L’effondrement de l’investissement public en Europe

Idéologiquement je ne suis pas pour l’investissement public, mais il ne faut pas être dogmatique, il y a des domaines et des circonstances ou il est défendable et indispensable.

Si on considère comme je le fais que la profitabilité est au centre de nos systèmes, (sans bien sur que ce soit admis), alors on comprend qu’il y a une dialectique, un rapport contradictoire entre d’un coté la nécessité du profit et de l’autre la nécessité de satisfaire des demandes non rentables dans l’absolu ou non rentables dans les conditions de marché prévalentes .

Il y a place pour ce que l’on peut appeler une économie des besoins. Je suis sur que les utilisateurs de la SNCF sont d’accord avec moi ainsi que ceux des hopitaux! Et puis il y a les dépenses d’infrastruture qui conditionnent les productivités futures.

Le débat est complexe et passionnant, il devrait être au centre des conversations politiques en cette phase historique marquée par l’insuffisance globale de la profitabilité et l’excès de capital qui demande, qui exige son profit et sa mise en valeur. Hélas, l’ultra libéralisme a tué tous les débats , la dictature de l’hyper capitalisme est devenue totale.

Je ne suis pas fan de l’investissement public pour la raison suivante: il produit un système dans lequel une élite pas plus compétente pour prévoir le long terme que qui que ce soit d’autre , il produit un système de type nomenklaturiste.  Un système dans lequel  une classe sociale s’arroge le droit de dépenser l’argent des autres, un système de tiers payant tyrannique. Or tout système de tiers payant évolue en un système de gaspillage et d’abus, ce que Tocqueveille en son temps avait déja parfaitement analysé.   Il suffit pour s’en convaincre de regarder la Sécurité Sociale, l’Enseignement qui est le prototype de l’investissement de long terme,  l’assurance chomage et les prestations sociales en général.

Peu à peu les prébendes s’organisent, les privilièges, les irresponsabilités dominent.  C’est la production d’une société de cooptation,  de copinage, une société de réseau.

Imaginez vous les investissements de la France dirigée par un  Macron qui a fait preuve d’autant d’absence de jugement que celui qui a engagé et soutenu et soutient encore Benalla et n’arrive pas discerner en quoi il s’est trompé!

Je ne fais ici qu’effleurer le sujet.

Dans la zone euro, l’investissement public net est négatif deuis 2014.

L’europe suit le terrible exemple allemand alors que sa situation est radicalement différente et qu’elle réclamerait une autre approche que celle de l’ordo-libéralisme. La chute des investissements d’infrastructure est dramatique, c’est une erreur de politique économique et de politique tout court.



Publicités

7 réflexions sur “L’effondrement de l’investissement public en Europe

  1. Le problème c’est l’investissement public financé par la dette, finançons le par l’impôt.

    Même « punition » pour l’investissement privé, à financer par l’actionnariat.

    J'aime

      1. Généraliser suppose l’unité et la simplicité de la nature ds choses.
        Mais c’est l’unité qui vient en premier, ce que vous nommez, à juste titre : « il n’est de vérité que du tout ».
        Mais aussi, comme ce qui est d’un seul tenant est souvent insuffisant, je tiens à ma simplicité que je mettrai, je vous l’accorde, en deux.

        J'aime

  2. . Les caisses sont vides.
    . Les capacités maximales d’endettement ont été dépassées.
    . Répression financière + désinformation masquent aux victimes la situation : pauperisation généralisée.
    . Le corrompus de l’état tiennent encore le système, mais pour combien de temps.
    . Faudra-t-il que le sang coule dans les rues pour parvenir à un changement de régime ? Soit : transparence dans les transferts sociaux et prebendes.
    À quand la 6eme République ? (crise de régime sur un plan national)
    Ou, si Bruxelles veut se maintenir, à quand les Eurobonds ? (crise de régime sur un plan européen).

    J'aime

  3. Bonsoir
    Martin Heidegger (in Bauen Wohnen Denken) : le pont précède le lieu!
    Il appartient au pouvoir qui sait assurer la médiation entre le cosmos et la nation de marquer l’endroit qui deviendra un lieu…. Est ce qu’un groupe d’intérêts privés ou un ensemble de fonctionnaires sait remplir cette fonction? Là est l’essence de la question de l’investissement public; sa gestion consécutive est un autre problème.
    la question la plus importante relative à l’affaire Benalla, celle que les MSM noient sous une avalanche de détails est: sur quels critères et par qui ce jeune homme entreprenant avec ses qualités et ses défauts, a t’il été élevé au grade de lieutenant colonel de gendarmerie à 27 ans alors qu’il a fallu bien plus longtemps à Arnaud Beltamme pour y accèder! je ne vois nulle part la ministre de la défense concernée – les gendarmes sont des militaires- Florence Parly convoquée pour donner des explications. De même, pourquoi les hauts fonctionnaires ayant connaissance du statut exact de M. Benalla ne l’ont ils pas remis à sa place lorsqu’il passait les bornes de sa mission?
    Cordialement

    J'aime

  4. heureusement que les somptueux hôtels de villes, départements ou régions sont là pour témoigner de l’absolue nécessité de les avoir construits en particulier à la gloire des « zélus » qui les on voulu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s