Editorial. Trump s’attaquera à la banque centrale, une collision est inévitable

Trump s’est attaqué à beaucoup de choses dont la plus importante pour l’instant est l’idéologie du commerce mondial. Il s’attaquera bientot à un autre pilier de l’ordre actuel qui est domination des banques centrales sur le système mondial. Il y sera conduit, obligé si la Fed persévère dans sa volonté de se montrer préemptive c’est dire sa volonté de s’opposer préventivement à l’inflation des prix et à l’inflation des revenus salariaux.

[FT] Powell plays down message sent by flattening Treasury yield curve

Je me demande à quel jeu peut bien jouer Powell et quelle peut etre sa stratégie de communication; dans quelle direction peut il bien piloter? Ce n’est pas clair.

Il refuse de reconnaitre les évidences à  savoir que rien ne se passe comme prévu! Et c’est vrai s’agissant de l’évolution des taux taux longs, de la pente de la courbe des taux qui forme un nouveau « conundrum » ; et c’est vrai de ce que l’on peut appeler le « wage gap », le fossé des salaires.

La vérité d’une situation se manifeste non pas dans son déroulé harmonieux, non elle se manifeste toujours dans ses anomalies, dans les ruptures, c’est à dire dans la fait que cela ne se passe pas comme prévu; et ce qui ne se passe pas comme prévu constitue une alerte qu’il faut prendre au sérieux.

C’est un peu comme en psychologie, la vérité du sujet se manifeste dans ses lapsus, ses tics, elle se manifeste dans ce qu’il ne parvient pas à contrôler.

J’ai deja discuté des anomalies que constituent la courbe des taux,  sa faible pente et le  risque d’inversion, c’est à dire du risque que les taux lonsg soient inférieurs aux taux courts.

Pour moi c’est une conséquence, c’est un coût des politiques non conventionnelles, c’est un symptôme.

On n’arrive plus à rétablir la base de nos progrès, c’est à dire la préference relative entre le présent et le futur.

On a détruit ce qui est à la base de nos sociétés, l’investissement, la prévoyance, la punition des cigales et la récompesne des fourmis.

On a cassé un mécanisme de gestion du temps, de la gestion de la durée dans nos sociétés. On a bouleversé les équivalences intergénérationnelles. Nos sociétés reposent, ou plutot reposaient sur le détour de l’épargne et de l’investissement; nous somm,es humains, capables de progresser parce que nous sommes capables de prévoir! Nous sommes capables de refuser une satisfaction immédiate en échange d’une satisfaction plus grande plus tard.

On accepte de reporter sa consommation et d’investir parce que l’épargne et l’investissement , surtout lorsque qu’ils sont différés à long terme, sont récompensés, ils sont plus rémunérés que si on donne la priorité au court terme. C’est la racine de notre capacité à progresser.

Donc je soutiens que l’aplatissement de la courbe des taux, l’incapacité à rémunérer plus le long terme que le court terme est l’un des couts de la politique des apprentis sorciers: ils ont cassé nos sociétés.

Et je soutiens également que l’autre symptome, le « wage gap » , c’est à dire le fossé salarial, le manque salarial,  est exactement de même nature, c’est un coût, une anomalie qui sont produits par la politique monétaire non conventionnelle, contre nature/culture/ civilisation  de nos apprentis sorciers. ils ont cassé autre chose;, quelque chose de plus.

Et je soutiens que nous sommes en face d’un seul et même phénomène, la pente de la courbe des taux et le wage gap sont les deux faces de la même médaille.

S’agissant du wage gap, du fossé entre ce que devraient être les salaires et ce qu’ils sont réellement, nous sommes au coeur du problème de l’échec des politiques monétaires : ces politiques ont produit une reprise Potemkine, une reprise du monde des signes, en particulier des signes boursiers, mais elles n’ont pas procuré une reprise réelle des facteurs qui conditionnent la croissance.

On a crée un artifact que l’on veut nous faire passer pour le réel. Le sous jacent est resté plombé, voila la vérité que Powell ne veut pas reconnaitre. Et il patauge lamentablement devant les ignares du Congrés américain incapables de le pousser dans ses retranchements.

Malgré la reprise économique apparente, malgré un taux officiel de chomage faible, les salaires ne montent pas. Dans leur charabia diafoirique, les soit disants économistes disent que la courbe de Phillips ne marche plus.En clair la demande de travail bien qu’elle monte, ne produit pas ses consquences économiques naturelles, normales , la hausse des salaires.

Et c’est ce mystère qu’il faut résoudre, c’est ce mystère qu’au lieu de nier, il faut creuser, Monsieur Powell!

