Du vitriol, sur Lupus. Macron négocie la fusion/acquisition de la France par l’Allemagne qui n’en veut pas

Mondialisme : Les globalistes vont jeter les Antifas aux loups pour poursuivre leur programme


 

Macron propose, pour que l’Europe soit forte, une Europe rétrécie, sans contrepoids à l’Allemagne et à ses délires hégémoniques.  Il propose, c’est sa spécialité, la fusion acquisistion de la France par l’Allemagne. Le démantèlement façon Alstom/GE/ Siemens. Mais celle ci se méfie, elle a peur d’être vérolée,: la France, les Français ne sont pas fiables dit Schauble. Même Hitler ne voulait intégrer la France à son ensemble, tout ce qu’il voulait « c’est qu’on la garde faible ». 

Macron sait réaliser des Deals!

Macron a présenté mardi une longue et ambitieuse série de propositions pour relancer le projet européen, notamment la création d’une véritable défense commune, une Agence de l’innovation, des universités, une police des frontières, un Parquet…

Dans un discours solennel de plus d’une heure et demie, prononcé à La Sorbonne, prestigieuse université parisienne, le chef de l’État centriste a appelé de ses voeux la création d’une force commune d’intervention européenne pour 2020, un budget de défense commun et une « doctrine commune » pour agir et ainsi aller plus loin que les actuels « groupements tactiques » qui, en raison de lourdeurs administratives et de désaccords sur leur financement en opération, n’ont jamais été déployés par l’UE.

Le président a également proposé la création d’une Académie européenne du renseignement, d’un Parquet européen, d’une force commune de protection civile en cas de catastrophes naturelles, ainsi que d’un Office de l’asile et d’une police européenne des frontières « pour maîtriser efficacement nos frontières, accueillir dignement les réfugiés (…) et renvoyer rapidement ceux qui ne sont pas éligibles au droit d’asile ».

Élu en mai sur un programme réformateur, Macron a prononcé un vibrant plaidoyer pour l’UE, cherchant visiblement à relancer la machine européenne, dépourvue selon lui de vision de long terme depuis des années, enlisée dans la bureaucratie, la sur-réglementation et des décisions à l’unanimité.

L’Europe est « trop faible, trop lente, trop inefficace », a-t-il déclaré lors de ce discours ne visant pas, selon lui, à délivrer « des outils », mais à donner à l’UE « une nouvelle ambition ».

Sur le plan économique, il a souhaité la création d’une Agence européenne de l’innovation, capable de financer en commun des champs de recherche nouveaux, comme l’intelligence artificielle.

Il a cité pour modèle l’agence américaine de recherche militaire DARPA, agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies qui, dans les années 1970, a été à l’origine de la création d’internet.

Pour limiter le dumping fiscal et social au sein de l’Europe, Macron a dit vouloir l’établissement d’ici à 2020 d’une « fourchette de taux » commune d’impôts sur les sociétés et « un salaire minimum, adapté à la réalité économique de chaque pays, et encadrer la concurrence par les niveaux de cotisations sociales ».

Juncker applaudit  –

Dans ce discours qualifié de « très européen » par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, Macron est resté assez vague sur sa proposition d’un « budget fort pour la zone euro », « qui permette de financer des investissements communs, avec des impôts liés à ce budget ». Ce projet suscite la vive opposition des libéraux allemands, pressentis pour rejoindre le nouveau gouvernement d’Angela Merkel après les élections de dimanche.

« L’Europe des 28 ne peut fonctionner comme l’Europe des Six (…). Nous avons besoin à 28 d’une Europe plus simple, moins bureaucratique », en particulier sur la politique agricole commune.

Le président a assumé vouloir une Europe « à plusieurs vitesses »: « L’Europe est déjà à plusieurs vitesses, alors n’ayons pas peur de le dire et de le vouloir », a-t-il lancé. « Dans ce que je pose, je n’imagine pas que le Royaume-Uni ne puisse trouver sa place », a-t-il aussi dit.

Macron a également souhaité la création au niveau européen d’une « taxe sur les transactions financières », qui serait « affectée intégralement à l’aide » au développement.

Devant une parterre d’étudiants français et étrangers, le président a proposé la création d’universités européennes avec « de vrais diplômes européens », lieux d’innovation pédagogique: « au moins une vingtaine d’ici à 2014 ».

Il a souhaité la fixation au niveau européen d’un « juste prix » pour le carbone – dont les échanges permettent de pénaliser les industries polluantes – « suffisamment élevé » pour encourager la transition écologique, d’au moins 25 à 30 euros la tonne.

Il a aussi proposé de mettre en place aux frontières européennes une taxe sur le carbone qui pèserait sur les importations issues d’industries polluantes, afin « d’assurer l’équité entre les producteurs européens et leurs concurrents ».

Publicités

2 réflexions sur “Du vitriol, sur Lupus. Macron négocie la fusion/acquisition de la France par l’Allemagne qui n’en veut pas

  1. elle va servir a tout cette taxe carbone:
    -traire le betail a l’interieur des frontieres
    – empecher le pognon de fuir a l’exterieur par des achats en chine ou ailleurs et ainsi l’obliger à alimenter les dominants interieurs.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s