Le point boursier, le Liquidity Trade

L’économie américaine a créé 138.000 emplois en mai alors que les analystes en attendaient 185.000. Le taux de chômage a reculé d’un dixième de point pour tomber à 4,3%, son plus faible niveau depuis 2001.

Les commentaires sont positifs, on souligne la modération, c’est à dire le fameux « ni trop chaud, ni trop froid ».

C’est la situations idéale… du moment que l’on tient aux apparences, c’est à dire que l’on ne se pose pas la questions des causes, c’est dire la question des passifs et comment on en est arrivé là.

Le salaire moyen a stagné, ne prenant que 4 cents à 26,22 dollars. Nous somes donc toujours dans la même configuration: modération salariale, cash flows et bénéfices restent au dessus des normes historiques.

Autre indicateur, vendredi, le déficit commercial des Etats-Unis a augmenté plus fortement que prévu en avril, du fait d’une hausse des importations.

« Le principal enseignement de ces chiffres, c’est que cela va créer un frein pour la croissance du PIB au second trimestre puisque le déficit commercial d’avril est supérieur à la moyenne du premier trimestre », a indiqué Patrick O’Hare de Briefing dans une note.

« Le marché commence à remettre en cause un peu le plan de la Fed qui est de deux hausses des taux d’ici la fin de l’année et de commencer à diminuer son bilan », a continué M. Volokhine, faisant référence au volume d’actifs achetés par la banque centrale après la crise financière pour soutenir la reprise.

En plus d’un espoir de voir la politique accommodante de la Fed se prolonger un peu, la Bourse de New York regardait d’un bon oeil la baisse des rendements obligataires, susceptible de soutenir in fine la consommation, et un dollar au plus bas depuis novembre, favorable aux exportations.

Le marché obligataire montait fortement.  Le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,154%, contre 2,214% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,804% contre 2,867% la veille.

On sort ainsi de la fourchette d’indécision qui prévalait depuis de nombreux mois, ce qui est la conséquence logique de la capitulation des derniers tenants de la reflation. On se reportera à nos différents artcicles sur cette question de la fin du Reflation Trade. 

Les divergences continuent de s’élargir et de s’accumuler entre les différents segments de marché, ce qui conduit les gourous Cassandre impatients à piaffer, à s’enhardir: ils annoncent « le top » comme imminent .

Vous savez que tout en n’ayant pas d’avis et de conviction forts nous ne partageons pas, nous ne participons pas à la curée.

En trading nous restons persuadé que les valorisations n’ont aucune importance, tant que les gens veulent jouer , ils jouent quel que soit le niveau des cours. Les valorisations ne constituent pas un guide efficace pour opérer, elles ne sont utiles que dans une vraie optique d’investissement de long terme.

En investissement, nous qualifions le marché de « reward free » face à un risk démesuré . Nous sommes dans la situation que les américains décrivent de façon imagée; on ramasse des piécettes face à un rouleau compresseur!

Le problème des marchés est que les apprentis sorciers des banques centrales ont tout détruit avec 8 ans d’imbécillité, il n’ y a aucune alternative alors que les liquidités sont encore très importantes: « no place to hide » face à une avalanche de liquidités qui continue. Voir les graphiques et indications ci dessous.

L’une des issues sera , mais il peut y en avoir d’autres, la destruction de cette montagne de liquidités par destruction boursière et/ou par la frilosité qui réduira la vitesse de circulation.

Quand? Personne ne le sait et personne ne peut le savoir! Avez vous remarqué que l’on ne cesse de parler de normaliser (Fed, BCE, BOJ)  et qu’en fait on n’a jamais le courage/culot de tenter de le faire. Le malheur, le coût, c’est toujours pour après demain!

Pourquoi? Parce que maintenant, face à un échec qui est patent, face à l’impossibilité de restaurer les tendances antérieures à 2008, on se trouve en présence du coût des mesures qui ont été prises et ce coût qui est devant nous, il est terrible car il est enraciné dans la  valorisation d’une masse colossale d’actifs dont le prix est hors de proportion avec toute valeur économique.

