Les autorités sont en difficulté, les choses se passent moins bien pour elles. On craint pour Goldie.

Les conditions financières sont encore plus  easy, généreuses ou laxistes comme vous voulez, qu’elles ne l’ont été depuis 28 ans. Sur le graphique, plus la courbe chute et plus les conditions financières sont easy, faciles.

Pourquoi? Parce que les autorités jouent la comédie du resserrement , mais elles n’osent pas retirer le bol de punch. Elles sont tétanisées. Elles sont dans le resserrement Canada Dry et dans le Poker menteur et cela s’est retourné contre elles. Et un choc s’est produit; le discours sur l’inflation a fini prendre, à franchir les seuils qui le crédibilisent.

Savez vous que malgré toutes les déclarations, le bilan de la Fed n’a varié que de moins de 20 milliards depuis que l’on parle de réduire sa taille? On reste encore au plafond à 20 milliards près! Le total de bilan reste collé bien au dessus des 4 $trillions, vers les 4,2 T.

La comédie du resserrement, le canada dry de la normalisation!

C’est une technique de pilotage: on parle pour implanter l’idée du resserrement et modeler les perceptions, mais on ne resserre  pas  pour ne pas conjuguer les effets psychologiques aux effets réels. On dissocie.

On gère les animal spirits, pas le réel.

Mais gérer les animal spirits ce n’est pas facile , bien souvent ils échappent à la logique. Ici au lieu de se calmer les animal spirits se sont excités, et les marchés ont connu ces dernières semaines  une bouffée d’euphorie, une bouffée de risk-on.

Bouffée de risk-on qui a augmenté la vulnérabilité et a rendu le sentiment fragile. Il a suffit de quelques hirondelles inflationnistes pour déclencher une panique. Panique amplifiée par les aspects techniques et chartistes .

Cela inquiète bien sur les autorités car le système devient moins manoeuvrable et plus fragile. Par ailleurs  on peut craindre, avec les hirondelles d’inflation, que les banques centrales ne soient en retard et qu’elles soient obligées de quitter le gradualisme.

Bref on craint pour le Goldilock.

Depuis 2013, on parle de resserrer mais voila, on parle on parle mais on n’ose pas car il y a un  risque  pour la stabilité financière. Ce risque n’est pas fictif, on vient de le voir cette semaine, oü le narrative de  l’inflation a enfin mordu: il a provoqué une chute de tous les marchés comme on n’en avait pas vu depuis longtemps.

La volatilité a explosé mettant en difficulté beaucoup de stratégies spéculatives.

Le fait que les conditions financières au lieu de se resserrer progressivement se soient desserrées depuis le début du discours sur la normalisation conduit à penser que les régulateurs seront peut être obligées  de sur-réagir.

Vendredi , c’est une déclaration du gouverneur de la Fed de Dallas, Kaplan qui a mis le feu aux poudres de la baisse:  “If We Wait to See Actual Inflation, We’ll Be Too Late; We’ll Likely Overshoot Full Employment This Year; We Central Bankers Must Be Very Vigilant; Base Case Is For 3 Rate Hikes in 2018, Could Be More.”

Traduction: « si nous attendons de voir la vraie inflation, il sera trop tard; selon toute probabilité nous irons plus loin que le plein emploi  cette année; nous banquiers centraux nous devons être très vigilants, ; l’hypothèse de base est de 3 hausses de taux, mais ce pourrait être plus ».

Entre les différents risques que peuvent choisir les autorités? La stabilité des marchés ou le risque de surchauffe inflationniste? Kaplan préconise de choisr de préserver le marché obligataire.

Peu à peu, c’est le corner, l’impasse, les solutions satisfaisantes disparaissent au fil du temps? Accélérer et renforcer enfin le resserrement serait une solution pour l’inflation, c’est à dire qu’elle préserverait la stabilité sur le marché obligataire et les fonds d’état; mais elle mettrait en péril le marché des actions.  Ou est le risque le plus grand, ou sont les excès les plus dangereux, nul ne le sait .

Les autorités jouent avec le feu. Que va-til se passer si la volatilité persiste ou s’aggrave, Elles vont être obligées de redevenir colombes, doves, ce qui ancrera encore plus l’idée que l’on ne peut sortir des politiques monétaires non conventionnelles.

Publicités

2 réflexions sur “Les autorités sont en difficulté, les choses se passent moins bien pour elles. On craint pour Goldie.

  1. Absurde et présomptueux de percer un ballon avec une épingle ,et d’ essayer de controler la vitesse a laquelle il se dégonfle,non?La FED doit vraiment etre coincée pour jouer a ces jeux perdants.

    J'aime

  2. Une fois encore : euro, Europe, point de salut sans euro bonds !

    Que nos Shadoks ne l’aient compris avant leur fabuleuse invention…

    Pendant ce temps, Trump fait les gros yeux à Angela, l’empire austro-hongrois se re-forme, l’argent continue de se réfugier en Suisse, en Allemagne, au Luxembourg. Et Berlusconi de se tenir en embuscade…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s