Billet Un monde sans conscience, sans déontologie

C’est le moment des boules de cristal, elles sortent de partout, c’est à qui prétendra en avoir une et une bonne!

Les prédictions sont toutes plus stupides les unes que les autres. Ce sont des marchandises, des savonnettes, elles n’engagent à rien. On noircit du papier parce que c’est la saison et on écrit n’importe quoi, sachant pertinammment que cela n’a aucune importance: tout est dérisoire, la crédibilité est nulle et c’est accepté ainsi.

La question de la confiance, dans nos systèmes modernes est nulle et non avenue. Elle ne se pose plus, elle est remplacée par la répétition, l’alternance, les excuses, les « je suis désolé » etc.

Celui qui parle, celui qui écrit ne sont plus engagés à rien. Il n’y a plus de prescripteurs , ils ont démissioné et rallié, le plus souvent le camp du bien. C’est le temps des charlatans. Sans morale, sans conscience professionnelle.

Quand je suis rentré dans le métier de l’épargne et de la finance, j’ai formé un jeune analyste, il sortait de Science Po. Cet analyste a pris de la bouteille et un jour il a assuré la responsabilité d’une introduction en Bourse en conseillant l’achat d’un titre que je nommerai pas. Il se trouve que le titre était surévalué, que les perspectives n’ont pas été tenues et que les épargnants ont été grugés. Ce garçon, paix à sa mémoire s’est suicidé, jeté par une fenêtre il n’ a pas supporté l’idée d’avoir trompé la confiance du public; mais cela c’était avant.

Les économistes sont devenus incapables d’analyser une situation autrement qu’à la lueur de la doxa dominante , c’est à dire à la lueur des hit parades truqués. A la limite il n’y a plus d’intellectuels, il n’ y que des plumitifs. Personne ne prend la responsabilité de conduire le peuple, chacun veut sa part du gateau du marketing. Peu importe si on vend de la merde.

C’est la règle du jeu de la modernité, non seulement les images remplacent les paroles, mais les paroles s’envolent, elles ne valent rien, et les écrits guère mieux; eux aussi, ils sont dévalorisés . Donc on peut écrire n’importe quoi.

C’est ce qu »a choisi de faire le grand Journal national, le Figaro qui à la Une du vendredi 29 décembre écrit, en haut de Une:

La Bourse redevient attractive pour les épargnants!

Le journal envoie les épargnants à l’abattoir, son dossier est un tissus d’aneries et de contreverités mal assimilées. Les auteurs ignorent jusqu’au BA BA de l’investissement et de ses règles, ils ne savent pas que l’on monte sans discontinuer depuis Mars 2009 , que la cause de la hausse c’est la politique monétaire, que les valorisations sont bullaires , que l’on s’achemine vars une normalisation monétaire sanglante etc etc. Bref ils ne savent rien et en particulier que pour oser conseiller aux épargnants de venir en Bourse, il faut être sur de le faire à bon escient, dans les longues phases de baisse quand les valeurs mobilières sont à des prix attrayants, pas quand elles sont surévaluées par des artifices.

On dira que le Figaro est un journal grand public et je repondrai que cela est faux: le figaro prétend être un spécialiste; il a des pages roses comme le Financial Times,afin de mieux tromper, il récolte la publicité financière, il a une équipe specialisée.

Quand le marché devissera, quand les épargnants n’auront plus que leurs yeux pour pleurer, bref qand au lieu de vendre, il faudra acheter , gageons que les idiots du Figaro, avec l’aval de la Direction, feront vendre, au plus bas comme d »habitude.

Pour le Figaro la Bourse redevient attractive pour les épargnants!

Publicités

3 réflexions sur “Billet Un monde sans conscience, sans déontologie

  1. Bonjour Monsieur Bertez,

    Vous ne parlez pas devise.Que pensez vous de la hausse de l’euro face au dollar?
    est ce une manipulation US pour favoriser leurs exportations et attaquer celles de l’allemagne,
    J’aimerais bien avoir votre point de vue .

    J'aime

    1. J’en parle quand cela s’impose.

      Ici ce n’est pas le cas.

      La baisse du dollar est un conundrum au même titre que l’absence de hausse des taux longs les deux sont d’ailleurs liées.

      Les raisons derrière le conundrum sont très complexes et il serait inutile a ce stade de tenter de les expliquer car elles font appel à des conceptions monétaires que même les banquiers centraux ne comprennent pas.

      Quelques pistes pour guider les recherches:

      En un mot, le dollar est devenu fondamentalement rare, depuis 2007 et encore depuis la mi 2014 et nous assistons à des sinusoides dans cette rareté. Le monde entier est short de dollars en raison des dettes colossales en dollars du système et ce dollar short est determinant… mais pas toujours, il a des répits. .

      Le système de l’eurodollar ( système du dollar exterieur aux USA) qui a remplacé Bretton Woods est en déclin historique, avec des rémissions qui sont liées au prix du pétrole et à l’usage plus ou moins intense du dollar dans les transactions internationales. La géopolitique intervient à ce niveau.

      Il y a des mouvements de fond provoqués par l’impasse de la situation du sytème de l’eurodollar et des mouvements intercalairess, conjoncturels liées au commerce international et au pétrole et aussi à l’appétit pour le risque.

      De temps à autre le fondamental prend le dessus, de temps à autre c’est le conjoncturel qui prend le dessus.

      La prochane grande, l’énorme crise sera fondamentale; elle sera liée aux structures même du système monétaire mondial et à sa dislocation.

      Dislocation qui se produira par ce que les banquiers centraux et surtout les américains n’ont rien compris . Trump va accélérer le déclin de l’eurodollar, affaiblissant ainsi les USA au lieu de les renforcer! Amercia First dans son principe même joue contre les interêts bien compris des USA, mais Trump et son entourage sont des crétins et cela ils ne comprennent pas, ils ne comprennent pas que ce sont les USA qui sont les grands bénéficaires du système actuel car ils ont déficits, pas d’épargne et ils tiennent en pillant les ressources des autres.

      En fait ce qui s’est passé en 2007 est exactement la même chose que ce qui s’est passé en 1971; les USA n’ont pas pu honorer leurs dettes .

      En 1971 ils ont décroché le dollar de l’or et ont pu ainsi émettre autant de dollars et de dettes qu’ils en avaient usage et nécessité; en 2007 ils ont décroché le dollar des règles de l’orthodoxie bancaire et monétaire (le non conventionnel) et ont ainsi pu en émettre autant que nécessaire pour sauver leur système.

      Il n’y a pas de difference entre décrocher par rapport à l’or et décrocher par rapport à l’orthodoxie, c’est toujours l’équivalent de répudier des limites. Le résulrat est toujours le même on peut créer plus de monnaie et produire plus de crédit.

      1971 et 2007 sont les deux grandes étapes du déclin historique/séculaire du dollar.

      Mais pour faire cela, pour créer autant de monnaie qu’on le veut, il faut être le plus fort, il faut que le dollar soit accepté partout et pour tout. Il faut disposer de l’hégémonie monétaire; mais ceci bute d’abord sur la montée de la Chine et de son Yuan et ensuite sur l’imbécillité des sanctions qui nuisent à l’usage du dollar. Les pays rogues savent maintenant qu’il faut se passer du dollar à long terme si ils veulent être indépendanst et libres. Les pays rogues ce sont la Russie, la Chine, le Vénézuela, l’Iran la Corée du Nord, …et d’autres vont suivre.

      Voila esquissée la donne monétaire mondiale et vous comprenez que tout cela est beaucoup trop complexe à expliquer à partir de l’actualité !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s