Le devoir de diffusion

Je reprends ce texte de Régis de Castelnau pour les raisons qui suivent.

-A certains moments il y a un devoir de mémoire mais avant il y a au moins un devoir de diffusion.

-Macron ne veut pas seulement gouverner, les réformes ne lui suffisent pas, il veut « transformer la France »; les enjeux sont  énormes

-Castelnau  est excellent, clair, argumenté

-Castelnau est compétent, il sait de quoi il parle

-Castelnau ose nommer l’alliance qui a porté Macron au pouvoir, à la fois l’alliance organisationnelle du triangle comme il dit mais aussi l’alliance sociale, de classe qui a permis l’élection du candidat choisi par l’oligarchie financière et la caste de la haute fonction publique d’État.

-il met les choses au point sur le passé en l’éclairant par la séquence des évènements. Cette séquence est révélatrice et utile dans un monde ou la mémoire ne dépasse pas trois jours. Elle favorise la prise de conscience de ce que seuls certains avaient compris et exposé au moment de l’élection de Macron.

-un texte comme celui de Castelnau incite à se poser la question: comment se fait-il que les analyses critiques, les points de vue alternatifs ne trouvent plus d’écho dans les médias bien sur, mais dans les corps constitués du contre pouvoir démocratique?

Chronique d’une curée de campagne

Prologue

Il semble que l’affaire Benalla ait enfin brisé le charme qui s’attachait à l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Je dis enfin, car dès le déclenchement du « procès Fillon » c’est-à-dire du raid judiciaire organisé et lancé par le triangle Élysée/Canard enchaîné/Parquet National Financier, la volonté de fausser l’élection la plus importante de la Ve République m’avait sauté aux yeux. La participation ensuite à l’opération, du pôle d’instruction financier n’avait pu que renforcer cette conviction. J’avais d’abord pensé que l’objectif premier, surtout pour les magistrats, était de se débarrasser du candidat de la droite républicaine présenté très tôt comme un suppôt de l’extrême droite. Mais la partialité incroyableavec laquelle la procédure a été menée contre Fillon a eu sa contrepartie avec la protection judiciaire dont ont bénéficié et bénéficient toujours d’ailleurs les amis de François Hollande et d’Emmanuel Macron (qui sont souvent les mêmes). Kader Arif, Bruno Leroux, Faouzi Lamdaoui, Richard Ferrand, Muriel Pénicaud, Gérard Collomb, les organisateurs de la campagne d’Emmanuel Macron qui ont explicitement reconnula commission d’infractions pénales, et François Bayrou et le MoDem accusés des mêmes faitsque ceux reprochés au Front National, ceux-là dorment sur leurs deux oreilles. Et depuis 18 mois, l’affaire Fillon si urgente ne bouge plus du tout. C’était donc bien l’avènement de Macron qui était voulu par ceux qui se sont occupés de l’exécution de Fillon et de la protection des amis du jeune roi.

Cependant, je continue de constater qu’est encore contestée l’idée que notre pays a assisté à une forme de coup d’État. Qui combinait le soutien de  l’oligarchie financière et de sa grande presse, celui d’une partie de la haute fonction publique d’État et notamment celle de Bercy, et d’une instrumentalisation de l’institution judiciaire à des fins directement politiques. L’élection d’Emmanuel Macron et d’une Assemblée nationale introuvable grâce à ces manipulations et à l’abstention massive qu’elle a provoquée, l’ont en partie délégitimée et provoqué une notable et inquiétante fragilisation des institutions. L’aversion du petit roipour les libertés publiques, son autoritarisme solitaire et son sentiment de toute-puissance nourri de celui de son impunité ne peuvent lever ces inquiétudes. Cela explique l’intensité de la réactionau spectacle donné par ce qui entoure la promotion et la protection du gorille d’Emmanuel Macron et de ses épigones.

Je remets donc à disposition de façon ordonnée chronologiquement les articles que j’avais rédigés sur ces sujets au fur et à mesure du déroulement de la campagne pour les élections présidentielles de 2017. On y trouvera beaucoup de redites évidemment, mais on me fera le crédit d’avoir pointé très tôt l’invraisemblable dysfonctionnement de la justice pénale. Aucun observateur du monde judiciaire ne peut dire de bonne foi que les procédures visant François Fillon se sont déroulées normalement. Voici donc pour les autres quelques arguments utiles. Qui peuvent bien évidemment être discutés, mais que je pense difficiles à réfuter.

Chapitre I : Pénélopegate : on est mal, on est mal !

27 janvier 2017. Où l’on observe ce qui arrive à François Fillon, le triste candidat que s’est donné la bourgeoisie de province lors des primaires de la droite. Il est question du missile envoyé par le Canard enchaîné et repris de façon fulgurante par le PNF. Où l’on croit encore naïvement que le Front National peut tirer les marrons du feu.

Chapitre II: Fillon : Le prévisible chemin de croix

30 janvier 2017. Où l’on décrit ce qui attend François Fillon sur le plan de la procédure à partir du raid lancé par le PNF. Et l’on commence à s’interroger sur ses conséquences en regard de l’élection présidentielle.

Chapitre III : Fillon : Crucifixion sans résurrection

3 février 2017 : quand on jette un coup d’œil sur l’explosion qui vient de se produire. Et qu’on est très pessimiste sur l’avenir du candidat Fillon.

