Nous sommes dans un économie de guerre soft; l’arme, les munitions sont la monnaie et le crédit.

Les commentateurs s’étonnent de constater que le ratio de dette US au GDP soit supérieur à 100% ce qui est le niveau atteint  lors de la guerre. Il suffit, pour ne pas avoir à s’étonner de considérer que les autorités traitent la situation comme s’il s’agissait  d’une guerre.

Et c’est effectivement une guerre, mais une guerre moderne ou même post moderne c’est une guerre plus ou moins « soft » qui ne se nomme pas, qui ne fait pas l’objet d’un débat politique.

La guerre dont il s’agit est complexe à appréhender et décrire car les ennemis sont diffus, variés et en grande partie non identifiés: c’est une guerre contre la réalité!

Il s’agit de s’opposer par l’arme de la monnaie et du crédit au retour de la réalité. Le retour de la réalité mettrait à nu les mystifications du système, l’impuissance réelle des élites à résoudre les problèmes qu’elles créent et bien sur à tenir les promesses qu’elles multiplient. La conséquence  en serait … un changement d’ordre social.

Vers quel ordre social? Je n’en sais rien et personne ne le sait mais ce qui est sûr c’est que l’ordre ancien enraciné dans les patrimoines, les privilièges et les institutions volerait en éclats/ volera certainement en éclats à l’occasion de la vraie crise.

N’oubliez jamais cette vérité prononcée par Bernanke lors de son départ qu’il fêtait avec ses collègues banquiers centraux: « we saved the world, we saved the world order ».

Imaginez la population dans les ruess si on devait reconnaitre que la monnaie ne vaut plus rien, que les retraites ne peuvent être payées et que les soins de santé ne sont plus assurés? Comme ce fut le cas en Grèce il y a peu soit dit en passant.

La création de fausse monnaie , l’expansion du crédit, la destruction de promesses faites aux plus faibles sont les armes utilisées dans cette guerre contre la réalité et contre son retour.

La guerre contre la réalité et son irruption ne sont  ni plus ni moins qu’une guerre contre le changement, une sorte de guerre contre-révolutionnaire pour employer de grands mots.

La gestion et les objectifs de cette guerre sont conservateurs, hyper conservateurs: la preuve en France elle est menée par un fondé de pouvoir des Rothschild allié au Medef! Mais pour passer elle se donne pour une guerre pour imposer la modernité,… modernité au nom donc de laquelle  on veut imposer le grand retour en arrière! Retour en arrière sur tous les plans et en particulier les libertés fondamentales, comme la liberté d’expression. 

Cette guerre contre la réalité est bien obligée de se décliner. Et ainsi de se montrer concrètement. Elle devient donc une guerre contre tout ce qui peut être considéré comme s’opposant à la perpétuation de la Grande Illusion, comme s’opposant à la modernité, comme s’opposant à la Novlangue,  bref c’est la guerre contre tout ce qui de près ou de loin se dresse pour refuser l’Homme Nouveau, vieux recyclage de l’homme obéissant, courbé, bref, du serf. Le monde est un monde dans lequel les élites font prendre les vessies pour des lanternes et le carburant qui alimente ces lanternes c’est la monnaie/le crédit. Le symptome du mensonge et des Illusions c’est la dette.

Cette guerre est à l’intérieur des pays, contre des couches sociales, contre des cultures et à l’exterieur contre des pays ou blocs qui refusent de se laisser laminer, déculturés ou coloniser par la marchandise et le capital financier.

-dans cette guerre , tous les financements sont permis

-tous les mensonges sont autorisés

-tous les contrôles et contraintes sont légitimés.

-toutes les alliances sont permises, même les plus douteuses

Dans cette guerre ce qu’il s’agit de defendre ce n’est pas une nation  ou un pays,c’est un ordre social , l’ordre social kleptocratique, élitiste et globaliste. celui qui convient à l’Accumulation sans limite.

Les guerres sont l’occasion de phases de répression. en particulier de répression financière et de répression de la liberté de parole au nom d’un prétendu intérêt général.

Après les guerres il y a toujours une phase dite d’opération vérité, on liquide tout ce qui est pourri, malsain, faux,  et qui a été accumulé pendant le conflit. On le fait parce qu’on peut le faire car l’ennemi a été sinon liquidé du moins terrassé. On ne peut liquider la montagne de mensonges et fausses valeurs tant que la guerre continue, car si on le faisait on se mettrait en position de faiblesse face aux adversaires.

Le ratio de dette a atteint le niveau atteint lors de la dernière guerre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s