Les dépêches jeudi, Draghi gagne du temps

La BCE a décidé jeudi de maintenir aussi longtemps que nécessaire son soutien appuyé à l’économie, en conservant ses taux directeurs au plus bas tout en confirmant son programme de rachat de dette.

Comme attendu, l’institution monétaire de Francfort a gardé à zéro son principal taux directeur, à 0,25% son taux de prêt marginal et à -0,4% le taux de dépôt au jour le jour, a annoncé un porte-parole à l’issue de la réunion du conseil des gouverneurs à Francfort (ouest de l’Allemagne).

Ces annonces ont laissé l’euro inchangé, à 1,20 dollar, tandis que la Bourse de Francfort a accentué sa hausse, l’indice Dax passant de +0,8% à près de +1% juste après le communiqué de la BCE.

Les taux campent à leurs plus bas niveaux historiques depuis mars 2016.

La BCE a également conservé en l’état son programme massif de rachats de dettes publiques et privées, dont elle se laisse toujours la possibilité d’accroître le montant – aujourd’hui de 60 milliards d’euros par mois – ou la durée si nécessaire.

Autre annonce identique aux précédents mois, le moment de relever les taux n’interviendra que « bien après » la fin des rachats d’actifs.

Le conseil des gouverneurs de l’institution a pris connaissance jeudi des dernières projections économiques pour la zone euro.

La discussion entre banquiers centraux sur l’avenir du QE s’annonce complexe, non seulement parce que l’inflation en zone euro ne parvient toujours pas à passer les fameux 2% mais aussi en raison de l’appréciation de l’euro, qui a gagné 13% depuis janvier face au billet vert.

On sait qu’une hausse de 10% du cours de l’euro contre dollar a une incidence de 0,3% en baisse sur les prix.

Par ailleurs les banques européennes et en particulier les allemandes se plaignent de cette politique qui détruit leur « business model » et les met en situation délicate de sous compétitivité face aux banques américaiens comme la Deutsche Bank l’a expliqué ses derniers jours.estiement que la BCE devra bien annoncer un jour une

Les observateurs estiment que la BCE devra bien annoncer run jour une pause de sa politique… faute de papier à acheter.

Prévisions économiques BCE

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi ses prévisions d’inflation en zone euro pour les deux années à venir en raison de l’euro fort, se montrant toutefois plus optimiste concernant la croissance en 2017.

L’institution monétaire de Francfort attend désormais une croissance de 2,2% du PIB (produit intérieur brut) de la région cette année, contre 1,9% jusqu’ici, a indiqué son président Mario Draghi lors d’une conférence de presse.

L’Italien évoque des « facteurs globaux et les développements sur les marchés des changes » pour justifier cette révision. Les deux années suivantes, la croissance en zone euro devrait refluer à 1,8% en 2018 et 1,7% en 2019, a continué M. Draghi, confirmant les précédentes prévisions de l’institution.

Il en va autrement des prévisions pour l’inflation dans le bloc monétaire. Si la BCE prévoit toujours une hausse des prix à la consommation de 1,5% en 2017, elle s’attend désormais à un ralentissement plus marqué de l’inflation les années d’après, à 1,2% en 2018 (1,3% escompté avant) et 1,5% en 2019 (contre 1,6% avant).

M. Draghi explique qu’au vu des prix du pétrole, l’inflation « va probablement diminuer en fin d’année, reflétant principalement des effets de base dans les prix de l’énergie »Le plus grand pessimisme pour 2018 et 2019 « reflète principalement la récente appréciation du taux de change de l’euro », a souligné M. Draghi.


[Bloomberg] Dollar Slides on U.S. Jobs; Euro Gains With Stocks: Markets Wrap

[Reuters] ECB keeps door open to even more stimulus

[Bloomberg] ECB Raises 2017 GDP Forecast to 2.2%, Fastest Since 2007

[Bloomberg] Draghi Says Euro Gain Must Be Monitored as Source of Uncertainty

[Bloomberg] Fed Leadership Questions Aside, Policy Outlook Getting Clearer

[Bloomberg] Trump’s Surprise Deal With Democrats Sets Up Christmas Showdown

[CNBC] US Treasury Secretary Mnuchin warns US could seek to sanction any country trading with North Korea

[Bloomberg] China Foreign Reserves Rise a Seventh Month Amid Yuan Strength

[Reuters] China’s old growth model keeps slowdown at bay

[NYT] European Central Bank Faces Hurdle in Cutting Stimulus: A Weak Dollar

[WSJ] Trump Stuns GOP by Dealing With Democrats on Debt, Harvey Aid

[WSJ] China’s Bad Banks Show It Still Has a Big Bad Loan Problem

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s