La Financière de l’Echiquier, commentaires de marché

La Financière de l’Echiquier, commentaires de marché – (Marc Craquelin)

La poursuite du resserrement monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) et les élections législatives néerlandaises ont constitué les principaux catalyseurs des marchés cette semaine.

La Fed a remonté ses taux directeurs de 25bp (de 0,75% à 1%) comme attendu. Elle a toutefois maintenu un biais accommodant. Surtout, les membres de la Fed n’envisagent pas d’accélérer le durcissement : trois hausses restent prévues au total cette année, suivies de 3 hausses également en 2018. Il n’y a donc pas de modification par rapport aux prévisions publiées en décembre. La Fed continue de penser que la normalisation des taux d’intérêt se fera de manière graduelle dans un contexte global de croissance économique et d’inflation modérée.

Dans le même temps, l’extrême-droite néerlandaise n’a pas réussi la percée qu’elle escomptait, même si elle gagne quelques sièges. La droite « classique » reste le premier parti en nombre de sièges. Le scénario du pire est donc évité : la prime de risque politique européenne s’en trouve réduite.

L’euro a profité de ces éléments pour se renforcer contre le dollar tandis que le marché obligataire américain a légèrement décompressé, le taux 10 ans se stabilisant autour de 2,5%. Le spread transatlantique s’est quant à lui réduit : la baisse de la prime de risque politique en euro fait en effet remonter les taux allemands, accentuant le mouvement initié par le positionnement moins accommodant de la Banque centrale européenne.

Les marchés actions ont quant à eux accueilli la hausse des taux de la Fed avec une certaine complaisance. Ce n’est pas une énorme surprise : tant que les investisseurs n’ont pas le sentiment que la Fed est en retard dans son resserrement (« derrière la courbe »), la corrélation entre les actions et les taux d’intérêt reste le plus souvent positive. La question de l’ampleur du resserrement pourrait à nouveau se poser – suite à une éventuelle 4e hausse des taux cette année – et donc également celle de l’ajustement des anticipations des investisseurs… En attendant les actions profitent de cet environnement de hausse mesurée des taux courts.

L’assureur britannique PRUDENTIAL a publié la semaine dernière ses résultats annuels pour l’exercice 2016. Ceux-ci sont ressortis en forte progression et au-dessus des attentes du consensus, ce qui a permis au titre de finir la semaine en hausse de plus de 7%. Sur l’année, le résultat d’exploitation a atteint un niveau record à 4,3 milliards de livres sterling en croissance de 7% par rapport à l’année précédente. Cette excellente performance opérationnelle a été portée largement par la branche asiatique en croissance de 15% sur l’année (Chine +31%, Hong-Kong +40%). Acteur de référence en Asie, PRUDENTIAL a rapidement identifié l’opportunité émergente dans cette région et dispose aujourd’hui de plus de 15 millions de clients en Asie. Le potentiel reste donc substantiel quand on sait que la moitié de la population mondiale habite ce continent. Compte-tenu des perspectives en Asie et de la bonne performance en 2016, le management de la société a proposé une augmentation du dividende de 12%.

ADOBE, le leader mondial des logiciels graphiques (Photoshop, Illustrator, Flash) a publié ses résultats pour le premier trimestre de son exercice fiscal. La société américaine basée en Californie a battu le consensus des analystes tant au niveau du chiffre d’affaires (+22% par rapport à l’année précédente à 1,7 milliard de dollars) que du bénéfice par actions (0,94 dollar, en hausse de 42% sur l’année). La marge opérationnelle a dépassé de 4,7 points de pourcentage les estimations des analystes et s’est élevée à 36,2% grâce, d’une part, à la forte hausse du chiffre d’affaires (meilleure distribution des coûts fixes), et d’autre part aux dépenses opérationnelles bien maîtrisées. La société a fait évoluer son modèle économique reposant sur la vente de licences vers un système par abonnement sur le cloud. Ce nouveau business model lui permet d’avoir une meilleure visibilité sur ses résultats mais aussi d’élargir sa base de clients afin d’attirer des consommateurs plus « casual ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s