Ceux qui s ‘étonnent du fait que les marchés sont au plus haut , « teflons », face à un mur de mauvaises nouvelles et de stress n’ont pas assimilé le fait que nous sommes encore, malgré les paroles dans le système des mesures monétaires non conventionnelles; on a beau parler de la fin, nous sommes encore en plein dedans! On nous chante une nouvelle musique mais les paroles n’ont pas changé.

Quand on veut monter, on le fait sur n’importe quel prétexte, cause ou motivation! Le Reflation Trade disparait, qu’importe on joue le Super-Liquidity Trade. En 5 mois le Nasdaq a monté de plus de 20% tandis que les FANG s’appréciaient de plus de 30%. Tout cela n’est pas sans nous rappeler l’impression que nous avions en  … 1999. Il faut dire que vu sous l’angle classique, orthodoxe, ce qui n’est pas le nôtre, la situation est similaire à celle de cette époque: on avait alors un marché exubérant, bullaire, mais la Fed était paralysée, elle n’osait prendre la décision de calmer le jeu. La Fed d’alors, disaient les plus avisés, pêche par timidité.

La Fed parle sans cesse de normaliser, tant sur les taux que sur la taille de son bilan, mais c’est cause toujours, paroles, paroles et du coup les marchés doutent de sa détermination.

Qui oserait imaginer que malgré cette soit disant épée de Damoclès suspendue au dessus des marchés de taux, le rendement du 10 ans US … est en chute depuis le début de 2017 …de 31 points de base à 2,14%!

Le taux des Bunds est de 27 pbs,  des OAT de 71 pbs, celui des Suisses est négatif de 27 pbs.

Alors diront ceux-la pourquoi les marchés n’anticipent-ils pas cette fin annoncée?

Pour deux raisons,

1)les apprentis sorciers ont cassé, détruit la fonction d’anticipation des marchés, et

2)parce que les marchés ‘doutent.

Ils doutent de la petite reprise en cours, ils doutent de la possibilité de refaire les 2% d’inflation, ils doutent en fait de la possibilité des autorités de pouvoir honorer un jour leurs promesses et régulariser.

C’est le doute qui empêche les marchés d’anticiper. Les marchés ne sont plus adultes, à force d’être pilotés, guidés, « béquilllés », ils sont infantilisés.

Divergence, divergence! 

Vers la réconciliation entre les espoirs et le réalisations

EN PRIME

Une montagne de dettes  qui ne seront pas honorées, mais…

May 29 – Financial Times (Dambisa Moyo): “Virtually every class of US debt — sovereign, corporate, unsecured household/personal, auto loans and student debt — is at record highs.

Americans now owe $1tn in credit card debt, and a roughly equivalent amount of student loans and auto-loans which, like the subprime mortgage quality that set off the 2008 financial crisis, are of largely low credit quality (and therefore high risk).

US companies have added $7.8tn of debt since 2010 and their ability to cover interest payments is at its weakest since 2008

With total public and private debt obligations estimated at 350% of gross domestic product, the US Congressional Budget Office has recently described the path of US debt (and deficits) as almost doubling over the next 30 years.

But this is not just a US phenomenon. Globally, the picture is similarly precarious, with debt stubbornly high in Europe, rising in Asia and surging across broader emerging markets.

A decade on from the beginning of the financial crisis, the world has the makings of a fresh debt crisis.”

EN PRIME

Les PMI ralentissent

En Chine aussi

Le Liquidity Trade (expression utilisée par El-Erian) 

Pour la première fois le bilan de chaque banque centrale, BCE et BOJ est plus gros que celui de la Fed. Voir le graphique ci dessous. La Fed ayant stabilisé son bilan, c’est la BCE et la BOJ qui alimentent la liquidité internationale. Voir les graphiques et corrélations interessantes ci dessous. 

For the first time in history, both the ECB and BoJ balance sheets have grown larger than the Fed’s.

