Billet: « de deux choses l’une c’est toujours la troisième qui se produit n’est ce pas »! …Toujours stimulant

La Banque Centrale américaine a monté ses taux de 0,25%. La hausse était tellement téléphonée que les marchés n’ont pas réagi.

Le pilotage habile de la Fed et le comportement docile et moutonnier des opérateurs font que les réactions aux décisions de politique monétaire deviennent inexistantes, nulles. C’est un problème car il n’y a plus d’occasions de  créer les hauts et les bas, les oscillations  au travers desquelles s’expriment les prix d’équilibre. La fonction de découverte des prix, la fonction de production de signaux des marchés a disparu.

Mais passons, ce n’est pas notre propos ici.

Les intentions de la Fed sont de retirer un peu de l’accommodation, de la stimulation, du laxisme qui a été injecté pendant 10 ans.

L’inflation est revenue à 2,7-2,8%, les capacités de production disponibles se réduisent; le marché officiel du travail est serré avec un taux de chômage à 3,9% seulement .

Il est grand temps de resserrer; la Fed  est considérée comme en retard, en arrière de la courbe, « behind the curve ». C’est normal la Fed est terrorisée à l’idée d’abord de percer la bulle des prix des actifs financiers, et ensuite de commettre l’erreur de 1937 qui a re- précipté les USA dans la crise.

Si on se place dans une optique de gestion traditionnelle, on peut soutenir que non seulement la Fed ne retire pas de stimulation parce qu’elle est timorée, mais qu’en outre, elle en rajoute.

La croissance est considérée comme forte selon les normes actuelles post crise; les capacités excédentaires sont réduites, le marché du travail est devenu étroit. Les paramètres habituels de l’inflation sont maintenant plutôt convergents vers l’accélération. Les politiques monétaires sont lentes à produire leurs effets et lorsque les banques centrales sont en arrière de la courbe, c’est à dire en retard, les conséquences  se manifestent un an et demi plus tard. Donc ce qui va s e passer dans deux ans est pour ainsi dire dans le pipe-line.

Tout le problème de la gestion est que nous sommes dans des situations hors normes, des situations hors expérience historique, des situations expérimentales.

En fait,ayant détruit tous les repères, tous les signaux que fournissent habituellement les marchés, les apprentis sorciers n’ont aucune idée. La pente de la courbe des taux ne dit plus rien, c’est un mystère, le niveau des taux longs est incompréhensible par exemple.  D’ailleurs on trouve presqu’autant de gens intelligents pour prédire le retour de la déflation avec la chute des taux sous le zéro que de gens compétents qui s’attendent à  l’emballement de l’inflation.

Combien d’accommodation excédentaire et donc dangereuse se trouve dans le système américain et global? Nul ne le sait. Peut être même que cela est impossible à savoir car il peut y avoir un excès d’accommodation ici et un manque d ‘accomodation là.

C’est dire que la situation mondiale peut être contrastée et donc ingérable.

Nous le répétons, l’histoire n’est plus un guide fiable.

Les Fed funds sont encore très bas, trop bas selon les régles classiques. Ils ne deviennent restrictifs que lorqu’ils dépassent le taux d’inflation  d’environ 1%; ce qui indique qu’ils devraient s’établir entre 3,2 et 3,8%. Nous en sommes très loin! Donc nous sommes en termes classiques très stimulants. Les pressions monétaires devraient être inflationnistes.

Mais il y a beaucoup, beaucoup plus, il y a la théorie de la Fed et de Bernanke selon laquelle la taille du bilan de la banque centrale constitue l’équivalent d’un mouvement sur les taux: un trillion à l’actif du bilan de la Fed équivaudrait selon les thèses et les modèles de Bernanke à 0,75% de baisse des taux; comme il y a plus de trois trillions, cela signifie que le bilan inflaté  équivaut à une réduction des taux de 3 fois 0,75% soit près de 2,3%!

Diable, nous sommes loin des normes historiques et il est facile de comprendre que les indices boursiers refusent obstinément de prendre en compte les soit disant mesures de resserrement de la Fed puisque de resserrement réel, il n’y a semble-t-il pas.

Sans compter la stimulation monétaire qui vient l’Eurozone et de la BOJ, elle se transmet au travers de l’alchimie des flux et des changes.

Il semble bien que, plus que les mouvements à la marge sur les prix et les volumes monétaires, ce soient les stocks qui jouent. Les mouvements marginaux sur les prix et les volumes additionnels ou retirés ne jouent pas car l »‘effet stocks » dans le système mondial est prédominant. Et il peut très bien l’être tant qu’un seuil ou des seuils ne sont pas franchis, auquel cas il faut s’attendre à des ruptures de linéarité, à des discontinuités, ce que l’on appelle vulgairement des crises.

