De la masturbation politique

Nous sommes au coeur du problème politique de nos sociétés. C’est la raison pour laquelle je prends la peine d’analyser cette dépêche. Les élections néerlandaises approchent. Le parti de Geert Wilders vient en tête des sondages. Il pourrait avoir 24 à 28 députés et serait donc le premier parti du pays. Pourtant il n’a quasi aucune chance de pouvoir accéder au pouvoir ou d’influencer directement le futur gouvernement: personne ne veut faire alliance avec lui. Cela ne vous rappelle rien?

Les partis qui vont s’allier face à Geert Wilders ne sont en pratique d’accord sur rien, sauf le rejet de Wilders, sa mise hors jeu. La conséquence est d’une part une absence de légitimité réelle, et d’autre part, une  impossibilité à gouverner concrètement. L’attelage qui sera formé sera trop hétéroclite.

La vraie conséquence c’est que si le gouvernement d’un pays est divisé, fragmenté comme l’avait bien vu le Général de Gaulle dans son analyse de la construction européenne, c’est un tiers , quelqu’un d’autre, une autre institution qui tire les marrons du feu et ici , ce seront  les élites non élues, scélérates, auto proclamées de l’Union Européenne.

Ces élites irresponsables, c’est à dire responsables devant personne,  font alliance avec le capital multinational et financier dans le cadre de la construction d’un gigantesque maillage de lobbying. Leur objectif, conscient ou non est de détruire les états-nations, de les ridiculiser , de les affaiblir afin d’établir partout la même logique, celle du marché, celle de la marchandise,  qui selon eux, doit tout envahir, tout réguler… sauf leur pouvoir puisque eux , sont … un cartel auto-proclamé et auto-protégé. Ils sont sur les gradins, nous nous sommes dans les arènes du cirque; nous , avec nos gouvernements sommes les malheureux gladiateurs. Le problème de base, c’est celui des alliances: comment, au lieu de s’opposer à nos gouvernements élus, pouvons nous au contraire les retourner, les soutenir dans un combat à mort contre les élites auto-proclamées, illégitimes, scélérates. Voila le problème que bien peu comprennent, et je me souviens d’avoir été attaqué lorsque à plusieurs reprises, j’ai suggéré que dans certains cas nous devions soutenir nos gouvernements  élus face aux attaques et empiètements de la bureaucratie.

Le peuple tombe le piège:

-d’affaiblir ses gouvernements élus

-de refuser toute recompostion efficace suceptible de gouverner avec une ligne directrice légitime

-de ne pas voir qui est son maître, et donc qui est son ennemi, il se bat dans l’arène alors que l’ennemi est sur les gradins

-il se laisse distraire par les os qu’on lui donne à ronger comme « les affaires » que ce soit celles de Fillon ou d’autres

–de se laisser entraîner sur des thématiques secondaires, societales qui divisent, archi-divisent et même émiettent

Pourquoi croyez vous que l’on balance du societal en veux-tu en voila? Du religieux, du racisme et anti racisme et autre conneries? Pour détourner et diviser! Nom de nom un peu de bon sens, comprenez que ce que l’on vous balance, c’est de la division, de la distraction.

La politique délibérée de l’eurocratie est d ‘émietter, de diviser les corps sociaux et politiques afin de prendre et de conserver le pouvoir. Exactement ce qu’a  admirablement réussi Draghi avec ses fonctionnaires de la BCE . L’eurocratie à une conscience de classe, unie, soudée, par son droit à prélever sur notre richesse et notre travail, unie   au sens marxiste et elle utilise les concepts marxistes dans sa lutte pour le Pouvoir. En face d’elle, elle fracasse les solidarités, elle détruit  les classes. C’est exactement, par exemple ce qui ressort des travaux des think tanks; hélas personne ne les lit, nous sommes non-guidés par des fainéants qui ne travaillent pas . Le travail fictif dépasse largement celui qui est reproché au couple Fillon, il est à la racine du malaise politique. Les politiciens confondent le « produire », avec le « séduire » , le « faire » avec le « plaire ». Analysez l’échec lamentable de Hollande sous cet aspect.

La propagande électorale est complètement à côté de la plaque: le programme de Hamon ou Melenchon a t-il une chance d’être mis en application? Non!  Alors pourquoi perdre son temps à en discuter;  le programme de Marine a t-il une chance d’être mis en oeuvre? Non, archi-non alors pourquoi ne pas mobiliser, discuter, organiser, travailler  sur les choses sérieuses c’est à dire comment sortir du ghetto, comment nouer des alliances, comment mettre en oeuvre une stratégie d’efficacité au lieu de croire aux miracles, bref comment être utile. Le parti de Marine n’a une chance de réussite que dans une démarche, une perspective  Léniniste, organisationnelle, or que fait-elle? Elle rêve de gagner par les médias, par la Com, c’est à dire par le truchement de ceux … qui sont le fer de lance de  ses ennemis. Celui qui sera utile sera celui qui apportera des contributions à la résolution de ces problèmes d’efficacité, celui qui fera sortir du mythe qui fait la force de nos Maîtres. Celui qui fera de la politique comme un adulte et non comme un enfant qui se perd dans le rêve masturbatoire de sa toute puissance impuissante.