The BoJ’s balance sheet topped the JPY500tn (USD4.48tn) mark at the end of May, central bank data showed today.

 

Furthermore, the latest data also shows the pace of the increase in BoJ’s holdings has slowed considerably in recent months.

At the end of May, the central bank’s holding was up JPY70.7tn from a year earlier, more than 10% below the BoJ’s official guideline of an annual increase of JPY80tn.

However, its the ECB and BOJ buying that is keeping the world’s equity markets alive since The Fed ended QE3.

So what happens next?

The Fed has attempted to make the market believe that it will run down the balance sheet as it matures… Which will be a lumpy tightening in monetary conditions…

And unless someone steps up, the global central bank balance sheet will collapse, and that will not end well for global equity markets.

Is this what happens next?

Publicités

2 réflexions sur “Le point boursier, le Liquidity Trade

  1. Je suis nul en économie et vos articles quotidiens éclairent vraiment ma lanterne et mes journées, merci. Toutefois, je suis un peu des marqueurs de stress très personnels, qui ont fait leur preuve ces trois dernières années à mon sens : le pétrole (il rebaisse), l’or (il monte, l’air de rien, mais comme il est manipulé, cela ne veut pas dire grand chose) et le dollar (il faiblit). J’ai comme qui dirait l’impression que le système fait entendre des craquements de nouveau…

    Mais là n’est pas le but de mon propos. Vous employez souvent le terme de « Cassandre », et je dois dire que cela me chagrine dans l’usage que vous en faites. Cassandre pressentait un funeste avenir, mais elle « criait dans le désert », elle savait que personne ne l’écouterait et c’est là toute la beauté et le romantisme du personnage, mon préféré dans la guerre de Troie. La souffrance intérieure de Cassandre est immense, tragique, elle sera violée et tuée, me semble-t-il, et elle symbolisera cette inéluctable ascension d’un mal qu’elle révèle, et que nul ne veut éviter. Ou voir.
    Les « Cassandre » que vous évoquez régulièrement sont à mes yeux plutôt des « faux prophètes ». Il est vrai que le terme « Cassandre » est très souvent usité mal à propos avec une consonance négative, voire pour décrire l’opportunisme d’une personne qui vend du pessimisme à des naïfs et des gogos.

    Vous, M Bertez, êtes parfois un Cassandre, au sens véritable du terme, lorsque vous dites par exemple « qu’ils ont brûlé leurs vaisseaux », ou encore que « le Système politico-financio-médiatique existe par lui-même et qu’il tente de s’adapter, d’évoluer comme une entité synthétique monstrueuse dévorant tout sur son passage ». Car là, oui, votre propos est grave, révèle aux lecteurs quelque chose de profond et camouflé (camouflé volontairement, c’est pour cela que je n’emploie pas le terme de caché), lourd de sens et de conséquences. Et pourtant si vrai, au sens d’une Vérité « biblique ».

    Cette petite réflexion personnelle n’enlève rien à la qualité et la pédagogie de vos textes, au contraire. C’est parce que j’ai un immense respect pour votre travail que je me permets cette remarque. N’en prenez surtout pas ombrage.
    Amicalement.

    J'aime

    1. Votre remarque est intéressante et justifiée, mais le langage est un code et l’appellation Cassandre en Bourse est presque une appellation déposée, et à ce titre chacun comprend ce qu’elle recouvre.

      Je suis le contraire d’un Cassandre car mon refrain c’est: « le seul pouvoir des maîtres est de retarder l’inéluctable, c’est à dire à faire en sorte que ceux qui prévoient le pire soient ridicules.

      Voici un Cassandre !

      Suicidal to Stay in this Market-Charles Nenner
      By Greg Hunter On May 31, 2017 In Political Analysis 90 Comments
      By Greg Hunter’s USAWatchdog.com

      Renowned financial and geopolitical analyst Charles Nenner is doubling down on his prediction last year that the financial markets will crash in the fall of 2017. Nenner says, “People not positioned correctly may lose everything.” Nenner points out, “We all know they say the market goes up 8% on a yearly basis. That’s based on the fact if I draw a line through the markets, it shows 8%. I don’t think anybody realizes how much we are above the line. In order to get back to 8%, we have to go much below the line . . . So, it’s total nonsense to say we go up 8% a year when we are already 40% to 50% above that trend line that averages 8%. This is almost the longest bull market in history.”

