A lire: Le libéralisme autoritaire d’Emmanuel Macron

Je conseille vivement la lecture de ce texte.

Bien peu d’hommes politiques tentent de proposer une analyse qui va au delà des apparences, des poncifs et des évidences. La plupart se bornent à répéter comme des perroquets de tristes « phrases médailles » gravées par des professionnels (?)  de la Com.

Mélenchon respecte l’intelligence des citoyens ce qui est assez rare pour devoir être souligné. Il fait ressortir la cohérence du projet Macronien, c’est important car c’est vrai, c’est un tout.  Et cela est bien démontré. Il part de ce que l’on voit, les réformes et il remonte au projet politique et institutionnel en passant par le projet de société. Il est fidèle à mon exergue: » il n’est de vérité que du tout ». j’apprécie donc.

L’analyse qui suit expose  cet effort, elle essaie de montrer l’originalité du Macronisme. C’est un travail nécessaire et on aurait attendu qu’il soit fait par exemple par Wauquiez avant sa désignation à la tête des Républicains. Pour s’opposer n’est-ce pas il faut comprendre! Surtout quand on est accusé de partager la plupart des idées de ceux qui sont au pouvoir; il est important de montrer qu’il y a une vraie différence d’approche et de conception de l’homme, de l’économie, de la politique. Il faudrait ajouter également un peu d’analyse morale, éthique. Cela devient de plus en plus important la morale. Et puis tant que l’on y est un petit détour vers le culturel, notre culture,  n’aurait fait de tort à personne!

La tentative de Mélenchon est donc bienvenue et citoyenne. Il a pris la peine  de la faire; les citoyens se doivent de faire l’effort de la lire. D’autant qu’il y là un réel travail didactique, un travail de clarification. Ce texte est accessible.

Le travail de Mélenchon va au delà de l’analyse critique du Macronisme, il touche à l’idéologie de nos sociétés, au productivisme; il y a même une ébauche de réflexion sur la liberté. On aurait aimé qu’elle soit moins théorique, moins scolaire et qu’elle prenne pour point de départ les points clefs, les points nodaux  de l’idéologie dont Macron est le porte-fanion, comme une analyse par exemple de cette fameuse « modernité » dont il nous rabat les oreilles. Il ne manque pas de penseurs et philosophes dans l’entourage de Mélenchon qui ont des choses à dire sur cette question de la modernité.

Je ne vais pas plus loin, lisez vous même.

Comme vous vous en doutez je ne partage pas les analyse de Mélenchon , mais j’en reconnais les mérites.  Mélenchon comme tous les politiciens mélange tout, et  comme il mélange tout superficiellement, il peut certes séduire et plaire mais il ne peut tirer de son travail de réflexion une stratégie, une tactique  de lutte et d’opposition. Pour être efficace il faut penser vrai et juste. Mélenchon pense mais il ne pense pas juste et comme seule une pensée  juste permettrait d’élaborer une action politique efficace, il est condamné à l’inefficacité.  Une inefficacité redoutablement triste, décourageante,  voire  ridicule,   on l’a vu dans son échec à modifier les projets Macron et du Medef sur le Code du Travail. 

Cet échec aurait du être le signal d’une remise en question, d’une remise en question fondamentale. Avec la première et seule interrogation:   comment se fait-il que nous ne réussissions rien? Rien de rien!

Emmanuel Macron : le libéralisme autoritaire

« Un vrai libéral ». Voilà comment la sphère médiatique a décrit et consacré Emmanuel Macron dans sa phase d’accession au pouvoir. Cela signifiait : il appliquera une politique économique d’inspiration patronale mais il sera vigilant et ouvert à propos des libertés publiques et individuelles. C’est là le malentendu du moment politique. Les mois qui passent ne laissent voir qu’une réalité au grand jour : le libéralisme économique n’accroit pas la liberté. Il ne le peut pas. Il la brime. Il ne peut faire autrement. Sur le sujet, la racine est profonde. Mais le contexte donne une violence spéciale à ce code génétique. Les « libéraux » agissent comme si la liberté n’avait d’espace qu’en dehors de l’application des règles toujours trop « rigides » pas assez « flexibles » et cadenassant toujours les énergies qu’il faut donc d’urgence « libérer » de ce carcan. Fondamentalement, les règles sont pour eux autant d’entraves au libre-jeu du marché. Pour eux c’est grave. Car ce qui est en jeu c’est la possibilité pour celui-ci de faire émerger le point d’équilibre spontané que seule la plus grande circulation et la plus libre circulation des marchandises et de l’argent peut créer spontanément.

Pour notre part, nous croyons au contraire que la liberté n’existe pas en dehors des règles qui organisent son exercice et la rendent donc possible. Pour nous, la « liberté » sans règle ne peut devenir spontanément autre chose que la liberté du plus fort. Au fond, nous avons une vision « matérialiste » de la liberté (matérialiste au sens philosophique). Nous pensons que la liberté c’est son exercice. Les conditions de cet exercice sont donc essentielles. La liberté se constate. Elle se résume au fond à la capacité de chacun de prendre librement une décision et de pouvoir l’appliquer librement. Ce qui ne peut se faire que dans une organisation de la combinaison des libertés. Une bonne formule dit « la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres ». La liberté des libéraux rend impossible la liberté de chacun puisque chacun est alors placé sous l’empire des plus forts. Quand ces principes se déploient dans la sphère politique, les conséquences ne sont pas seulement philosophiques.

