L’alliance des laissés pour compte.

Les laissés pour compte, les déplorables , bref le peuple d’en bas n’est pas/plus représenté politiquement.

Les deux partis sociaux démocrates, celui de « droite » et celui de « gauche »,  sont mondialisés et financiarisés. Ils n’arrivent même plus à faire semblant de s’opposer!  Ils sont de l’autre coté de la ligne de démarcation, celle qui traverse le peuple et qui met d ‘un côté ceux qui pronent l’ouverture mondiale à tous vents et la destruction des spécificités nationales  et de l’autre ceux qui veulent que l’intérêt national et l’identité soit préservées. Ceci recouvre plus ou moins l’autre clivage: « gens d’en haut » et « gens d’en bas ».

Du coté des gens d’en bas, il y a deux formations politiques qui tout en représentant les mêmes couches sociales, se font concurrence: le Front National et les Insoumis.

Les differences sont à la fois historiques et en même temps elles tournent autour de l’internationalisme et de la philospohie. Les insoumis sont plus univeralistes et idéologues , les Lepenistes sont plus identitaires et concrets. Il est évident que cette division des gens d’en bas en deux camps fait largement le jeu des sociaux démocrates, avec le système électoral vicieux que nous avons ; elle permet de faire en sorte que les gens d ‘en  bas divisés n’aient aucun moyen d’expression et de représentation. Des leaders politiques soucieux de l’intérêt du peuple devraient reflechir sur cette question, nos divisions sont elles irrémediables, ne pouvons nous pas de temps a autre tenter des alliances concrètes, utiles, pragmatiques? En particulier on peut demander à Melenchon comment il pense monter une contre-offensive dans la rue contre les réformes  scélérates si il perd dès le départ plus de la moitié du peuple des salariés?

Personnellement je considére que dans le camp des anti mondialistes, dans le camp des insoumis face à l’ordo-libéralisme allemand, dans le camp des gens d’en bas, dans  le camp des victimes il ne devrait  pas y avoir d’ennemis? Pas d’ennemi au sein du peuple telle devrait être la devise.  Et ce n’est pas pour cela que chacun doit perdre ses références et cesser de  faire concurrence non; mais l’intérêt supérieur du peuple devrait primer.

Dans le Nord:

Les lepénistes, appellent à voter pour un insoumis. Hugo Vandamme et Éric Dillies, candidats malheureux du premier tour, appellent à voter pour l’Insoumis Adrien Quatennens. 

Il a appelé, dès dimanche soir, les 23 perdants à se rallier à lui au second tour. Adrien Quatennens, qualifié pour la finale contre le macroniste Christophe Itier, n’imaginait peut-être pas à quel point il serait pris au mot.
Car le premier des soutiens est venu de là où on l’attendait le moins. Du Front national. Éric Dillies, KO à la première reprise dimanche, prend fait et cause pour le jeune Insoumis : « Je vais voter pour lui, et j’appelle mes électeurs à suivre mon exemple, dit le lepéniste. J’ai rencontré Adrien Quatennens, c’est quelqu’un de bien. Face à une majorité pléthorique, il défendra le peuple, il s’opposera, il ne sera pas un béni-oui-oui. » On ne sait pas encore comment le mélenchoniste prend l’hommage. Éric Dillies a réuni 10,9 % des voix.

(…) La Voix Du Nord

Publicités

6 réflexions sur “L’alliance des laissés pour compte.

  1. C’est encore pire que cela.Au Bataclan:au bout de 5 minutes,des militaires sont sur place avec des armes lourdes.Ils ont ordre de ne pas bouger en attendant les instructions,ils refusent de preter leurs armes aux policiers qui veulent y aller(ils n’en ont pas le droit).Ils n’interviendront jamais.Il faut avoir vu les photos censurées du Bataclan…..

    J'aime

  2. ,,Instincts vacillants, croyances avariees, marottes et radotage. Partout des conquerants a la retraite, des rentiers de l’heroisme en face de jeunes Alaric qui geuttent les Romes et les Athenes, partout des paradoxes des lymphatiques. L’Europe coquette et intretable, decrepite aujourd’hui, n’excite plus personne. Des barbares cependant attendent d’en herites les dentelles et s’irritent de de sa longue agonie. …
    Ne pouvant defendre nos astuces contre les muscles, nous allons etre de moins en moins utilisables a quelque fins que ce soit : le premier venu nous ligotera. Contemplez l’Occident aujourd’hui: il deborde de savoir, de richesses, de deshonneur et de flemme. A ceci devaient aboutir les croises, les chevaliers , les pirates, a la stupeur d’une mission accomplie.
    Lorsque Rome repliait ses legions, elle ignorait l’Histoire et les lecons des crepuscules. »
    E. Cioran – Syllogismes de l’amertume – Paris 1952

    J'aime

  3. L’Europe n’a toujours pas compris que la terreur qui frappait sa métropole était une guerre, et non l’erreur de quelques personnes perturbées qui ont mal compris la religion islamique.
    Nous ne sommes apparemment pas prêts à abandonner nos règles de conduite masochiste, qui privilégient les peuples ennemis aux nôtres.
    Il semble que pour l’Europe, le terrorisme islamique n’est pas une réalité, mais seulement une perturbation momentanée de son train-train quotidien. Nous luttons contre le réchauffement climatique, le paludisme et la faim en Afrique. Mais ne sommes-nous pas prêts à nous battre pour notre civilisation? Aurions-nous déjà abandonné?

