Billet: ne vous laissez plus influencer par les marchés, ils ne disent rien. L’exemple de la courbe des taux.

Beaucoup de commentateurs se laissent influencer par l’aplatissement de la courbe des taux et comme des chiens de Pavlov s’acharnent à vouloir prédire une récession. Ils ont tort.

La courbe des taux s »aplatit sans cesse et cela ne prefigure rien, les signaux ont été détruits par les artifices.L’avenir n’est plus éclairé sauf… par la mégalomanie et les illusons des banquiers centraux. 

La courbe des taux n’a aucune valeur prédictive et surtout pas en ces temps de manipulation par les banques centrales. Tout, aboslument tout est faussé, car fait à la main. Tous les signaux économiques ont perdu leur valeur et leur utilité.

Nous sommes en régime d ‘économie de marché dirigé, c’est à dire que les  élites se servent des marchés pour nous diriger, nous cornaquer; les élites utilisent la violence anonyme des marchés pour nous faire faire ce qu’elles  veulent et en même temps masquer leur pouvoir.

Nous avons l’illusion de nous diriger, d’exprimer nos préferences, de compter,    alors que nous obéissons.

Et il n’est pas passible de déterminer, faute d’expériecne, dans quel sens il faut faire les corrections. Tout est complexe et ressort non de la binarité/linéarité mais la théorie des jeux. Rien ne préfigure rien .

Le pouvoir d’anticipation des marchés est incompatible avec leur statut moderne d’instruments de transmission des impulsions du haut vers  le bas.  Un vrai marché c’est une remontée de sens  inverse une remontée du bas vers le haut.

N’oubliez jamais la période est une période de répression financière!Pensez y « répression », c’est le terme officiel, cynique.

Publicités

Une réflexion sur “Billet: ne vous laissez plus influencer par les marchés, ils ne disent rien. L’exemple de la courbe des taux.

  1. Nous avons affaire à des « médecins de molière »: une première saignée par la répression financière et puisque, bien entendu, on en a pas assez fait et c’est pour ça que ça n’ a pas marché( ha ha!!) nous aurons droit à une deuxième saignée par l’ (hyper?) inflation et on finira par tuer le malade…Quand à « l’illusion de nous diriger », rappelons nous ce que disait K. Marx:  » la volonté humaine n’existe que pour autant qu’elle épouse les contradictions historiques du temps, qui font qu’elle est adéquate à la ligne déterministe de ce qui produit ce temps… »
    C’est valable aussi bien pour le vulgum pecus ,qui croit maîtriser ses actes ou sa destinée par sa volonté, que pour nos élites bénies du veau d’or qui croient,dans un narcissisme mégalomaniaque démesuré, décider de l’avenir du système capitaliste alors que tous ces actes ne traduisent que le déterminisme historique des forces productives…
    Ce qui est (sans doute?) certain c’est que nous allons entrer dans une phase critique de la crise globale dans laquelle les contradictions valorisation/dévalorisation du capital accélèrent la chute du taux de profit qui débouchera d’abord sur une impossibilité matérielle de reproduction du système tel que nous le connaissons, puis ensuite sur une ré (v)solution dans laquelle le capital détruira ses antériorités ( ce n’est jamais une partie de plaisir) pour renaître sous une forme politique, économique et sociale inconnue à ce jour.
    Je suis à la fois excité et terrorisé à l’idée de vivre ( plaise à Dieu) ces changements..
    Bon WE

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s