Macron, le candidat des gagnants de la mondialisation, Macron le populiste des élites

L’élection présidentielle française se rapproche.

Les jeux semblent faits. Fillon est pilonné par un feuilleton remarquablement scénarisé et orchestré. Marine le Pen ne parvient pas à trouver l’innovation qui lui permettrait d’élargir et de dépasser les 40% au second tour. A « droite » si on ose encore prononcer ce mot, les élites roulent pour Macron à la fois en terme programmatique, financier et médiatique. Macron tire l’essentiel de  son budget de campagne des grands, très grands exilés fiscaux français, singulièrement ceux de Londres.

Le mouvement logique, celui qui devrait se produire et qui peut être se produira un jour, la cassure de l’ex-droite en une composante avouée sociale démocrate globaliste et de l’autre une authentique composante conservatrice, ce mouvement est paralysé par les échéances électorales: il faut aller à la soupe, il ne faut pas ruiner sa carrière.

Le découpage et la répartition sont tels que face à Marine le Pen, celui qui sera simplement le second, le challenger, celui-la remportera la mise. La stratégie des parrains de Macron a été superbe, parfaitement adaptée à la situation dans laquelle les partis traditionnels éclataient,  se décomposaient et ou le parti montant, dit populiste était isolé, diabolisé et pestiféré. C’est une très belle partie de jeu de stratégie politique avec  en particulier un trait de génie qui a consisté à faire endosser par le candidat de l’establishment, par le candidat de l’élite une position populiste de renouveau. Macron est le candidat de l’establishment qui pousse le culot jusqu’à dire qu’il va  liquider l’establishment! Il va lutter contre lui! Macron est le populiste des élites.

C’est là ou il faut admirer l’intelligence, s’incliner devant le savoir-faire. Un savoir faire depuis très longtemps perdu à « droite », voire découragé car la « droite » ou l’ex- droite , n’a jamais compté sur la stratégie, elle n’a compté que sur le vote négatif qu’il n’y avait qu’à se baisser pour ramasser. La droite s’est faite aveugler par l’incroyable impopularité de Hollande, à la limite trop grande pour être vraie. C’était un piège.

Le candidat Fillon n’a jamais été un bon candidat, on l’aimait bien mais personne en fait ne l’aimait vraiment! Un « bon gars » pensait-on et bien sur il a suffit aux stratèges d’en face de viser au bon endroit, au bon moment, pour détruire le « bon gars ».

La responsabilité de la déconfiture à droite est multiple:

-mise en place de primaires imbéciles clivantes et marquantes sclérosant ainsi les positions des candidats, leur otant la nécessaire souplesse manoeuvrière pour l’affrontement final

-l’ambition de Juppé qui s’est positionné à cheval, presque sur le créneau de Macron, ce qui a obligé Fillon pour exister à se droitiser bêtement, comme sur la sécurité sociale.

-mais de toutes façons le mal vient de très loin, de 1983 quand face à la volte face gestionnaire Mitterrand la droite n’ a pas su prendre/occuper  l’espace libéré et a laissé Le Pen s’engouffrer.   Mitterrand n’ eu qu’à profiter de l’aubaine et encourager en sous main Le Pen pour pièger la « droite ». C’est là que le Le Penisme a pris son essor, en 83 et 84.

Macron court soit disant comme un indépendant, mais c’est une tactique, pas une réalité. Il poursuit le sillon gestionnaire, moderniste, réformiste tracé par Hollande dès 2014 et même un peu avant. C’est un faux indépendant, c’est un poulain d’une écurie en composition ou en recomposition, comme l’on veut. Au lieu de venir du Parti Socialiste, le trait de génie a été de faire en sorte que le parti socialiste aille à lui! Ce  qui est en train de se produire. Chapeau l’artiste. Cela donne de la crédibilité à son positionnement de renouveau. Il n’a pas été affaibli par les primaires, il est libre, non tenu par des propos antérieurs, il peut même se permettre d’aller chasser sur les terres de le Pen en ayant le culot de proposer un retour au service militaire national! Macron étant une forme vide, il peut au gré des besoins la remplir comme cela semble opportun. Bravo.

Bravo, mais ce genre de stratégie et de positionnement n’est efficace que dans le court terme et c’est peut être ce qui entretient les illusions de Fillon: il croit que la bulle va se dégonfler. Des hommes miracle qui viennent de nulle part, des ovnis politiques positionnés au centre, il y en a eu souvent. Il y eu Simone Veil, Barre, Bayrou, Balladur, et même si on veut aller plus loin, on peut ajouter  Chaban Delmas dans cette catégorie. Nous avons coutume de dire que ce positionnement manque de consistance sur le long terme et que le centre c’est … le trou du cul.

L’expérience nous donne raison.  Ces gens, malgré leur valeur, comme Raymond Barre, n’ont pas réussi. Le vice de ce positionnement, c’est la déconnection avec le réel: au début grâce aux médias on gonfle une image, mais avec le temps l’image s’étiole, parait par ce qu’elle est artificielle, bref bidon. Elle n’est pas vivifiée, elle est hors sol. Il y a une sorte de mode, d’entichement , en particulier chez les élites et les médiacrates,  voire les rebellocrates, mais elle s’use, elle fane, quand elle doit être mise à l’épreuve du réel. Cela est normal, nous sommes dans les mouvements de surface pas dans les entrailles du pays. Macron ne représente rien d’autre qu’une Idée.

Nous pensons que Macron n’existerait pas sans Marine dont il est l’antithèse/adversaire. Avec un peu d’audace nous irions jusqu’à dire que Macron, c’est le le Pen des élites, c’est leur mystification populiste. Comme les populistes il dit ce qu’il faut pour plaire. Bien sur cela semble paradoxal, mais ce qu’il faut regarder, c’est non les apparences, mais les ressorts cachés qui déclenchent les votes. Un membre de l’élite, un Enarque, un haut fonctionnaire , un inspecteur des finances, Un banquier au service des symboles de l’oligarchie …va mettre les épaules à terre à une candidate dont la légitimité politique est précisément de combattre … tout ce que Macron représente! Et en plus Macron va la battre sur son propre terrain, celui du populisme, celui de la popularité béate, sans contenu, sans cohérence et sans consistance. Macron c’est le vide, comme un authentique populiste: il récolte sur des a priori, sur des perceptions et des rejets. Il réussit mieux que quiconque à mystifier et faire avaler des vessies pour des lanternes, témoin son positionnement sur l’Europe, c’est positionnement anti-démocratique . Il veut renforcer le pouvoir central non élu! Il veut accélérer l’intégration  et détruire le peu de  démocratie qui y règne encore! Alors que les Français non seulement l’ont rejeté quand on les a interrogés mais en plus ils le rejettent régulièrement à chaque occasion. Macron applaudit Merkel quand il va en Allemagne et salue sa politique d’immigration , les Français rejettent cette politique . Il dit qu’il n’y a pas de culture française dans un pays dont la fierté  est … sa culture . Et cela marche. Pourquoi ?Parce que ce qu’il dit n’a aucune importance dès lors qu’il a adopté un certain positionnement, qu’il occupe une certaine place dans l’esprit des gens, qu’il s’est fait une image et que tout cela est décliné obsessionnellement  sur les médias. Macron est le candidat des gagnants de et à la globalisation et Marine la candidate des perdants de et à la globalisation et Marine va perdre sur son terrain: celui du populisme.

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :