Les dépêches du week end, les cassandre se frottent les mains…Merkel fait dans la cosmétique et le dérisoire alors qu’après l’Italie vient l’Espagne !

Propositions dérisoires presque insultantes de Merkel qui conduisent à s’interroger sur ce qu’elle a en ête pour l’avenir de la Construction européenne; car après le chaos italien voici un nouveau chaos, l’espagnol!

Angela Merkel a détaillé dimanche sa réponse à Emmanuel Macron sur l’avenir de la zone euro, en acceptant un budget d’investissement limité au moment où un gouvernement anti-austérité s’installe au pouvoir en Italie. Merkel parle de Milliards là ou les besoins , simplement pour le court/moyen terme sont de l’ordre de centaines de milliards!

Merkel a profité d’une interview à l’édition dominicale du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung pour lever une grande partie du voile, à moins d’un mois d’un sommet européen censé approuver une grande réforme de l’Europe.

Elle accepte le principe de deux mécanismes limités d’entraide entre pays de la zone euro:

-un budget d’investissement et

-un système nouveau de prêts pour les Etats confrontés à des difficultés importantes.

Les besoins sont considérables

« Nous avons besoin d’une plus grande convergence économique entre Etats membres au sein de la zone euro », a-t-elle estimé, se disant « favorable » à « un budget d’investissement » pour la zone euro, soit spécifique, soit inclus dans le budget plus large de l’Union européenne.

La chancelière s’est dit dans ce contexte « tout à fait disposée à parler avec le nouveau gouvernement italien des moyens d’aider davantage de jeunes à trouver un travail », alors que leur taux de chômage est très élevé en Italie. (!)

Elle fixe toutefois un cadre strict à ce budget.

La chancelière a mentionné pour son montant un chiffre « limité à deux chiffres en milliards d’euros », soit quelques dizaines de milliards d’euros. Très loin des souhaits de départ du président français, à l’origine de la proposition d’un tel budget.

Très loin aussi des sommes qui seraient nécessaires pour avoir une incidence significative! 

Emmanuel Macron avait l’an dernier appelé de ses voeux un budget équivalant à « plusieurs points du PIB de la zone euro », soit plusieurs centaines de milliards d’euros. 

Mais il a dû affronter l’hostlité  sur ses propositions en Allemagne, où l’opinion redoute toujours de devoir payer quoi que ce soit.

L’Allemagne veut bien bénéficier de l’euro, de l’euro faible et piller la demande de ses « partenaires » , mais elle refuse d’en acquitter la contrepartie.

L’allemagne ne veut pas comme l’a dit en son temps Schauble prêter sa carte de crédit aux pays dépensiers.

L’arrivée au pouvoir en Italie d’un gouvernement eurosceptique   renforce l’appréhension de l’Allemagne.

Sous pression de son opinion, et elle-même fragilisée politiquement pour son quatrième mandat, Angela Merkel a ainsi fixé sa ligne rouge pour réformer la zone euro.

« La solidarité entre partenaires de la zone euro ne doit jamais conduire à une union de l’endettement », où la dette serait mutualisée, a-t-elle prévenu.

Le Fonds Monétaire Européen, un abus de langage!

Elle a détaillé dans ce cadre la proposition allemande d’un Fonds monétaire européen (FME), qui viendrait en aide aux pays aux difficultés, en échange toutefois d’une surveillance étroite.

« Nous voulons nous rendre un peu indépendants du Fonds monétaire international », a-t-elle expliqué. Ce FME inter-gouvernemental reprendrait d’une part les prérogatives du Mécanisme européen de stabilité (MES), chargé aujourd’hui d’aider à financer la dette de pays en crise comme la Grèce, en leur accordant des prêts de très long terme.

Mais il irait plus loin. « A côté de cela, je peux m’imaginer la possibilité d’une ligne de crédit à plus court terme, cinq ans par exemple », a souligné la chancelière.

Ces prêts seraient destinés « à soutenir des pays confrontés à des difficultés d’origine extérieure », a-t-elle ajouté. Notez bien , faire face à des difficultés d’origine extérieure. 

En contrepartie, les pays concernés devraient accepter – comme pour le FMI aujourd’hui – que ce FME ait un droit de regard et d’intervention dans leurs politiques nationales.

Ce FME serait chargé d' »évaluer la solvabilité des Etats membres » et à l’aide « d’instruments adaptés » pourrait « rétablir » cette solvabilité si elle n’est plus assurée, a-t-elle dit. Des prérogatives qui risquent de ne pas être du goût de tous les pays de la zone euro.

Au vu de ces propositions dérisoires, il convient de s’interroger sur ce que Merkel a vraiement en tête pour l’avenir de la Construction Européenne; les politiques d’austerité ont échoué, il est prouvé que la monnaie unique au leu de favoriser les convergences favorisent au contraire l’aggravation des divergences.

Retard d’investissement considérable en Espagne ou aucun problème n’est résolu.

Le taux de profit ne permet pas d’espérer un redressement sauf spéculatif 

Les pays comme l’Italie et l’Espagne sont las des dévalutaions internes, leur retard s’accentue en matière d’investissement et de prodfutivité, ils sentent qu’ils n’ont plus d’avenir, les consensus  politiques ‘effondrent et face a tout cela merkel propose des mesures cosmétiques. Quelles sont ses  intentions, voila la question.

La précarité espagnole est perçue comme insupportable

Chomage des jeunes à 35%

Et surtout des besoins de financement considérables , comme l’Italie, avec un gouvernement socialiste fragile!

 


[Reuters] US isolated at G7 meeting as tariffs prompt retaliation

[BloombergQ] Japan’s Aso `Feels Sorry’ for Mnuchin Amid Outrage Over Tariffs

[Reuters] U.S. commerce secretary to press China to buy as allies seethe over tariffs

[BloombergQ] It’s 2007 Again for Commercial Mortgage Bonds, Moody’s Says

[CNN] Europe is on the verge of a big new crisis, just six years after the last one

[MarketWatch] Falling Deutsche Bank shares reignite ‘black swan’ worries

[Reuters] Catalan nationalists back in power, target secession in challenge to Sanchez

[Reuters] Mattis warns of Chinese ‘intimidation’; says U.S. seeks ‘results-oriented’ ties

[NYT] Within Trump’s Trade Factions, Nations Look for a Friendly Face

[WSJ] Aftereffects of Eurozone Crisis Plague Europe’s South

Publicités

2 réflexions sur “Les dépêches du week end, les cassandre se frottent les mains…Merkel fait dans la cosmétique et le dérisoire alors qu’après l’Italie vient l’Espagne !

  1. La dévaluation interne à la sauce Macron et la suite des hausses d’impôts et de taxes ne marcheront pas plus en France. La seule chose que Macron après Hollande ont gagné, c’est que nous dépensons moins en France, et que nous ne ferons pas plus de travaux que nécessaire car à quoi bon si c’est pour être taxés toujours plus. J’ai délocalisé mes courses en Italie pour commencer et pour le reste il reste le bon coin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s