S’agissant des taux du long terme, il est difficile de les faire entrer dans l’équation car on ne sait plus très bien si ils sont causes ou effets. Si ils sont « causes » alors ils sont très stimulants car ils sont fortement en dessous des normes de long terme. Normalement , traditionnellement les taux longs sont entre 2 et 3% au dessus de l’inflation ce qui devrait les porter actuellement à 4,5% / 5,5%. Nous en sommes très, très loin.

Mais on peut raisonner autrement et dire que les taux longs reflètent non pas les conditions présentes mais les anticipations des conditions futures et comme beaucoup d’investisseurs sont déflationnistes, ils croient à la rechute, ils gardent les valeurs à revenu fixe de long terme persuadés qu’ils sont que les taux vont rebaisser et même redevenir négatifs comme le pense le stratège de la Societe Generale, Albert Edwards.

Et nous? Nous, nous ne disons rien, fidèle à nos hypothèses de travail: l’avenir ne se devine pas et c’est deja bien assez de comprendre ce qui se passe dans le présent!

Les apprentis sorciers ont tout bouleversé, il n’y a plus de repères et puis eux même sont imprévisibles, nul ne peut dire ce qu’ils feront quand ils constateront que rien ne se passe comme prévu. A mon sens ils paniqueront, mais au dela?

Car c’est ce qui va arriver: « de deux choses l’une c’est toujours la troisième qui se produit n’est-ce pas »!

Mon idée, ma seule idée est que le monde va s’appauvrir et que je ne vois pas comment dans un monde qui s’appauvrit, les fausses fortunes, les illusions de fortune, les fortunes papier,  peuvent se maintenir.

 

 

 

 

 

 

 

.

 

.

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Billet: « de deux choses l’une c’est toujours la troisième qui se produit n’est ce pas »! …Toujours stimulant

  1. Les marchés maintenus en lévitation par l’action concertée des banquiers centraux, les records de l’endettement mondial stratosphérique permis par des taux réels bas: tout cela ne préfigure rien de bon pour les « prolétaires » que nous sommes versus la classe capitalo/klepo/ mondialiste qui tire les marrons du feu et décide pour nous..
    La perpétuation de ce système ou plutôt le saut qualitatif vers un système plus stable, plus profitable et toujours plus contrôlé par les 1% passe par : l’appauvrissement de la majorité et notamment les promesses du « hors bilan » qui ne seront pas tenues , la perte des libertés fondamentales (en cours), l’invasion migratoire non voulue par les peuples ( en cours), les guerres intérieures (terrorisme contre les peuples) et extérieures ( afrique, moyen orient, syrie, ukraine…) en cours , et, en bout de course, la refonte du système monétaire mondial ( déjà évoquée par le FMI) .
    Rien n’est sous contrôle, il n’y a pas de complot, tout est sur la table mais on nous demande pas notre avis, et de toute façon la majorité regarde le doigt quand le sage montre la lune ( et je suis gentil…), quand au passé, il n’est pas à modéliser pour décrire le futur, : le déterminisme historique a sa propre logique et, vous avez tout à fait raison, il ne faut pas essayer « narcissiquement » d’expliquer et de prédire l’avenir mais se préparer individuellement et montrer de l’amour envers sa famille et ses proches ( même s’ils ont subi le « déneurolizer »…LoL )
    Bonne soirée

    J'aime

  2. Merci Monsieur Bertez
    Personne ne peut savoir ce que l’avenir nous reserve.
    et si?..
    Les trillions des dettes souveraines environs 200 trillions dans le monde, pourraient permettre aux actions de ne pas baisser et peut être de monter encore beaucoup.

    SI, le sauve qui peut hors des obligations (même un faible pourcentage de ces monstrueuses dettes) vers les actions, ferait augmenter le marché des actions de manière explosive.

    Si les taux continuent /montent parce que la prime de risque exigée monte agressivement et que la perception change en faveur des investissements dans le privé au détriment des obligations d’états parce que les déficits publics n’arrivent plus a être couvert à bas couts/taux ultra bas c’est le risque de faillite des états,

    Si la monnaie part à la recherche de biens tangibles et hors de la dette publique et dans les actions internationales

    Sans parler de la valeur boursière des entreprises qui doivent pouvoir se refinancer en continue en attirant les capitaux, grâce. .. à leur valeur boursière

    Détruire la valeur du cash, style Venezuela !et faire monter en parallèle les bourses (en nominal) pour que les banques aient l’air solvables et éviter le crédit crunch tout en prétendant faire un resserrement financier pour éviter les bulles et l’inflation rapide !

