Les dépêches du week end: feu vert à la baisse?

Si on excepte la relance de la Trade War en fin de semaine par Trump, l’évènement important est cette déclaration de la gouverneur de la Fed Brainard , une gouverneur compétente et bien structurée.

En gros elle dit que les prix des actifs financiers sont élevés en regard des normes historiques, même après les baisses récentes, … et elle ajoute que les prix pour les différentes formes d’immobilier sont élevés et que les taux de capitalisation , qui sont les déterminants pour les performances de l’immobilier, ont atteint des niveaux historiquement bas.

En clair Brainard dit que tout est trop cher.

Par ailleurs, elle a, dans un autre discours, laissé entendre que la Fed n’était pas inquiète de la baisse de la Bourse.

De là à conclure que le fameux Put sur lequel comptent les investisseurs soit est beaucoup plus bas, soit n’existe plus.  

: »Even with this year’s correction, stocks and other assets are still high by historical standards, Fed Governor Lael Brainard said… Brainard became the latest central bank official to express caution about the level of the 9-year-old bull market. ‘Valuations in a broad set of markets appear elevated relative to historical norms, even after taking into account recent movements,’ Brainard said during a speech… Prices for multi-family homes and commercial real estate also have risen, while capitalization rates, a key determinant for how properties are performing value wise, ‘have reached historical lows,’ she added. »

Et puis il y a Trump! En relançant la Trade War avec la Chine sans en parler à personne, il ajoute que cela va peser sur la Bourse mais que l’enjeu en vaut la chandelle.

Ceci semble signifier qu’il se résigne à la baisse de la Bourse, laquelle a soutenu sa popularité jusqu’ici . En fait Trump nous donne l’impression maintenant, d’analyser la question des relations avec la Chine sous un autre angle: l’angle géopolitique. La chine serait le grand gagnant dans ces relations mal équilobrées.  Les déséquilibres en faveur de la Chine lui ont permis une ascension fulgurante sur la scène mondiale et ce sont eux qui lui auraient donné les moyens de rivaliser avec les USA. Les prédécesseurs de Trump auraient en quelque sorte favorisé l’ascension stratégique de la Chine par faiblesse.

Les déficits des USA produisent des excédents des pays tiers, ils leur donnent les moyens de créer de la monnaie et du crédit qui financent leur développement. Les pays tiers n’auraient pas la possibilité de rattraper les USA et de les concurrencer si les USA n’étaient pas toujours en déficit et en déficits croissants. En fait, la politique américaine de globalisation par le biais de ses déficits  a donné aux pays tiers la possibilité de se développer plus vite, de s’équiper, d’acquérir des technologies et pour la Chine de s’armer.

La croissance et le développement de la Chine sont pour une large part dues à la volonté US de consommer, de surconsommer et de maintenir la profitabilité en utilisant toutes les possiblités de la mondialisation. Bref, le beurre, l’argent du beurre et la crémière. 

Trump a compris que par leur gestion laxiste, leur  absence d’épargne réelle et l’accumulation des déficits , les Etats Unis  donnaient eux même toutes les possibilités aux tiers de les concurrencer. Ce qu’il n’ a pas encore compris, c’est le lien entre les déficits, l’importation d’épargne étrangère , le financement des besoins américains et le système monétaire du privilège du dollar. . Cela viendra. 

Jusqu’à présent les investisseurs comptaient sur un invariant: les autorités ne peuvent tolérer la baisse de la Bourse.

-La Fed, car elle a peur pour la stabilité financière et

-Trump parce qu’il a besoin de la Bourse pour maintenir sa popularité. 

Cette semaine nous avons vu pour la première fois un feu autorisant la baisse de la Bourse se mettre au vert.


Comparaison n’est pas raison, mais cela fixe les idées et puis la nature humaine, elle ne change pas!

 

April 3 – CNBC (Liz Moyer and Jacob Pramuk): « President Donald Trump unveiled a list Tuesday of Chinese imports his administration aims to target as part of a crackdown on what the president deems unfair trade practices. Sectors covered by the proposed tariffs include products used for robotics, information technology, communication technology and aerospace. The U.S. Trade Representative, which announced the list, says it targets products that benefit China’s industrial plans ‘while minimizing the impact on the U.S. economy.’ Specifically, it takes aim at China policies that ‘coerce’ American companies from transferring technology and intellectual property to local Chinese companies. »

[Bloomberg] Xi Takes Center Stage to Defend China’s Trade From Trump Barrage

[Reuters] China’s state media urges U.S. industry to rally against Trump tariff threat

[CNBC] US farmers in ‘precarious position’ with China as trade war fears escalate

[Bloomberg] China’s Foreign Reserves Rise on Yuan Gains, Capital Curbs

[Reuters] Trump administration mulls stiffer rules for imported cars

[Reuters] High stakes, high expectations as earnings season heats up

[CNBC] President Trump’s trade policy is ‘difficult to follow,’ top EU official says

[Reuters] Fed’s Evans says he’s optimistic on inflation, wants rate hikes

[CNBC] Trump slams Putin for backing Syria after suspected chemical attack, vows ‘big price’ to pay

[Bloomberg] Russia Warns Against Strike in Syria as U.S. 

[WSJ] Cracks Form in Global Growth Story, Rattling Investors

April 4 – Bloomberg (Toru Fujioka and Masahiro Hidaka): « The Bank of Japan is likely to raise its yield target within a year, according to the central bank’s former chief economist, who says inflation is accelerating faster than expected. The BOJ will adjust its target for 10-year government bond yields after gains in consumer prices excluding fresh food and energy reach 1%, said Hideo Hayakawa, who left the BOJ in 2013 after more than three decades. This ‘core core’ inflation gauge is now at 0.5%. »

[Reuters] Japan activates first marines since WW2 to bolster defenses against China

[NYT] U.S. and China Play Chicken on Trade, and Neither Swerves

[FT] Soyabean wars: China tries to hit Donald Trump where it hurts

April 5 – Reuters (Michelle Nichols): « Russia told Britain at the United Nations Security Council on Thursday that ‘you’re playing with fire and you’ll be sorry’ over its accusations that Moscow was to blame for poisoning a former Russian spy and his daughter. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s