La facture de la politique monétaire délirante menée par les apprentis sorciers des banques centrales reste à régler

La facture de la politique monétaire délirante menée par les apprentis sorciers des banques centrales reste à régler: on a engrangé les bénéfices, reste à en assumer les coûts.

Les couts ce sont les dislocations qui vont inéluctablement se produire quand les taux d’intérêt réels reviendront à un niveau d’équilibre.

Le niveau d’équilibre n’est pas le r* ; le pseudo r naturel inventé par les idéologues du financialisme, le r naturel n’existe qu’en tant qu’outil  de propagande.

Les dislocations seront perçues comme un chaos alors qu’elles ne sont que simples remises en ordre des valeurs relatives entre d’un coté les promesses et de l’autre les capacités à les tenir.

On a repoussé le jour des comptes depuis 2013, époque du Taper Tantrum; 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s