    Les gouvernements endettés au -delà des possibilités de lever des taxes pour couvrir les intérêts des dettes, ont toujours fait défaut
    soit, en provoquant une grande l’inflation (détruire la/les monnaies) pour payer les dettes en monnaie de singe,
    et/ou en faisant purement et simplement défaut sur les anciennes dettes et en forçant le public /caisse de pensions a acheter les nouvelles émissions sous prétexte de sécurité et entraide nationale !

    C’est presque un coup d’état financier qui a été organisé en faisant un transfert de richesses des épargnants, des créditeurs des salaries vers les débiteurs, les CEO et autres catégories qui ont pu profiter des largesses des états (taxes réduites), des taux ultra bas, des comptabilité laxistes permettant les « leverages » exponentiels et du fameux put des banques centrale

    Tout est possible dans notre système planifie

    J'aime

    1. Tout ce que vous évoquez est possible: tout et son contraire.

      L’un de mes axes de réflexion est celui ci: les observateurs s’efforcent de prévoir, comme si cela avait un sens , ce qui peut se passer.

      Ma conviction est que la démarche est faussée dès son début, car ce qui est faux, c’est le « il » de « il faut ».

      Ce « il « présuppose que les choses suivent leur cours, qu’elles se déroulent comme si leur logique était endogène.

      Or cela n’est plus vrai; le monde est orienté, piloté, optimisé aux profits de classes dominantes et de leurs alliés. Il est soumis aux contradictions internes, externes et aux jeux de ceux qui ont les leviers.

      Vous connaissez ma loi du triangle; action, réaction, résultante.

      Le résulat des processus en cours sera une résultante et non le résultat des forces spontanéees.

      Ce qui signifie que pour moi la question autour de laquelle il faut se concentrer est celle ci: quel sera à un moment donné l’intérêt des élites. Qu’auront elles avantage à faire, pour leur survie, pour le maintien de leur ordre, pour conserver leur tête sur leur épaules , éviter les fourches et les piques, pour continuer de dominer.

      Rien n’est joué, tout se joue. Et dans ce qui se joue, dans ce combat il faut que les forces du refus, les vrais rebellles soient présents.

      Et c’est l’Aventure, le monde est en marche.

      L’une des erreurs, triste erreur des médiocres leaders populistes est de ne pas savoir insuffler l’espoir dyonisiaque, l’espoir de vie, chacun est un surhomme et c’est cela que’il faut ré-insuffler, refaire découvrir. Sortir des geigneries, des victimisations, des rationalisations, retrouver l’Anima.

      Re-bander sa vie.

      J'aime

  3. Merci Monsieur Bertez pour votre réponse.
    Vous avez raison
    Tout et son contraire, peut arriver
    Rien n’est joué, tout se joue
    Et surtout :
    Quel sera à un moment donné l’intérêt des élites

    Et peut être aussi, est ce que le consensus, le lien qui unit les élites restera fort ou deviendra faible.

    Dans ce dernier cas ce sera peut être la vrai chance de pouvoir contrecarrer leur domination et éviter la possibilité d’avoir une sorte de dictature mondialisée.

    La domination via la financialisation généralisée qui privilégierait encore plus les élites
    Leur permettant de pour ainsi dire, tout acheter y compris leurs élections..
    Et d’avoir un contrôle majeur sur l’utilisation des nouvelles technologies telles que :
    L’intelligence artificielle, les robots, les armes ultra sophistiquées,
    Le contrôle des satellites et donc de tous les moyens de communications,
    Les moyens puissants et multiples de surveillance
    Les monnaies souveraines digitales (la fin du cash)
    Et la digitalisation de toutes les richesses sur leur marché
    Le pouvoir arbitraire de décider qui pourra, ou ne pourra pas bénéficier des accès au crédit, aides sociales, etc..
    Et comme vous le dites l’appauvrissement culturel et matériel généralisé des populations.

    Si il existe un espoir que la population prenne conscience de ces enjeux, soit moins ignorante et plus perspicace face au déluge d’informations vraies/fausses.. et parvienne à discerner ce qui est important : l’amélioration des conditions de vie pour la plus grande majorité (pas seulement la minorité des fameux 1% et 10%)

    Et enrayer la détérioration du pouvoir d’achat actuel et surtout futur, et la paupérisation grandissante des classes dites moyennes.
    Il faudra pour cela, comme vous le mentionnéz un changement de mentalité , l’envie et le courage de se battre pour un avenir meilleur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s