La politique monétaire surexpansionniste, les rabais fiscaux de Trump, les effets de richesse, rien n’y fait, les salaires réels restent coincés au plancher. Or les salaires c’est la machine à distribuer des revenus sains, du pouvoir d’achat gagné, non humiliant. Les élites dans leur veulerie en viennent à vouloir ratifier ce phénomène par l’instauration du revenu universel: on crée de la pauvreté, des classes de sous hommes, et pour que cela passe,  on veut instaurer un revenu universel qui bien entendu sera fiscal c’est dire distribué par le budget des états et donc aura pour origine le prelèvement sur les autres, c’est dire sur ceux qui ont encore encore, -les salauds- ceux qui ont encore du travail! On va péréquationner les revenus des salauds qui ont encore le privilège d’avoir un travail!

Powell cite, pour expliquer le wage gap, le fossé entre ce que les salaires devraient être et ce qu’ils sont: l’éducation, l’absence de productivité et la faiblesse de l’investissement.

Powell ne pense pas, il glose, il commente, si il pensait il n’aurait pas été choisi pour ce poste.

Qu’est ce que ces trois causes en dernière analyse? Qu’est ce  que l’éducation, la productivité et l’investissement si ce n’est l’investissement d’une société en elle même, investissement en ses facultés productives, investissement dans les moyens de se donner un futur?

Powell touche du doigt la cause de tous nos maux, mais il se garde bien de la nommer car ce serait mettre en cause tout le système et tout ce qui a été fait depuis 2009: on a distribué de l’argent, du pognon dirait notre Macron et cet argent n’a pas été utlisé à investir, il a été utilisé à tout, sauf investir.  Il a été utilisé à sauver les banques, à sauver les capitalistes crony, à payer les rachats d’actions, à bonifier la profitabilité apparente,  et à financer les fusions acquisitions, bref tout cet argent a été dévoré par l’ogre financier pour se survivre.

L’argent qui a été crée est passé directement à la case capital il n’est pas passé par la case investissement, dépenses d’équipement, dépenses de préparation de l’avenir; il a été dirigé sur les dépenses  d’entretien du capital fictif, inactif, parasite, bref sur l’entretien et la reproduction d’un certain rapport social. Cette société grace aux maitres du monde que sont les banquiers centraux n’a investi que dans sa propre reproduction et celle de ses structures. Ah les braves gens!

Le capital de poids mort, celui qui n’accomplit pas sa mission sociale, qui est produire des richesses, de l’emploi et des revenus, celui qui gonfle en dormant et se nourrit de ses propres écarts, de ses propres speculations, celui là  s’est goinfré, il a inflaté. . Bref tout est allé au capital de poids mort en vertu de la grande grève du capital productif qui a été déclenchée il y a au moins 10ans…en vertu du Mur de l’Argent.

Si Trump est bien ce que je pense, le grand destructeur, alors il va en venir dans peu de temps, à s’attaquer aux apprentis sorciers, aux Maitres du Monde, Trump est un parasite mais il  l’ignore, il va s’attaquer à ses pairs, à ses semblables.  Et il va à mon sens être obligé de s’attaquer à Powell si il continue à vouloir monter les taux.

Le destin de Trump est de briser, de tout rendre chaotique. Il va, quand la hausse des taux va mordre, il va twitter contre la Fed, l’accuser de précipiter la récession, de nuire aux américains, bref il va l’accuser de s’opposer à ses promesses électorales passées ou à venir.

C’est la logique!

Publicités

5 réflexions sur “Editorial. Trump s’attaquera à la banque centrale, une collision est inévitable

  1. Bravo et bravo!
    Confirmé ce soir
    CNBC Now

    Compte certifié

    @CNBCnow
    Suivre Suivre @CNBCnow
    Plus
    WATCH: President Trump lays into the Fed, telling CNBC that he’s ‘not thrilled’ about interest rate hikes

    J'aime

  2. j’ai relu votre éditorial du 18/06/2017 profit, dette, et spirale de la mort
    refaire un tour de manège d’argent gratuit pourrait

    -soit re-inflater le papier seulement,
    -soit effectivement inflater les prix ET salaires,

    mais comme vous le mentionniez à l’époque ceci ne marche pas, obstinemment l’argent va dans le capital directement et la vitesse de circulation s’amenuise.

    La solution des DTS n’est plus possible à l’heure de la démondialisation.

    Il faudrait que Trump trouve une astuce pour forcer les investissements; mais laquelle?

    La hausse des salaires devrait aussi détruire les entreprises au business model douteux ou à l’endettement trop important

    J'aime

  3. c est la faute aux robots , la population augmente et le volume de travail humain diminue cf, amazone etc…

    quant a la pentification elle indique surtout que la prochaine recession sera monstrueuse, apocalyptique

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s