Les dépêches mercredi matin, Trump céderait encore, cette fois sur le mur pour éviter le shutdown!

L’activité est médiocre USA malgré les commentaires de sens contraire.

Ici sur le graphique , la rupture de 2014 est nette et elle témoigne de ce que nous ne cessons de repeter: l’échec de la politique monétaire à produire un cycle normal. L’activité est erratique, la reflation est toujours à venir. La reprise apparente de 2016 a deux origines, mais chut il ne faut pas le dire:

-la creation monetaire  colossale de la Chine pour éviter l’eclatement de sa bulle

-l’accord sur le pétrole qui a permis l’arrêt de la chute et une relative reprise  de la création internationale de « dollars. »

Les deux sont artificiels et ont des coûts et conséquences négatives. La Chine continue de se fragiliser; la hausse du prix du pétrole réduit le pouvoir d’achat réel alors que les revenus n’augmentent pas.

Le doute sur la reflation revient peu à peu malgré la création « monétaire » gigantesque de 200 milliards de dollars par mois dans le monde global. Plus de 2 trillions chaque année. La normalisation de la politique monétaire américaine est evidemment de la poudre aux yeux car ailleurs le robinet reste grand ouvert . Normalement, cette disparité devrait se traduire par un affaiblissemnt relatif des monnaies du ROW, le reste du monde. Pour le moment il ne manifeste pas.

Ecoutons  Michael Hartnett chief investment strategist de Bank of America Merrill Lynch. Selon Hartnett, les Banques Centrales comme la BCE, la BoJ et la BNS ont arrosé de 1 trillion au cours des 4 premiers mois de l’année. Elles ont acheté pour un trillion d’actifs fianciers à long terme! Selon lui c’est la Supernova. Et Attention Hartnett ne tient pas compte de ce qui est créé en Chine et qui fuite !

« Hartnett, foreign central banks like the European Central Bank (ECB), the Swiss National Bank (SNB) and Bank of Japan (BoJ) have been pouring the booze this year like there’s no tomorrow.

He says foreign central banks have bought an eye-watering $1 trillion of financial assets — stocks and bonds — just in the first four months of 2017 alone.

Hartnett argues this ongoing “liquidity supernova” — his term — has goosed the markets by suppressing bond yields and supporting stocks. »

Trump lâche à nouveau du lest pour éviter l’immobilisation totale:

Avec l’annonce d’une réforme fiscale présentée comme « historique », Donald Trump va tenter de marquer des points mercredi, à l’approche de sa 100e journée au pouvoir et alors qu’il s’oriente vers un compromis avec les démocrates sur la sécurité à la frontière mexicaine.

Ce sera « probablement la plus grande baisse d’impôts de l’histoire », avait annoncé le président Trump lui-même la semaine dernière.

Concrètement, le taux de l’impôt sur les sociétés, actuellement de 35%, pourrait être abaissé à 15%, selon la promesse de campagne du républicain, et le nombre de tranches d’imposition pour les particuliers passer de sept à trois.

Une certitude: le combat sera rude face aux Démocrates au Congrès. Les chefs républicains ont déjà admis que le calendrier initialement voulu pour l’adoption de cette réforme, avant le mois d’août, était intenable.

Et la Maison Blanche a commencé à dresser un bilan avantageux de cette période en énumérant les accomplissements du dirigeant républicain: 30 décrets signés, 28 lois promulguées, baisse du nombre d’arrivées de clandestins, et 38 coups de fils avec des dirigeants étrangers… En comparant au besoin ces statistiques à celles de ses prédécesseurs.

« Le monde réagit au leadership que le président a institué à Washington », a déclaré Sean Spicer, son porte-parole, vantant l’action internationale de M. Trump.

Le bilan réel est pourtant mince. Deux de ses projets phares, la fermeture sélective des frontières et l’abrogation de la loi sur la santé « Obamacare », ont échoué.

Et s’il a engagé une vague de déréglementation économique et environnementale massive, tout reste à faire, et ses effets mettront des mois ou des années à se produire.

Seule la confirmation du juge conservateur Neil Gorsuch à la Cour suprême représente une victoire indéniable.

Ce qui explique la tension régnant au Congrès à l’approche de la date butoir de vendredi minuit, avant laquelle les élus doivent impérativement adopter un budget.  Au-delà, l’Etat fédéral n’est plus financé et risquerait de fermer ses administrations, une paralysie humiliante pour le nouveau pouvoir républicain.

La minorité démocrate du Sénat dispose d’un pouvoir effectif d’obstruction et a menacé de l’utiliser si le président américain persistait à exiger que cette loi budgétaire inclue des crédits pour lancer le chantier de son mur à la frontière avec le Mexique.

Trump a  lâché du lest.  Selon des journalistes conservateurs reçus à la Maison Blanche lundi, il aurait accepté de reporter à plus tard la question du financement du mur. Et  les démocrates ont crié victoire.

« Nous sommes contents qu’il ait reculé », a déclaré mardi le sénateur Chuck Schumer. « Les négociations peuvent reprendre ».

——————————————————–

[Bloomberg] Global Stock Rally Lives On Amid Earnings Optimism: Markets Wrap

[CNBC] President Trump eyes steep cuts to corporate tax rates, repatriated earnings

[CNBC] US Commerce Secretary Ross fires new trade salvos as Trudeau calls Trump on lumber, dairy

[Washington Post] Trump to propose large increase in deductions Americans can claim on their taxes

[Bloomberg] Trump’s Tax Plan Said to Seek 10% Levy on Offshore Earnings

[Bloomberg] Australian Core Inflation Accelerates Toward Central Bank Target

[AFP] China launches first domestically built aircraft carrier: media

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s