    Des bougies et des fleurs déposées lors d’ une veillée le 23 mai 2017 à Manchester, en Angleterre, après un attentat-suicide d’un terroriste islamique qui a assassiné 22 spectateurs la veille. (Photo de Leon Neal / Getty Images)
    Cette longue et triste liste est la récolte humaine du terrorisme islamique sur le sol de l’Europe.

    Madrid: 191. Londres: 58. Amsterdam: 1. Paris: 148. Bruxelles: 36. Copenhague: 2. Nice: 86. Stockholm: 4. Berlin: 12. Manchester: 22. Et cela ne prend pas en compte les centaines d’Européens massacrés à l’étranger, à Bali, à Sousse, à Dakka, à Jérusalem, à Sharm el Sheikh, à Istanbul.

    Mais après 567 victimes de la terreur, l’Europe ne comprend toujours pas. La seule première moitié de 2017 a vu des attaques terroristes perpétrées en Europe tous les neuf jours en moyenne. Pourtant, malgré cette offensive islamiste, l’Europe se bat avec des ours en peluche, des bougies, des fleurs, des veillées, des hashtags Twitter et des dessins animés.

    Après le 11 septembre et 2 996 victimes, les États-Unis sous la Présidence de George W. Bush ont relevé le gant. Les États-Unis et quelques alliés européens courageux, comme le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne, se sont révélés «les plus combatifs». Des guerriers islamistes ont été envoyés en défense; Les recrues jihadistes se sont retirées et des dizaines de parcelles terroristes ont été désorganisées. Mais cette réponse n’a pas duré. L’Europe s’est rapidement retirée sur son propre terrain, tandis que les islamistes ont porté la guerre sur le sol européen: Madrid, Londres, Theo van Gogh.

    Depuis lors, la situation a empiré: un simple calcul montre que nous sommes passés d’une attaque tous les deux ans à une attaque tous les neuf jours. Prenez les six derniers mois: Berlin, Londres, Stockholm, Paris et Manchester.

    L’Europe n’a toujours pas compris que la terreur qui a frappé ses villes était une guerre, et non l’erreur de quelques personnes perturbées qui ont mal compris la religion islamique. Aujourd’hui, il y a plus de musulmans britanniques dans les rangs d’ISIS que dans les forces armées britanniques. Selon Alexandre Mendel, auteur du livre Jihadist France, il y a plus de salafistes violents en France que de soldats dans les rangs de l’armée suédoise.

    Treize ans après l’attaque à la gare de Madrid, les dirigeants de l’Europe utilisent le même scenario: cacher les images de la douleur, afin de n’ effrayer personne; dissimuler que les assaillants islamistes sont « des ennemis de l’intérieur »; répéter que «l’islam est une religion de paix»; nous enfermer dans nos libertés; en les regardant retirées une par une pendant que nous proclamons que « nous ne changerons pas notre mode de vie »; et éradiquer les fondamentaux de notre civilisation – liberté d’expression, liberté de pensée, liberté de mouvement, liberté de religion – la base entière, en fait, de l’Occident judeo-chrétien.

    L’islam radical est la plus grande menace pour l’Europe depuis le nazisme et le communisme soviétique. Mais nous n’avons toujours pas été enclins à remettre en question les piliers politiques ou idéologiques qui ont mené à la catastrophe actuelle, comme le multiculturalisme et l’immigration de masse. Les mesures antiterroristes dures, les seules qui pourraient briser les menées et le moral des terroristes, n’ont jamais été prises. Il s’agirait de fermer les mosquées, d’expulser les imams radicaux, d’interdire le financement étranger des mosquées, de fermer les organisations non gouvernementales dangereuses, d’assécher le financement des djihadistes européens, de s’abstenir de flirter avec les djihadistes et d’empêcher les combattants étrangers de rentrer chez eux du champ de bataille.

    Nous traitons la guerre et le génocide comme si ce ne sont que des erreurs commises par nos agences de renseignement.

    Nous écartons l’Islam radical comme la «maladie mentale» de quelques personnes perturbées. Pendant ce temps, chaque semaine, deux nouvelles mosquées salafistes sont ouvertes en France, tandis que l’islam radical est prêché dans plus de 2 300 mosquées françaises. Des milliers de musulmans européens sont partis rejoindre le djihad en Syrie et en Irak, et les fondamentalistes prennent le contrôle des mosquées et des centres islamiques. A Bruxelles, toutes les mosquées sont contrôlées par les salafistes, qui diffusent l’islam radical parmi les masses musulmanes.