Une dernière remarque avant d’en arriver au prétexte de notre réflexion. Ce qui se passe aux USA, en Italie et ailleurs montre la capacité organisationnelle, léniniste du camp adverse. Aussi bien le coup d’état « soft » qui se dessine contre Trump, que la pulvérisation du mouvement Cinq Etoiles pointent vers une organisation puissante, centralisée , financée. On comprend bien sur beaucoup mieux à la lueur de ces faits irréfutables pourquoi , avec des annnées et des années d’avance, le camp d’en face à préparé le terrain, lancé les propagandes, pris possession des esprits afin de désamorcer l’évidence. Tout ce qui apportte la lumière  sur le combat en cours est catalogué comme ressortant des thèses conspirationnistes. Bravo! Beau travail.

Le député néerlandais d’extrême droite et anti-islam Geert Wilders a lancé samedi sa campagne pour les législatives du mois de mars par une attaque contre « la racaille marocaine » dont il a dit vouloir débarrasser le pays pour « le rendre au peuple néerlandais ».

« La racaille marocaine en Hollande… bien sûr, ce ne sont pas tous de la racaille, mais il y en a beaucoup, qui rendent nos rues dangereuses, principalement des jeunes… et il faut que ça change », a déclaré Geert Wilders à la presse avant un bain de foule dans la petite ville de Spijkenisse, au sud de Rotterdam.

Geert Wilders est donné en tête par les sondages pour les élections du 15 mars au cours desquelles les Néerlandais sont appelés à renouveler le Parlement. « Si vous voulez récupérer votre pays, si vous voulez faire des Pays-Bas un pays pour les Néerlandais, votre pays, alors votez » pour le Parti de la Liberté (PVV), a-t-il lancé.

Selon les derniers sondages, le PVV pourrait remporter 24 à 28 sièges, devançant ainsi de deux à quatre sièges l’actuel parti au pouvoir, le parti libéral du Premier ministre Mark Rutte. Le parlement néerlandais compte 150 sièges.

A la question de savoir qui sont ses électeurs, M. Wilders a répondu: « Chaque Néerlandais ayant du bon sens … et heureusement, nous avons beaucoup de gens avec du bon sens ». « Les Néerlandais voulant récupérer leur pays voteront pour nous indépendamment de leur éducation ou de leur passé », a-t-il ajouté.

En décembre 2016, le député, qui prône l’interdiction du Coran et la fermeture des mosquées, avait été jugé coupable par un tribunal d’incitation à la discrimination pour des déclarations à propos des Marocains vivant aux Pays-Bas. En 2014, le député avait demandé à des sympathisants s’ils voulaient « plus ou moins de Marocains » dans leur ville et aux Pays-Bas.

« Nous allons tous voter pour Wilders cette année », a déclaré l’un de ses partisans, Danny, 59 ans, qui a refusé de donner son nom de famille car « c’est dangereux dans ce pays ces jours-ci ». Les prises de position de M. Wilders contre l’islam lui ont valu plusieurs menaces de mort notamment du groupe Etat islamique et d’Al-Qaïda. Sous protection policière permanente, il est considéré comme « l’homme le mieux protégé des Pays-Bas ».

Martin Bosma, également député du PVV et considéré comme le bras droit de M. Wilders, a déclaré à l’AFP que son parti en cas de victoire aux élections rechercherait des partenaires pour former une coalition. Mais il a reconnu que « ce serait très difficile » car la majorité des grands partis politiques du pays – dont le VVD du Premier ministre Mark Rutte – refusent de travailler avec le PVV depuis les déclarations de M. Wilders à propos des Marocains et le verdict du tribunal.

« Geert Wilders divise les gens », s’est exclamé un passant, Theo de Boer, 50 ans. « Il fait de la discrimination et je suis totalement en désaccord avec lui. Nous avons une Constitution et la liberté de religion est l’un de ses plus importants fondements ».

« Geert ose dire tout haut ce qu’un tas de Néerlandais pensent tout bas et c’est une bonne chose », a estimé une poissonnière, Marianne Sleurink, 60 ans. « Mais il cause beaucoup de haine et n’a pas de vraie solution » et « ses chances de gouverner sont minces car personne ne veut vraiment cela ».

Publicités

3 réflexions sur “De la masturbation politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s