Sondages, cela bouge: bond de Mélenchon; Marine semble mieux au second tour elle peut bénéficier de la désaffection pour Fillon

Macron et Marine Le Pen restent en tête des intentions de vote en vue du premier tour de la présidentielle alors que Mélenchon talonne pour la première fois Fillon pour la troisième place, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Point diffusé vendredi.

Le phénomène nouveau de ce sondage est la progression du candidat de La France insoumise Mélenchon, qui bondit de 5,5 points avec 16% des intentions de vote.

S’il parvient à une telle poussée, c’est parce que le candidat socialiste Hamon est en chute libre à 8% (-4,5%), souligne l’institut de sondage. Le fameux coup de poignard dans le dos!

Le candidat d’En Marche ! occupe la première position (26%), un score quasi stable depuis le 19 mars, devant la présidente du Front national (25%), en léger recul d’un point.

Le candidat Les Républicains  Fillon accuse une baisse de deux points et tombe à 17% des intentions de vote. Sa chute peut s’accélérer si les Français pensent que ses chances disparaissent. On se retrouverait dans un mouvement de vote utile qui relancerait toute la course. Si pareille prise de conscience se faisait, Fillon pourrait chuter sous les 10%, aussi bizarre que cela puisse paraitre.  Les apprentis sorciers du « cabinet noir » vont commencer à s’inquiéter. 

Au second tour,  Macron l’emporterait toujours très largement avec 59% contre 41%, mais il baisse sensiblement depuis dix jours, son avance étant réduite de 5 points.

Ce sondage a été effectué les 29 et 30 mars auprès d’un échantillon de 1.019 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Publicités

5 réflexions sur “Sondages, cela bouge: bond de Mélenchon; Marine semble mieux au second tour elle peut bénéficier de la désaffection pour Fillon

  1. COMMENT LES SONDAGES SONT ILS TRUQUES ? http://www.minurne.org/?p=10360
    POURQUOI LES SONDAGES SONT ILS TRUQUES ? http://tuyaux.aglouvain.be/COPS1125%20Psychologie%20sociale/r%E9sum%E91%20psycho%2019-18-52.pdf traite de psychologie sociale
    Chapitre 7 :
    Conformité et obéissance
    Une bonne coordination entre individus nécessite l’existence de certains guides de conduite, de normes. Lorsque les écarts apparaissent entre les membres du groupe = imposer les vues majoritaires. => il y a alors une recherche de conformité. Parfois, certains écarts apparaissent entre les différents membres du groupe.
    La majorité se rend compte que certains individus, voire des composantes importantes du groupe, ne partagent pas le point de vue dominant.
    Presque automatiquement, il s’agira alors de faire rentrer tout le monde dans les rangs et d’imposer les vues majoritaires.
    En cas de réussite, on parlera de conformité de la part de l’individu ou du sous-groupe qui abandonne ainsi ses positions initiales pour adopter les points de vue majoritaires.
    1. La conformité Nous ne nous basons pas seulement sur notre expérience intime pour définir ce qu’est la réalité mais nous nous reposons également sur les autres. => L’effet Asch * Festinger : = les gens veulent savoir où ils se situent. Pour ce faire ils s’appuient quand cela est possible sur des critères objectifs. Sinon, ils se basent sur les autres…c’est le cas de la sphère sociale.
    Les contextes sociaux nous forcent souvent à nous tourner vers autrui pour valider nos opinions.
    En effet, nous avons un besoin constant d’évaluer notre position par rapport aux autres.
    Pour connaître exactement nos opinions, nos capacités et nos sentiments, nous exploiterons dans la mesure du possible des indicateurs objectifs (un chronomètre).
    Par contre, si les critères objectifs viennent à manquer ou n’existent pas, nous nous tournerons vers autrui. * C’est ce qui se passe dans l’expérience de Shérif (1936).
    Face au phénomène autocinétique :
    Les jugements des sujets convergent dans la mesure où le phénomène paraît difficile à évaluer sur la seule base sensorielle.
    Convaincus que l’effet d’autocinétique renvoie à la réalité, les sujets tentent de s’accorder = norme sociale. Lorsqu’ils apprennent qu’il s’agit d’une illusion d’optique ou lorsqu’il y a de nombreux désaccords, alors il n’y a pas de formation de normes collectives.
    * Selon Asch :
    l’expérience de Shérif souligne ainsi la rationalité des individus. Hypothèses :  En cas de doute, les gens se concertent.
    Mais s’ils ont confiance en leurs propres réactions, ils resteront indifférents aux avis des autres.  Mais s’il n’y a pas de doute alors l’influence sociale devrait s’estomper.
    Asch décide de confronter des sujets à des stimuli n’ayant aucune ambiguïté. Pas besoin du groupe (> Contrairement à ses hypothèses, Asch observe qu’il y a une influence même sur ces stimuli sans aucune ambiguïté.
    Les réponses à l’effet autocinétique mettent en évidence la rationalité des sujets et discréditent une explication en termes de simple suggestion.
    Certes, les gens peuvent douter, auquel cas ils consulteront leurs semblables, mais, s’ils ont confiance en leurs propres réactions, ils resteront indifférents aux avis d’autrui.
     existence de 2 groupes d’individus :
    – les indépendants : fort sentiment de confiance quant à leurs propres perceptions et par un retrait-défiance par rapport aux autres participants.
    – les suiveurs : peur des réactions négatives des autres membres du groupe ou parce que l’unanimité plaidait en faveur de l’exactitude.
    Asch se rend compte qu’il y a deux grandes catégories de réactions :
    Ces deux groupes de sujets évoquent
    – soit la confiance ou l’hésitation dans leurs propres opinions -> préoccupation liée à l’objectivité.
    – Soit la défiance ou la peur à l’égard des autres participants -> préoccupation sociale (peur de rejet). Différence entre Asch et Shérif :
    L’écart entre les réponses privée et publique montre de manière indubitable que les préoccupations normatives modulent les réactions des sujets.  Différence fondamentale entre Asch et Shérif. Même s’ils plient momentanément devant le poids de la majorité, les sujets d’Asch ne modifient pas vraiment leur vision des choses. De fait lorsqu’ils sont testés à nouveau de manière individuelle, leurs réponses redeviennent excellentes. C’est tout le contraire qui se produit dans les expériences de Sheriff. Même après un laps de temps d’une année, les sujets confrontés à l’effet autocinétique manifestent encore l’influence des normes de leur groupe.
    La manipulation explicite de l’anonymat n’est pas la seule stratégie permettant de mettre en évidence la dépendance normative.
    Les buts poursuivis par le groupe sont aussi de nature à amplifier l’intensité du conflit normatif. L’existence d’un objectif de groupe renforce la dépendance mutuelle des membres du groupe. Le sujet naïf se montre davantage prêt à adopter le point de vue du groupe même si cela va à l’encontre de sa propre perception.
    Une forte cohésion du groupe exacerbe les tendances conformistes dans la mesure où elle accentue la dépendance normative des sujets.
    Il en va de même pour les sentiments positifs que les membres du groupe peuvent ressentir les uns pour les autres.
    Les conditions d’expression publique donnent lieu à davantage de suivisme. Les opinions des sujets ne révèlent pas seulement de la conformité publique mais aussi de l’internalisation.
    Comment est-il possible que des gens se conforment autant dans une situation où la réponse exacte paraît si évidente ?
    79 2. Dépendance informationnelle et dépendance normative * Deutsch & Gerard évoquent ce double conflit en parlant de deux types d’infhttp://tuyaux.aglouvain.be/COPS1125%20Psychologie%20sociale/r%E9sum%E91%20psycho%2019-18-52.pdf

