Les dépêches du week end de 14 Juillet, les sommets, la Coupe: vous reprendrez bien un peu de soumission!

Ce qui se passe ces jours ci est au plus haut point symbolique; la plèbe grisée, vautrée  dans football, la bière et les pizzas  et les chefs, au sommet, entre eux, qui font ou défont l’ordre du monde.

Donald Trump doit retrouver Vladimir Poutine. Leur sommet  s’annonce épineux.

Le président américain et son homologue russe se retrouveront dans la capitale finlandaise à l’issue d’un week-end « sportif ».

Il n’est pas sur que le reste du monde soit mis au courant du vrait contenu de leurs conversations. Vous noterez que depuis plusieurs mois l’activité diplomatique internationale, au sommet ,  est très intense, mais que quasi rien d’important ne transpire au dela des communiqués bidons. Vous constatez les évènements et ce sont pour ainsi dire autant de coups de théatre.

L’absence de continuité, l’absence de logique contribuent à confirmer les impressions, justifiées, que l’on a d’un monde chaotique.

Simplement on ne peut que constater le résultat: une certaine détente: nous sommes loin de la fin 2017 ou les néocons semblaient tenir le haut du pavé, époque ou les agressions fusaient, tous azimuts. La folie de Trump, son irrationalité ont modifié la donne.

La nomination de Bolton le va-t-en guerre universel devait marquer une accélération, ce fut le contraire, le début de la détente.

On sait par exemple par les sources bien informées que Poutine exerce tout le poids de son influence pour désamorcer les tensions au Moyen Orient et obtenir que les Iraniens soient moins menaçants par leur présence en Syrie, mais on ne sait rien des donnants-donnants. On n’a que des émergences.

Et puis il y a les négociations souterraines sur les embargos et sanctions et les Tariffs.

Plus que jamais les peuples et leurs pantins de représentants  sont tenus à l’écart des grands problèmes géopolitiques alors qu’en fait ce sont ces problèmes qui sont les déterminants de leur avenir.

Pour les peuples c’est le pain et le cirque, en clair les aumones de la redistribution et la coupe du monde de football.

Nous ne dirons jamais assez tout le mal que nous pensons de cette coupe du monde, non en raison de son aspect sportif, si il en comporte encore un, ; mais en raison de sa récupération par les élites et leurs médias.

il suffit de regarder la télé Bouygues pour comprendre que le foot et la coupe sont utilisés au profit de l’endoctrinement , de l’ouverture et de l’inclusion. Le foot dans sa mise en scène vous vend de la pseudo-unité, du pseudo-collectif, mais de la vraie  globalisation.

Il vous pointe de façon aveuglante la structure de ce monde à deux ou trois vitesses, avec l’argent mal gagné et la hierarchie fondée sur les titres et non sur le droit. Il vous vend  de … la soumission puisque les « grands, les chefs sont en haut, sur les gradins dans le réel tandis que vous vous êtes devant  le succédané, devant le spectacle auquel vous croyez participer tout en étant relégués, devant votre télé. Vous êtes dans la Fête, pas la vraie mais devant celle de l’homo festivus de Muray. Les dominants ont le «  »vrai, dans tous les domaines, les richesses, les femmes, les stars et vous les « images », la pornographie !

Dans mon excessive indignation j’irai jusqu’à prétendre que ne pas participer à ces spectacles répugnants, voire obscènes  est un acte politique. En fait le prmier acte politique dans le monde moderne et ses pseudo jouissances consommatrices c’est d’accepter la frustration.

La consommation, y compris celle des images est à la racine de l’aliénation qui produit la soumission.

Revenons au Cirque:

Avant d’attaquer sa tournée européenne, Donald Trump avait prédit que l’étape d’Helsinki, où il doit retrouver Vladimir Poutine, serait la « plus facile ». Leur sommet pourtant, s’annonce particulièrement épineux.

Le président américain et son homologue russe, dont les moindres faits et gestes seront scrutés avec attention à travers le monde, se retrouveront dans la capitale finlandaise à l’issue d’un week-end « sportif ».

Le premier goûte aux joies du golf – sa « principale forme d’exercice » selon ses termes – dans son luxueux complexe hôtelier écossais de Turnberry.

Le second doit assister dimanche soir à la finale du Mondial-2018 de football à Moscou entre la France et la Croatie.

A cette occasion, il doit s’entretenir avec les chefs d’Etat des deux nations finalistes, Français Emmanuel Macron et Croate Kolinda Grabar-Kitarovic.

Si les étapes du 45e président des Etats-Unis à Bruxelles et à Londres ont été tempétueuses, marquées par ses charges virulentes contre ses alliés de l’Otan, – Allemagne en tête, accusée d’être « prisonnière » des Russes – les points de friction entre Washington et Moscou ne manquent pas.

Rattachement en mars 2014 de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou, soutien de la Russie au régime syrien de Bachar al-Assad, nouveaux droits de douane américains… La liste est longue.

Les deux présidents s’entretiendront d’abord en tête-à-tête avec leurs seuls interprètes au Palais présidentiel, avant d’ouvrir la réunion à leurs délégations respectives pour un déjeuner de travail.

La journée s’achèvera par une conférence de presse commune qui pourrait être haute en couleurs étant donnée la propension du magnat de l’immobilier à bondir d’un sujet à l’autre et à s’emporter face à des journalistes qu’il qualifie volontiers de producteurs de « Fake news ».


Face à Vladimir Poutine, Donald Trump va-t-il endosser le rôle de leader du « monde libre » et lui demander des comptes?

Va-t-il au contraire tenter de caresser le dirigeant russe dans le sens du poil comme il l’a fait avec le Chinois Xi Jinping et même le Nord-coréen Kim Jong Un?

Quelle sera la stratégie de l’homme fort du Kremlin?

« Poutine a démontré son incroyable faculté à lire les personnalités », analyse Alina Polyakova, de la Brookings Institution.

« C’est ce à quoi il a été formé, après tout, en tant qu’officier du renseignement et je pense qu’il est particulièrement doué pour détecter les faiblesses ».

Dans une lettre ouverte au président américain, une demi-douzaine de sénateurs démocrates l’ont exhorté à ne pas négocier seul à seul avec l’homme fort du Kremlin.

« Il doit y avoir d’autres Américains dans la pièce », ont-ils martelé, même si leur demande a peu de chances d’être entendue par le président septuagénaire.

Ci dessous un stock d’armes occidentales fournies  par Obama et les pays de l’OTAN à ISIS  saisies à Deraa en Syrie par les forces loyalistes . Les conversations entre les chefs portent sur les varies choses car ils connaissent la réalité, mais les peuples ne peuvent êtrhe tenus au courant puisqu’on leur cache cette réalité.

[CNBC] Trump and Putin are the main event, but there’s a lot to move markets in the week ahead

[Spiegel] Trump Takes Aim at Germany and NATO

[WSJ] Federal Reserve Report Defends Use of New Tools to Set Interest Rates

[FT] Argentina learns to live with its inflation dragon

Publicités

3 réflexions sur “Les dépêches du week end de 14 Juillet, les sommets, la Coupe: vous reprendrez bien un peu de soumission!

  1. Mon seul point de désaccord majeur avec vous, c’est quand vous prenez Trump pour un imbécile qui ne sait pas ce qu’il fait.

    Je crois, au contraire, au vu de sa trajectoire passée, qu’il sait très bien ce qu’il fait et et que ses déclarations à tort et à travers dressent un écran de fumée auquel se laissent prendre les gogos (et les bobos) et que ça l’amuse d’enfumer ceux qui le prennent pour un con.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s