Les fous d’Allah, au sens propre, psychiatrique ont tenté de frapper en France

La Depeche.

Pour une raison encore inconnue, l’individu né en 1975, s’en est pris à plusieurs passants en les rouant de coups et en hurlant « Allah Akbar ». Prises de panique, les victimes ont réussi à prendre la tangente pour rejoindre le boulevard des Minimes et alerter une patrouille de la compagnie de sécurité et d’intervention (CSI) de Toulouse. Les fonctionnaires n’ont eu à faire que quelques mètres pour tomber sur l’homme surexcité. Lors de l’interpellation, l’individu a continué à crier « Allah Akbar ».

Trois policiers ont été blessés au tibia, à l’épaule ou encore aux cervicales. Dépêchés sur place, les sapeurs-pompiers de la Haute-Garonne les ont pris en charge. Quatre civils ont également été blessés par l’agresseur présumé. Deux d’entre eux ont été transportés à l’hôpital de Toulouse-Rangueil. On ne sait pas encore sur quel établissement de soins les fonctionnaires blessés ont été évacués.

Les trois policiers ont été blessés.

Deux patrouilles de l’unité d’intervention de la CSI de Toulouse ont été envoyées en renfort sur place. Pour l’heure, très peu d’éléments filtrent sur le profil de l’individu interpellé. Il serait inconnu des services de police.

L’agresseur présumé a séjourné en hôpital psychiatrique d’où il est ressorti en avril dernier. Et lorsque les fonctionnaires ont enfin réussi à le menoter, l’homme a fondu en larmes.


En Prime:

« One witness said: ‘We were chatting and he jumped on us. He first caught my son and then beat my daughter. We just ran, » according to the Daily Mail.

The officers didn’t need to travel far to find the attacker. During the very rigorous arrest, the individual continued to shout « Allahu Akbar » over and over.

Three policemen were injured in the legs and shoulder. After firefighters were dispatched to examine their wounds, two of the family members were taken to the Toulouse-Rangueil hospital.

The 42-year-old alleged perpetrator, whose name was not released, stayed in a psychiatric hospital, but was otherwise unknown to authorities.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s