Le productivisme est un grand réducteur des libertés collectives. Car ses conséquences de long terme resserrent les possibilités d’action de demain et donc la liberté des décisions aujourd’hui encore possible. On pourra moins de choses dans un monde où règnent les événements climatiques extrêmes, encombré de déchets nucléaires ultimes actifs pendant plusieurs millénaires, quand de nombreuses espèces et paysages auront disparus. Et ainsi de suite.

Au plan social, il en va de même. Le cas de la destruction du code du travail est éclairant. Pour « libérer les énergies », Emmanuel Macron a cassé la priorité donnée à la loi, c’est-à-dire à la règle commune, en matière de droit du travail. Plus aucune règle nationale n’encadre par exemple les recours aux contrats courts et précaires. Des accords négociés entreprise par entreprise pourront baisser les salaires en supprimant les primes d’ancienneté, le 13ème mois, etc. Et comme les ordonnances affaiblissent aussi le rôle des syndicats, elles accroissent le déséquilibre qui existe entre salariés et employeurs. Le code du travail établissait un ensemble de protections pour les individus, contre le travail précaire et mal payé. Sans celles-ci, ils seront mécaniquement davantage exposés aux contingences économiques, aux exigences de rentabilité selon les fluctuations imprévisible du marché. Ils y seront astreints. Ils seront moins autonomes, donc moins libres. Quelle est la liberté de celui ou celle qui ne sait pas s’il aura encore du travail dans un mois ? De celui ou celle dont la seule préoccupation est de savoir comment subvenir aux besoins élémentaires de sa famille avec sa petite paye et son compte dans le rouge le 15 du mois ?

Dans l’idée du libéralisme, le marché, l’action égoïste des individus est seule capable d’allouer les richesses avec efficacité car, seule, elle vise un intérêt impératif dont la somme avec celui des autres est le véritable intérêt général conforme aux désirs de chacun. L’État serait incapable de cette efficacité de la décision parce qu’il agit au nom de principes et de règles qui prétendent découler d’un intérêt général invérifiable. Dans cette optique, la décision de l’État serait par essence de nature idéologique. La dépense publique qui en est la conséquence est donc son ennemi. À cela s’ajoutent les chaînes de la dette publique. Son paiement doit passer au-dessus de toute autre considération. En effet les libéraux y voient le juste usage de son épargne et de sa propriété privée, un droit sacré inaliénable qu’ils placent au sommet de la hiérarchie des normes. Naturellement, ce discours est surtout à usage de propagande et d’habillage de la dictature de l’argent. Dans les faits, « l’épargne des investisseurs » adore les placements dans les dettes d’État car seul l’État ne disparaît jamais. Les investisseurs adorent les commandes d’État au secteur privé car seul l’État est un acheteur surpuissant et que seule la commande de l’État offre de la visibilité à moyen et long terme. Mais le discours apparemment rigoriste permet d’imposer des politiques publiques sans intérêt général. Et, pour finir, cette logique impose l’austérité dans les services publics qui garantissent, à tous, les droits qui permettent d’être libres.

Ainsi dans le domaine de la santé. La détérioration de l’hôpital public, les déremboursements par la sécurité sociale conduisent un nombre croissant à renoncer à des soins pour des raisons financières : entre un quart et un tiers des français. Le déni du droit à la santé est à coup sûr une diminution de la liberté individuelle à proportion des incapacités que la maladie non soignée occasionne temporairement ou définitivement. Le même mécanisme se produit dans l’éducation. L’incessante croisade contre la dépense publique a conduit à une pénurie de places dans nos universités. Davantage de jeunes veulent accéder à des études supérieures. L’intérêt général serait qu’ils puissent le faire. Car cela élève le niveau de qualification et donc celui de la production. Mais les universités ont atteint leur capacité maximum. Comme solution, avec l’objectif de créer un marché du savoir et donc la rareté et la concurrence des producteurs de diplômes, rareté sans laquelle il n’y a pas de marché, le gouvernement met fin à la liberté de choisir ses études. Pourtant, choisir ses études, c’est choisir sa vie. C’est une liberté fondamentale que le libéralisme retire aux jeunes gens.

En bout de course, notre équation fonctionne. Les recettes des libéraux aboutissent à des sociétés très inégalitaires où les forts imposent leur intérêt particulier aux faibles. En 2017, 82% des richesses produites dans le monde ont été captées par le 1% plus riche de la population. En France, 32 milliardaires possèdent autant que 27 millions de personnes. Le maintien d’un ordre aussi inégalitaire nécessite un contrôle social toujours plus accru sur ceux en bas de l’échelle. La construction d’une idéologie dominante radicalement close a pour but d’enfermer « le temps de cerveau disponible » dans le monde des préoccupations et des hiérarchisations consuméristes. Des petites échelles intimes des choix de consommation aux degrés les plus élevés de la décision qui établit les normes et les lois, chaque niveau est relié au suivant et au précédent. La politique a pour objet le contrôle de gens pour qu’ils acceptent « la concurrence libre et non faussée » comme un intérêt général alors qu’elle ne peut produire autre chose qu’une limitation de la liberté des faibles face à celle des forts.