    La triste vérité est que l’Europe n’a jamais eu la volonté politique de mener une guerre totale contre ISIS et les autres groupes djihadistes. Sinon, Raqaa et Mossoul auraient déjà été neutralisées. Au lieu de cela, les islamistes ont repris Molenbeek en Belgique, les banlieues françaises et de grands territoires en Grande-Bretagne. Nous devrions célébrer maintenant la libération de Mossoul et le retour des chrétiens dans leurs foyers; Au lieu de cela, nous sommes en deuil de 22 personnes assassinées et 64 blessées par un kamikaze islamique à Manchester et 29 chrétiens tués en Egypte pour cette seule semaine.

    Des combats sérieux nécessiteraient des bombardements massifs pour éliminer autant d’islamistes que possible. Mais nous ne sommes apparemment pas prêts à abandonner nos règles de conduite masochistes, qui privilégient les peuples de l’ennemi aux nôtres. L’Europe n’a jamais exigé que ses communautés musulmanes désavouent le djihadisme et la loi islamique, la charia. Ce silence est ce qui aide les islamistes à obtenir le silence des dissidents musulmans courageux. Pendant ce temps, les armées européennes se réduisent de jour en jour, comme si nous considérioons que la partie était jouée.

    Après chaque attaque, les leaders européens recyclent les mêmes slogans vides: « Continuez »; « Nous sommes plus forts »; « Les affaires continuent ». Le maire musulman de Londres, Sadiq Khan, nous dit qu’il faut nous habituer au carnage quotidien! Il dit qu’il croit que la menace des attaques terroristes est «une partie intégrante de la vie dans une grande ville», et que les grandes villes du monde entier «doivent se préparer à ce genre de choses». Est-ce qu’il veut vraiment dire que nous sommes censés nous habituer au massacre de nos propres enfants dans l’Arène de Manchester? La terreur islamique fait maintenant partie du paysage de tant de grandes villes européennes: Paris, Copenhague, Nice, Toulouse, Berlin …

    Au lieu de se concentrer sur le djihad et l’islam radical, les leaders européens continuent à parler de la «menace russe». Ce serait bien une erreur de négliger l’expansionisme russe. Mais les troupes de Vladimir Poutine ont-elles attaqué Westminster? Les agents russes ont-ils explosé, emportant la vie des enfants lors d’un concert de Manchester? Est-ce qu’un ancien espion soviétique a tué des Suédois à Stockholm? Pour les dirigeants d’Europe, parler de Poutine semble être un dérivatif bienvenu écartant les vrais ennemis.

    L’écrivain français Philippe Muray a écrit dans son livre, Chers Jihadistes:

    « Chers jihadistes! Tremblez devant la colère de l’homme en bermuda! Craignez la rage des consommateurs, des voyageurs, des touristes, des vacanciers, qui sortent de leurs caravanes! Imaginez-vous comme nous, alors que nous nous vautrons dans le plaisir et le Luxe qui nous ont affaiblis « .

    Il semble que pour l’Europe, le terrorisme islamique n’est pas une réalité, mais seulement une perturbation momentanée de son train-train quotidien. Nous luttons contre le réchauffement climatique, le paludisme et la faim en Afrique et pour un monde global égalitariste. Mais ne sommes-nous pas prêts à nous battre pour notre civilisation? Ou avons-nous déjà abandonné?

    Giulio Meotti, éditeur culturel de Il Foglio, est un journaliste et auteur italien.

    J'aime

    1. Merci pour cette traduction.
      Nous abandonnons le christianisme et ses fondamentaux qui amènent à la vie, donc c’est une autre spiritualité qui vient remplir ce vide sidéral.
      Mais cette autre spiritualité amène la mort.
      M V Poutine lutte contre l’homosexualité, donc il est à abattre pour les lobby LBGT qui nous gouvernent. Notre civilisation est rongée de l’intérieur.
      La lutte contre la faim en Afrique… avec les milliards qui sont déversés ne pensez vous pas que l’on ne devrait plus en entendre parler? Elle est liée à quoi? Toujours la même chose: le profit de quelques uns au détriment de tant d’autres.
      Quelques réflexions en vrac

      J'aime

  4. D’ Alexandre Soljénitsyne à Harvard le 8 juin 1978: à relire
    « …..Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l’Ouest aujourd’hui pour un observateur extérieur. Le monde occidental a perdu son courage civique, à la fois dans son ensemble et singulièrement, dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque pays, et bien sûr, aux Nations Unies. Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d’où l’impression que le courage a déserté la société toute entière……………………………. »

    Peut être parce que le courage est soluble dans le fric

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s