Impressions partielles de campagne, rien ne se passe comme prévu, la mécanique bien huilée grince

L’atmosphère de la campagne électorale présidentielle ne cesse de se modifier. Elle reste cependant toujours aussi   désagréable ! Les attaques vicieuses et nauséabondes visent cette fois non plus Fillon qui est considéré comme un homme à terre, mais Mélenchon d’abord et Marine ensuite, mais à un degré moindre.

Une constante cependant mérite d’être soulignée, d’être soulignée, dans cette phase , le mépris pour les Français est à son comble, jamais on n’avait osé prendre les citoyens à ce point pour des imbéciles. Chaque matin ce qui se déverse est une insulte à l’intelligence du peuple. Et c’est peut être ce qui va causer la perte des favoris et de leurs bailleurs de fonds. Un mouvement de rejet, de prise de conscience diffuse, se dessine. Et il est anti système. Trop finit par être trop.

On a sorti la grosse caisse s’agissant de Mélenchon car sa dynamique a surpris et il a fallu improviser. Improviser ce n’est pas tout à fait le mot qui convient car on a ressorti les vieilles horreurs: Mélenchon le couteau entre les dents, Mélenchon le soviétique, Mélenchon le Vénézuélien. On a même entendu une commentatrice avancer sans rire que le projet de Mélenchon, c’était le retour aux jours sombres du communisme:   « c’est l’URSS des années 50 »!

Le fait que les commentateurs soient sans cesse pris à contre pied joue certainement un grand rôle, les stratèges  de campagne parent au plus pressé. Les ennemis à abattre changent, rien ne se passe comme prévu tant est grande la fluidité de l’opinion publique , la volatilité de l’actualité et l’imprévu des courants porteurs.

Qui eu cru que Mélenchon, pourrait sortir de son strapontin de candidat de témoignage et se propulser aux premiers plans, réaliser une percée susceptible de le faire accéder au deuxième tour? Qui eu pu imaginer un duel final  opposant Marine Le Pen à Mélenchon? Mieux, qui eu pu envisager que Marine ne soit même pas second tour? Les hypothèses les plus assurées se trouvent remises en question jour après jour: selon les dernières enquêtes, on a  l’impression qu’aux marges d’erreur près, quatre candidats sont au coude à coude.

Le malaise qui se dégage de cette campagne vient du sentiment que tout sonne faux et décalé. La campagne, c’est une évidence, est une colossale manipulation orchestrée par les sponsors de Macron et pour Macron. La « machine à Macron » est une mécanique lourde, très lourde, elle ne vire pas facilement, elle a tellement de ramifications que les impulsions ont des difficultés à se propager. Ce qui était bien huilé, se grippe en fin de période. On a préparé des stratégies pour une situation … qui n’est pas celle qui s’impose.

La complexité est en outre augmentée par le jeu des deux tours: on ne doit pas se positionner de la même façon pour le premier et pour le second tour; et on ne doit pas préparer le terrain de la même façon selon que l’on va devoir affronter Fillon, Marine ou Mélenchon.  Personne n’a la certitude absolue de figurer au second tour, donc il faut retro-pédaler, revenir sur une campagne de premier tour en catastrophe.

Ce problème , c’est celui de Macron, mais également celui de Marine: depuis quelque temps ils mènent une campagne de second tour, hélas, leur dynamique étant  brisée et il leur faut revenir sur un jeu défensif de premier tour.

C’est pour simplifier que nous limitons la complexité et les problèmes à résoudre aux deux premiers tours, car Macron doit en outre résoudre l’équation du troisième tour, celle des  législatives: la constitution d’une alliance majoritaire pour gouverner!

Un exemple de problème qui n’avait pas été prévu; la situation de Hamon. Il a été jeté dans la bataille pour fixer des voix de première gauche, les voix des ringards du Parti Socialiste,  mais en même temps préparer le ralliement  aux législatives sur une base européiste. Habile? Sur le papier! Pas tout à fait car il s’est effondré et ceci a fait le bonheur de Mélenchon.

Tout cela donne une impression de malaise. Les sponsors ont préparé des argumentaires, des plans de marche et d’attaques, mais rien ne se passant comme prévu, tant au niveau des adversaires que des thématiques, ces éléments de campagne calculés pour d’autres situations tombent à plat, ils sont inadaptés et cela se sent. Derrière les plans on devine les bricolages et les rafistolages.