      Now, Nenner has additional research that backs up his position, and it involves the number 7. Nenner explains, “You go to my research that goes back to the 1800’s, 1900’s and 2000’s. Go back a little, and you will see the market topped in 2017. The next year was 2007, which was clearly a high. If you go back to the next year that ends in 7, which was 1997, that was clearly a high. 1987 everybody knows about that, and I don’t have to go into it. Then go to ‘77 and ‘67, ‘57, ‘47 and ‘37. 1929 was a little aberration, it should have been ‘27. I still hold because it continued up and didn’t come down. That’s why they had the huge crash (in 1929) . . . . Based on the past, the future repeats. You have major correlation with major tops that are in years ending with a 7. If you are a reasonable person, you would say this is too much risk for me. If you are a super gambler, you say this time is different. . . . My cycle tops in September or October of 2017.”

      Nenner says staying fully invested in this market is “suicidal,” and Nenner goes on to say, “I would advise people not to listen to people with all kinds of stories that this market is not dangerous. . . .This is the end of the bull market.”

      Nenner predicts a big rally in bonds and gold, but not until mid-2018. On gold, Nenner says, “We always have this price target of $2,500 per ounce. If they reverse what Nixon did, the financial system will be so much under presser they will go back on the gold standard. If you really calculate it, the price of gold today should be $30,000 per ounce. For the moment, in our model, gold is a bit expensive.”

      On the “War Cycle,” Nenner, who is also an expert in both market and war cycles, says, “Wars come in cycles. It seems people have to have a certain amount of time so they forget how bad it was so they can start a new one. We talked about this a few years ago and said it’s not going to be the Middle East. It’s going to be China and the islands. In the aerospace industries in China, Japan, Vietnam and Korea, something is cooking over there. I still think the whole thing is coming from there. It’s just an accident that has to happen.”

      Nenner adds, “I don’t think there is really no clean way to get North Korea under control. I don’t think there is any clean way to keep the United States safe.”

      Join Greg Hunter as he goes One-on-One with world renowned cycle economist Charles Nenner.

      (There is much more in the video interview.)

      After the Interview:

      You can keep up with Charles Nenner at CharlesNenner.com. There is some free research, tutorials and articles. You can also be a subscriber and get a free trial by clicking here.

      (To Donate to USAWatchdog.com Click Here)

      Related Posts:

      Dow 5,000-Big One Starts in 2017-Charles Nenner
      Charles Nenner-2017 Prediction-Global War Cycle Coming into Danger Zone
      Stocks & Dollar Crash-Gold & Silver Spike-Bo Polny
      CNN and MSM Fake News, War Drums Beat in Europe, Israel Under Global Attack
      Insane Bond, Stock and Real Estate Markets-Mike Maloney

      News You May Like
      Trump Patriot for Blocking Washington Criminals from Presidency-Warren Pollock They Want to Destroy Trump & America-Gregory Mannarino Get Rid of Debt, Crime & War–Catherine Austin Fitts Strong Dollar Could Cause Bond Market Crash-Martin Armstrong
      About the Author

      Greg Hunter
      Greg is the producer and creator of USAWatchdog.com. The site’s slogan is “analyzing the news to give you a clear picture of what’s really going on.” The site will keep an eye on the government, your financial interests and cut through the media spin. USAWatchdog.com is neither Democrat nor Republican, Liberal or Conservative. Before creating and producing the site, Greg spent nearly 9 years as a network and investigative correspondent. He worked for ABC News and Good Morning America for nearly 6 years. Most recently, Greg worked for CNN for shows such as Paula Zahn Now, American Morning and various CNN business shows.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s