Les dépêches vendredi matin, tests bancaires

Note: ces tests sont des opérations de pure cosmétique. Les problèmes des banques globales ne se résument pas aux pertes et aux ratios de fonds propres. Le risque ou plutot les risques sont entre autres,  le « run » sur le refinancement, et la disparition de la liquidité sur les dérivés. Sans parler du risque majeur: la chute de la valeurs des actifs au bilan en raison d’une dévalorisation des actifs financiers non maitrisée. En fait les tests incluent sans le dire le report des risques systémiques sur … la Banque Centrale et le Trésor. Le risque est rejeté hors du système comme si le couple BC/gouvernement était un agent économique non soumis à la Loi de la Valeur. Nous soutenons que c’est un agent comme les autres… il suffit de demander aux grecs ce qu’ils en pensent. Le couple n’est exceptionnel que par le pouvoir de création monétaire. Cela n’est vrai que si on inclut la possibilité illimitée de créer de la monnaie, c’est à dire le recours ultime au  « trashing » de la monnaie.

Les géants bancaires américains apparaissent « bien capitalisés » et résisteraient à une grave crise financière même s’ils devaient accuser des pertes importantes, a affirmé jeudi la Réserve fédérale (Fed), à l’issue de la première étape des tests de résistance annuels.

« Même en cas de sévère récession, nos grandes banques demeureraient bien capitalisées », a affirmé le gouverneur de la Fed, Jerome Powell, en conclusion de cette première phase générale de tests effectués sur 34 grandes banques.

Une deuxième phase dira le 28 juin si, individuellement, certaines banques ont échoué à maintenir les niveaux de capitaux requis en cas de crise.

Ces tests, dont c’est la septième édition, ont été mis en place par la loi Dodd-Frank après la tempête financière de 2008 pour s’assurer que les géants bancaires qui présentent des risques « systémiques » en cas de crise sont suffisamment capitalisés.

Cette année, 34 banques dotées de plus de 50 milliards de dollars d’actifs ont été soumises à un scénario de crise très sévère, avec un taux de chômage qui bondirait à 10% (au lieu de 4,3% aujourd’hui), tandis que les prix de l’immobilier commercial chuteraient de 35%. La crise de 2008 avait été due à l’effondrement du secteur immobilier et plus particulièrement des prêts immobiliers à risque « subprime ».

Dans le scénario catastrophe choisi par la Fed, le niveau cumulé de fonds propres de haute qualité (Tier 1) passerait de 12,5% à 9,2%, ce qui reste au-dessus du minimum requis (4,5%). Ce niveau est également supérieur à ce qu’il était avant la crise de 2008, s’est félicité la Fed.

Ce niveau des fonds propres permettrait aux banques de continuer à prêter « et de soutenir les ménages comme les entreprises quand les temps sont durs », a affirmé M. Powell.

Ce scénario de crise très sévère exposerait néanmoins les géants bancaires à des pertes cumulées importantes, soit 493 milliards de dollars, dont 383 milliards sur les seuls prêts. C’est moins qu’en 2016.

Les résultats de ces tests interviennent au moment où l’administration Trump est en pleine offensive anti-régulation et pourraient servir d’arguments aux banques, qui réclament un desserrement de la règlementation.

La Fed annoncera mercredi les résultats individuels des banques, qui détermineront si elles peuvent redistribuer les liquidités envisagées (dividendes, rachats d’actions, acquisitions… ) à leurs actionnaires.

Cette année, la banque centrale a réduit à treize le nombre d’établissements soumis à cette deuxième batterie de tests. Parmi eux, figurent cinq filiales de banques étrangères: Barclays, Credit Suisse, Deutsche Bank, RBC et UBS.

En 2016, Deutsche Bank et l’espagnole Santander avaient échoué pour la deuxième fois consécutive et Morgan Stanley avait obtenu un feu vert conditionnel.


[Bloomberg] Asian Stocks Mixed While Oil Halts Losing Streak: Markets Wrap

[CNBC/SCMP] China’s banking regulator orders loan checks on Wanda, Fosun, HNA, others

[Bloomberg] As China Targets Serial Acquirers, These Are The Deals Still Pending

[Bloomberg] How Australia’s Banks Have Been Beaten Down This Week

[Bloomberg] Asia Junk Bond Buyers Accept Weaker Protection as Sales Surge

[CNBC] Singapore wealth fund Temasek: How a financial crisis in China might play out

[WSJ] Goodbye for Now to China’s Biggest Deal Makers

[FT] China probe shines light on top dealmakers

[FT] Big China companies targeted over ‘systemic risk’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s