Billet: La bête a pris le Pouvoir.

Le capital tue sa propre légitimité, il s’auto-dévore comme l’Ouroboros.

Nous écrivons souvent sur ce sujet  mal compris et mal connu. C’est le « dirty little secret » du régime actuel.

Les sociétés dans le régime actuel investissent peu car la profitabilité du capital, totale pondérée du risque, dans le système est trop faible. Soit par excès de capital soit par insuffisance de profit ou encore par excès de risque. Le système est trop peu rentable en regard de la masse de capital qui prétend à ses droits et l’apparente santé économique est obtenue à crédit, elle est donc vulnérable.

Le capital et c ‘est logique , nécessaire en vertu de sa nature,   le capital a choisi de réduire la masse de capital qu’il engage dans le système, il fait grève comme le feraient les salariés pour gagner plus.

La grève prend la double forme du rachat de ses propres actions, de son propre rachat, il s ‘auto dévore pour grossir et ensuite cette grève prend la forme de distributions de dividendes. Bref on cesse de capitaliser.

Ainsi la masse de capital se réduisant, le profit se partage en moins de mains. Ainsi,  on maintient a un haut niveau la profitabilité  apparente et  la croissance elle aussi fictive , ce qui fait monter les cours de bourse.

C’est un mouvement auto entretenu, une mécanique, qui fonctionne tant que les banques centrales maintiennent sur les marchés un flux de nouveaux entrants, de nouveaux acheteurs. D’ou l’importance de deux choses, la première c’est la création continue  de monnaie/liquidités et la seconde c’est le maintien de l’appétit pour le jeu, c’est dire le maintien de l’avidité qui fait tourner le Ponzi.

L’un des bénéfices du pouvoir du capital, c’est le cynisme , il détruit les retenues et les valeurs morales.

Comme le capital a atteint des valeurs astronomiques,  des prix d’exubérance, les autorités sont effrayées, elles n’osent plus calmer le jeu et retirer les mesures de stimulation monétaire alors qu’il faudrait le faire. Les autorités ont peur pour la stabilité financière comme elles disent.

Les autorités sont captives, elles sont prises dans un chantage comme en 2008, le chantage à la crise finale, le chantage  à l’effondrement apocalyptique . En 2008 le chantage était mené par les banques;   en 2018 il est mené par les marchés.

La bête a pris le Pouvoir.

Ci dessous les rachats d’actions, les dividendes et l’incidence sur les cours de Bourse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s