Emmanuel Macron organise le système politique qui correspond à cet objectif. Il réorganise les institutions et les mécanismes de décision publique pour les aligner au diapason. Et il enchaîne les propositions liberticides de contrôle des individus. La seule existence de telle « règles » porte déjà un message : les gens sont responsables de leur situation. Il s’agit donc de les orienter vers les bonnes décisions qui les libèreront des conséquences de leurs mauvais choix. La liberté des individus est donc est mise en quarantaine pour leur bien. Tous les compartiments sont atteints. Ainsi, les chômeurs doivent rendre des comptes le plus souvent possible et ils doivent activement participer à leur surveillance. Les mouvements sociaux ou ceux qui se mobilisent pour les faibles sont réprimés : gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement et nasses pour les manifestations de rue, rhétorique sécuritaire pour les zadistes, poursuites judiciaires pour ceux qui aident les réfugiés. Quant à la liberté d’expression, le président propose, sous couvert de lutte contre les fausses nouvelles, de la réduire sur internet. Il est aidé en cela par les géants du numérique qui changent leur algorithme et restreignent ainsi l’accès à certaines informations. La réduction de la circulation des informations de nature socialiste ou protestataire est à présent mesurable aux USA et 40% de cette diminution vient de l’action de Google. Une société inégalitaire est nécessairement une société qui doit contrôler, surveiller et réduire les libertés publiques pour maintenir un ordre aberrant pour le grand nombre et obtenir son consentement actif.

L’équation libéralisme égale moins de liberté s’applique non seulement aux individus mais aussi aux peuples. Le principe de souveraineté populaire signifie la liberté des peuples à choisir leur destin. Notre régime politique et institutionnel s’éloigne de plus en plus de ce principe. L’Union européenne nous impose des choix dont nous ne voulons pas. Le vote du peuple sur le traité constitutionnel de 2005 a été bafoué, les traités budgétaires conditionnent les politiques publiques, la gestion de la monnaie est hors de portée des peuples. La pratique du pouvoir d’Emmanuel Macron constitue un nouveau raidissement autoritaire. Il suit le mot d’ordre de Junker : il n’y a pas de démocratie hors des traités européens. Au niveau européen, il en revient au condominium franco-allemand, camisole de force vouée aux intérêts des rentiers allemands. Au niveau national, le Parlement est la cible. C’est par là qu’a commencé le quinquennat avec le passage par des ordonnances pour sa principale réforme de début de quinquennat. La main de fer commence évidemment dans ses propres rangs, les députés de la majorité sont priés de n’avoir aucune opinion propre, la réforme de l’université s’applique avant même qu’elle ne soit votée par le Sénat et l’Assemblée.

Arrive la réforme institutionnelle. Une ample campagne de dénigrement des parlementaires a déjà été copieusement relayées par les médias de l’oligarchie française. Elle prépare l’opinion. En bavardant pendant huit jours en plein mois de juillet sur la prétendue loi de moralisation du Parlement, les nouveaux élus ont de bonne foi fait passer les turpitudes de quelques-uns pour des tares du système. Les uns et les autres ont ainsi bien contribué à propager l’image d’élus inutiles, en surnombre, grassement payés à ne rien faire et à distribuer des emplois familiaux. Bref, à dénigrer l’institution parlementaire. Le projet prévoit de diminuer leur nombre. Cela revient à les éloigner des électeurs. Les circonscriptions passeront d’une moyenne de 100 000 électeurs à plus de 400 000. Une liste additive d’élus à la proportionnelle garantira à chaque parti sa survie en échange de son consentement à la concentration du pouvoir.

Ainsi, de bribe en bribe, la constitution de la Cinquième République mute et son horizon autoritaire s’élargit. Régime de crise né pour résoudre celle de la décolonisation et des exigences d’un capitalisme d’État, elle a permis par ses propres moyens une adaptation aux nouveaux impératifs autoritaires de l’ordre social de notre temps. La revendication de la Constituante et d’une sixième République se présente dans ces conditions comme le cœur d’une stratégie alternative. Cette démarche fait converger les objectifs sociaux et écologiques en un processus unique de prise en main démocratique par le peuple. C’est ce que nous appelons la Révolution citoyenne.

Publicités

2 réflexions sur “A lire: Le libéralisme autoritaire d’Emmanuel Macron

    1. J’ajouterai que, déjà mis en concurrence en tant que travailleur, vous l’êtes de plus en plus comme électeur, et même à plein bateaux.
      La concurrence biaisée pour vous, la cooptation pour eux, et tout ça avec votre argent .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s