Nouveau round de paupérisation, les retraites …D’ICI 10 ANS OU UN PEU PLUS LA NOTION DE RETRAITE S’ESTOMPERA.

Le gouvernement a promis jeudi que la future réforme des retraites qui sera discutée jusqu’à la fin de l’année avec les partenaires sociaux n’aboutirait pas à un nivellement des droits « par le bas ».

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/04/19/97002-20180419FILWWW00197-retraites-le-gouvernement-devoile-le-calendrier-de-la-reforme.php?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

Huit mois de concertation: le gouvernement a dévoilé jeudi le programme des discussions avec syndicats et patronat sur la réforme des retraites promise par Emmanuel Macron, qui veut qu’elle soit « votée en 2019 ».

« Ce chantier considérable ne doit pas être et ne sera pas une énième réforme des retraites », a affirmé la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.

Les travaux pratiques ont débuté lundi, sous la conduite du Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui reçu successivement cette semaine la CFDT, l’Unsa, la FNSEA et FO, avant la CFE-CGC, l’U2P, le Medef, la CGT, la CPME et la CFTC la semaine prochaine.

 

LIRE AUSSI – Réforme des retraites : un colloque se tient au Sénat ce jeudi

Ces dix organisations seront consultées sur « six grands blocs thématiques », en débutant par « la définition du nouveau régime en termes de périmètre, de niveau de couverture, d’assiette et de taux de cotisation », a précisé l’exécutif dans un communiqué.

Après un premier « échange autour d’un diagnostic », chaque organisation pourra « aborder des questions ouvertes lors d’une deuxième séance de travail » en mai.

Cette méthode sera répétée au rythme d’un sujet par mois. De mai à juin, la discussion portera sur « la prise en compte des droits non contributifs liés à la maladie, la maternité, au chômage ainsi que les minima de pension ».

Puis de juin à juillet, ce sera le tour de « l’examen des droits familiaux et la question de l’égalité entre les femmes et les hommes ».

En parallèle, « un dispositif de consultation et de participation citoyenne sera lancé mi-mai » sur internet, via le site participez.reforme-retraite.gouv.fr.

– « bla-bla » et « télescopage » –

La concertation se poursuivra à l’automne, avec une discussion sur « les conditions d’ouverture des droits » censée « donner plus de liberté dans la transition vers la retraite ».

Les partenaires sociaux plancheront ensuite sur les « spécificités de certains parcours professionnels » et notamment des « conditions des départs anticipés ».

Enfin, seront débattues « les questions de gouvernance, de pilotage et d’organisation » du futur système de retraites et « les modalités de transition ».

« Il ne s’agit pas de réformer pour réformer, ou de réformer pour réduire des droits ou pour les niveler par le bas », a assuré Mme Buzyn, souhaitant au contraire « rendre notre système capable de générer des droits nouveaux ».

« C’est une bonne démarche, un bon objectif, il faudra aller au bout et voir ce que ça donne à la fin », a estimé le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

« C’est à peu près 13,8 points de PIB consacré aux retraites aujourd’hui. Nous, on dit: +faut pas que ça descende+ », a prévenu le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly. Son successeur désigné, Pascal Pavageau, a pour sa part qualifié les discussions en cours de « bla-bla ».

« C’est très sympathique mais franchement pour le reste je ne sais pas ce que le gouvernement veut faire, ni le timing ni le contenu », a-t-il ajouté.

Pour l’heure, Emmanuel Macron a seulement promis de « consolider » le système par répartition, qui « crée une solidarité intergénérationnelle et est au coeur de la cohésion du pays ».

Mais en pleine réforme de la SNCF et de la fonction publique, le leader de l’Unsa, Luc Bérille, pointe un risque de « télescopage » et redoute que les négociations sur les statuts de cheminots et de fonctionnaires – qui comprennent un régime spécial de retraite – soient « réglées de façon détournée ».

De son côté, le Medef veut « inciter les assurés à partir plus tard que l’âge légal » et pour cela « mettre en place une nouvelle décote suffisamment forte » sur les pensions, a expliqué Claude Tendil, vice-président de l’organisation patronale.

D’ICI 10 ANS OU UN PEU PLUS LA NOTION DE RETRAITE S’ESTOMPERA.

D’ici 10 ans ou un peu plus la notion de retraite s’estompera. il n’y aura plus de coupure entre un « avant » la retraite et un « après » la retraite tout simplement parce l’allongement de la durée de vie,  la crise des systèmes de retraites et la déconfiture boursière se seront conjugués pour faire disparaitre la notion elle même.

La retraite qui est une forme de vie empreinte de dignité car on a travaillé et cotisé,   la retraite glissera vers l’assistance et la dépendance comme on le voit déja s’agissant de la dialectique emploi/chomage/revenu universel.

La vraie distinction sera entre  ceux qui sont valides et autonomes et ceux qui ne le seront pas.

Pourra-t-on appeler cela un progrés; la fin de vie méritera-t-elle d’être vécue?

Les Macron seront les artisans de cette déchéance.

Business Insider

@businessinsider

A top financial adviser explains how the notion of retirement is gone

Publicités

3 réflexions sur “Nouveau round de paupérisation, les retraites …D’ICI 10 ANS OU UN PEU PLUS LA NOTION DE RETRAITE S’ESTOMPERA.

  1. L’effondrement des systèmes de retraites par répartition façon  » PONZI » arrivera fatalement lorsque le ratio nombre de cotisants/bénéficiaires tendra vers 1: c’est comme ça la démographie, on le savait, on a rien fait ou pas assez et c’est en route moral ou pas..
    Si vous demandez aux gens autour de vous s »ils cotisent pour leur retraite perso vous verrez qu’une large majorité ignore que les cotisations retraite obligatoires servent à payer les retraites actuelles, pas votre future retraite. De toute façon ce sujet est devenu un tabou.
    Pour aller plus loin : https://www.youtube.com/watch?v=3pQlXRCPtYA

    Bonne soirée

    J'aime

    1. Depuis 1983 que nous savons que le système est condamné, la capitalisation a fait faillite et fut remplacée par la répartition qui va à son tour faillir.

      Pour moi il n’existe qu’un seul moyen de financer la retraite, et ce moyen demande d’en finir avec « tu cotiseras dans la douleur », ce moyen c’est la planche à billet, le ex nihilo du retraité totalement en hors bilan, et ne me dites pas avec les trillions de trillions que le système financier a généré que c’est impossible, je préfère voir la création monétaire pour les retraités que pour les kleptos.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s