michel Sardou est actuellement mis sur le devant de la scène par La Famille Bélier, comédie d’Eric Lartigau sortie le 17 décembre, qui s’annonce comme le succès de l’hiver au cinéma. Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien/Aujourd’hui en France publié le 21 décembre, le chanteur est plébiscité par une majorité de Français, qui le considèrent à 88 % comme « un monument de la chanson française ». Mais il devrait selon eux moins parler politique : les personnes interrogées jugeaient à 55 % qu’il a tort de parler politique et sont, le plus souvent, en désaccord (65 %) avec ses prises de position.

« Fiction »

Depuis ses débuts à la fin des années 1960, Michel Sardou a régulièrement été au centre de polémiques. Par le choix de certaines chansons, qui évoquent des thèmes de type sujet de société, il se voit reprocher d’être populiste et nationaliste (J’habite en France, Les Bals populaires, Le temps de colonies…), homophobe (Le Rire du sergent), en faveur de la peine de mort (Je suis pour), anti-communiste (Vladimir Illitch) ou sexiste (Villes de solitude, Je vais t’aimer).

Dans un autre entretien accordé au Figaro, le 12 février 2012, il revenait sur ces diverses accusations, se définissant d’abord comme un interprète : « Quand je chante l’amour, on ne se demande pas si le texte est autobiographique. Alors qu’on m’identifie facilement à des paroles dérangeantes. En réalité, je joue un rôle, comme un comique ou un acteur. A aucun moment je ne pense à moi sur scène ou en studio. Chaque chanson est une petite fiction. »