Chapitre IV : Macron : Un télévangéliste comme roue de secours

6 fevrier 2017. Où l’on trouvera un premier regard sur la campagne d’Emmanuel Macron. Avec les premières questions qui s’en déduisent. Et notamment le soutien acharné des médias mainstream et des milieux de l’argent.

Chapitre V : François et Nicolas vont au restaurant

14 février 2017. Petite saynète publiée sur Facebook histoire de détendre l’atmosphère et de dessiner ce qui attend François Fillon : la nomination pour s’occuper de lui, du juge d’instruction Tournaire jusqu’alors spécialisé dans l’acharnement contre Nicolas Sarkozy. Et sa prochaine et rapide mis en examen avec un tel magistrat. Ce sera fait une quinzaine de jours plus tard.

Chapitre VI : Fillon ressuscité ? Mais avec des stigmates

19 février 2017. Où on voit que les écailles commencent à tomber des yeux et que la stratégie politico-judiciaire enclenchée contre Fillon apparaît comme vraiment destinée à tuer sa candidature. Avec maintien de l’erreur d’analyse qui consiste à penser que Marine Le Pen peut en profiter.

Chapitre VII : Plus de frein, à fond vers le mur

28 février 2017. Où l’auteur prend la mesure de l’ampleur de l’opération judiciaire visant à tuer le candidat Fillon. Par le spectacle de la multiplication des manœuvres du PNF dont on prend la mesure à ce moment-là qu’elles sont surtout destinées à favoriser Emmanuel Macron.

Chapitre VIII : Macron : technique d’un coup d’État

9 fevrier 2017. Où l’auteur à la lumière de sa connaissance de la façon dont fonctionne habituellement la justice pénale, constate le caractère concerté de l’opération lancée par le triangle Élysée/Canard enchaîné/PNF pour détruire la candidature Fillon. Et favoriser Macron.

Chapitre IX : la peste ou le choléra en étant sûr d’attraper le typhus

4 mars 2017. Quand l’évidence de la manipulation en faveur de Macron saute désormais aux yeux. Et que le choix se réduit entre la peste et le choléra.

Chapitre X : Tri des candidats aux élections ? Le citoyen décide

7 mars 2017. Où l’auteur constate effaré la mobilisation d’une partie de la magistrature parfois au plus haut niveau pour justifier sans barguigner le raid judiciaire destiné à assurer la présence de Macron au deuxième tour.

Chapitre XI : Macron est-il dangereux ?

15 mars 2017. Où l’on s’aperçoit qu’au-delà du haut appareil judiciaire, les plus hautes autorités de contrôle de la république ont décidé d’intervenir dans l’élection présidentielle. Pour la fausser et permettre l’élection du candidat choisi par l’oligarchie financière et la caste de la haute fonction publique d’État.

Chapitre XII : l’impartialité ne se proclame pas, elle se prouve

22 mars 2017. Où l’auteur constate que des gens dont la mission constitutionnelle est de veiller au respect de la loi, s’acharnent de façon compulsive contre un candidat à l’élection présidentielle pour en favoriser un autre.

Chapitre XIII: Justice : un Président ne devrait pas faire ça

27 mars 2017. Dans ce chapitre, on pourra pointer la collusion de François Hollande avec l’opération anti Fillon. On pourra également constater les contorsions des journalistes du Canard enchaîné, plus soucieux de créer les conditions de l’élection de Macron que de déontologie professionnelle.

Chapitre XIV : Patrick Cohen professeur de Droit, ça fait peur

28 mars 2017. Où il apparaît que les journalistes du Canard enchaîné ne sont pas les seuls à vouloir détruire la candidature de Fillon en favorisant celle de Macron. Le service public radiotélévisé ne se gênant pas pour violer son obligation de neutralité.

Chapitre XV : Un président légitime le 7 mai ? C’est trop tard

19 avril 2017. Où l’auteur constate que la tragédie est consommée. Que le candidat qui sera élu le 7 mai ne disposera pas de la légitimité républicaine indispensable.

Chapitre XVI : Présidentielle : sortir des mâchoires du piège

2 mai 2017. Où l’on constate que la stratégie électorale des castors est grosse de dangers. Et que le mieux est de ne pas céder au chantage, l’élection d’Emmanuel Macron ne reposant que sur un dévoiement des institutions républicaines.

Chapitre XVII : De quoi l’élection de Macron est-elle le fruit ?

12 mai 2017. Où l’auteur au travers d’un petit bilan de ce qui vient de se produire entrevoit les difficultés auxquelles le pays va se trouver confronté avec une élection présidentielle faussée. Qui a porté au pouvoir un inconnu inquiétant, et vu le dévoiement des institutions républicaines.

Conclusion rapide

Le temps est passé, et Emmanuel Macron a pu continuer à faire un peu illusion. Désormais, et les études d’opinion le montrent son socle de confiance ne va pas au-delà de celui dont il a bénéficié pour le premier tour, et encore… Dans la bataille politique qui va désormais se dérouler sur des bases différentes et dont personne ne peut connaître l’issue, il est possible que ce déficit de légitimité initiale constitue un handicap sérieux.

Régis de Castelnau

 

Publicités

Une réflexion sur “Le devoir de diffusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s