    J'aime

    1. Je vous remercie:
      la démarche de votre commentaire est exactement celle que je souhaite en produisant ce service. Dans ma conception les commentaires visent à compléter, à prolonger, à faire réfléchir dans des directions suggérées par mon travail et c’est exactement ce que vous faites.

      Vous vous interrogez sur le « vrai grand mystère » que nous explorons: comment se fait il que cela marche? Vos liens sont passionnants. Votre démarche illustre ce que je répète souvent: une balle perdue n’est n’est pas perdue pour tout le monde!

      Bien sur, la période électorale est propice, mais elle doit me semble-t-il être vue comme une opportunité et un prétexte.

      Notre système s’est construit sur le long terme, beaucoup de choses sont enracinées, incrustées et passent pour des évidences. Essayer de lutter pour donner à voir certaines vérités, pour faire examiner certaines hypothèses ne peut etre une entreprises de court terme, il faut traverser le temps psychologique, le temps de la prise de conscience et celui de la découverte intellectuelle. L’épaisseur du crane humain est très grosse. Le temps est long, lent et non linéaire. La production du système social et de la société civile sont des domaines encore insuffisamment explorés.

      J'aime

    2. Certains ont dit publiquement que Macron est inquiétant; c’est un euphémisme, il est hautement dangereux.
      Les propos qu’il a tenus hier à Marseille sont édifiants à cet égard mais n’émeuvent manifestement pas du tout ni politiciens ni MSM bien-pensants.
      Sa diatribe anti-FN et contre les électeurs votant FN m’a fait penser aux 2 mn de la haine dans 1984 d’Orwell.
      Qu’arriverait-il en France si MLP se permettait ne serait-ce qu’une partie de des propos de Macron ?
      http://www.lefigaro.fr/politique/2017/04/01/01002-20170401ARTFIG00127–marseille-macron-charge-le-fn-et-repond-aux-attaques.php?pagination=1#nbcomments

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s