L’analyse de Mélenchon est intéressante sous cet aspect. Il avance l’idée qu’en face, ses ennemis n’ont pas fait leur travail; ce sont des paresseux qui passent leur temps à répéter ce qui se dit dans les dîners en ville: » il y a une façon de me critiquer qui valide totalement ma critique de ce petit monde « !… »La caste qui hurle à la mort à mon sujet en vient même à oublier qu’elle est censée combattre madame Le Pen. Peut-être parce que ces grands esprits découvrent comment le piège destiné à élire sans autre discussion quiconque serait opposé à elle au deuxième tour se retourne contre ceux qui l’ont inventé et peaufiné pendant tant d’années ! Car voici également que les sondages m’annoncent vainqueur beaucoup plus largement que d’autres face à l’extrême droite. »

Personne n’avait prévu que Mélenchon ferait pareils progrès en termes de communication, aussi bien de fond que de forme. Personne n’avait anticipé son utilisation des techniques et technologies modernes. Personne n’avait prévu le revirement guerrier de Trump qui remet le risque de guerre tous azimuts au premier plan, ce qui valide Mélenchon dans son choix d’avoir fait de la paix, l’un de ses thèmes majeur.  Il surfe sur une vague très porteuse. Du coup Macron est obligé de pédaler en chasse-patates derrière pour essayer de dire… qu’il saura tenir la dragée haute à Poutine! Dérisoire non?

Macron n’était pas le candidat que les médias s’étaient choisi. Cela c’est de l’observation superficielle qui passe à côté de l’histoire réelle.  La vérité est que tous les bouleversements capitalistiques observés dans  les médias, à commencer par celui du Journal Le Monde, puis celui de BFM, avaient pour but de promouvoir un candidat social-démocrate, européiste, mondialiste. L’opération vient de loin, même si elle n’était pas montée à personne dénommée. Et c’est la même chose s’agissant des responsables des chaînes de télévision.

La convergence médiatique a cependant été telle, qu’elle est rapidement apparue comme grossière, elle s’est retournée contre elle même. A trop en faire, les sponsors provoquent des réactions de rejet, même sur des thèmes auxquels le public  réserve normalement des accueils positifs. L’un des sommets de la manipulation qui se voulait subtile a été la convocation de Giscard dont on sait que les parrains et proches soutiennent Macron . France Télévisions a diffusé le 3 avril un documentaire en apparence à sa gloire, mais en réalité il s’agissait de préparer, de baliser, au profit de Macron: Giscard d’Estaing, de vous à moi a  été diffusé, à quelques semaines du premier tour, pour  installer Macron dans sa filiation. Giscard? Un homme « à l’ascension politique fulgurante », nous dit le passe plat Patrice Duhamel. Un « séducteur à la recherche obstinée de l’affection des Français ». « Ils sont surpris, séduits et parfois agacés par ce personnage atypique qui veut moderniser la France. »  Tout a été conçu pour Macron. On est à la frontière du subliminal. C’est un costume qui lui a été taillé, sur mesures. Il n’a plus qu’à l’enfiler.

Le costume a été fait sur mesures, sur mesure pour coller à l’image, mais hélas, ces mesures ne sont pas tout à fait les siennes, il y  a comme des défauts, des faux plis et des becs sur les coutures. « Le plus pur produit du système », selon les mots d’Alain Minc, son parrain mafieux, n’arrive plus tout à fait à passer pour un poulain de l’année, les ralliements successifs de vieux chevaux de retour déclassés, utiles pour le troisième tour, sont néfastes pour sa virginité. On a du mal à le faire passer pour un prix à réclamer. Surtout quand il perd les pédales et s’énerve en meeting.

Le système médiatique n’est pas intelligent, il est rigide, c’est stimulus/réponse. Certes il est pro-Macron, comme ses patrons, mais la presse est ainsi faite que les journalistes sont des frustrés, des mal baisés et  quelque fois ils ont envie de se rebeller, de ruer dans les brancards imposés par les directeurs de rédaction.

Pierre Bergé, le capitaliste co proprétaire du journal le Monde n’ a pas une image sans tache, il est controversé et quand il  félicite publiquement l’un de ses éditorialistes, auteur « d’un remarquable papier qui prédit la victoire de Macron, et un destin à la Blair », cela fait plus de tort que bien. Bergé, est, sauf pour une classe très restreinte, tout sauf une référence. Il semblerait qu’il agisse plus comme un marqueur oligarchique déviant qu’autre chose. Mélenchon pressent la chose quand il dit que les électeurs commencent à rager et à refuser la dictature de la Caste.

La Société des journalistes de Challenges  dénonce le parti pris pro-Macron de la direction: « les interventions multiples et déplacées de Maurice Szafran auprès de la direction et de l’équipe Web, suite à la parution d’un article critique à l’égard de Macron, paru le 14 mars sur le site : “Où sont les millions de Macron ? ” ». Et cela fait du bruit, amplifié par d’autres journalistes à la télé. Il n’est peut être pas si loin le temps ou l’activité mercenaire des faiseurs d’opinion se retournera contre ceux qu’ils prétendent servir; il n’est peut être plus loin ou le soutien d’une personnalité en vue sera interprété et vécu comme le baiser de la mort.

Publicités

3 réflexions sur “Impressions partielles de campagne, rien ne se passe comme prévu, la mécanique bien huilée grince

  1. Bonsoir,

    Pourquoi la presse ne parle-t-elle pas de l’acquittement de Fillon et vous non plus ?….(à moins que je n’ai loupé une de vos news…)

    Thierry Chave

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s