La Lira turque: la spirale, on joue avec le feu

La crise turque accélère.

Nous l’avons anticipée et suivie depuis le début en raison des déficits du système turc et de la volonté d’Erdogan de suivre une voie monétaire et financière non orthodoxe. Il s’est opposé à sa banque centrale alors que c’est elle qui avait raison. Il y a des lois économoiques et monétaires auxquelles on ne peut déroger quand on pratique le déficit spencing et que les dettes extérieures s’accumulent. On ne peut être autonome que si on n’a pas de dettes. Quand on a des dettes, on obéit!

Aujourd’hui, Erdogan s’en remet à Dieu et demande aux Turcs de prier. En meme temps il leur demande d’abandonner leur or et leurs dollars « qui sont sous l’oreiller ».

Les récentes décisions de Trump de sanctionner, ‘encore une sanction)  la Turquie précipitent la dégringolade en boule  neige. Trump prend des décisions irresponsables, il multiplie les risques dans le système , il oublie l’interconnexion  de la turquie avec les banques mondiales.

Donald Trump tweets that he has authorised a doubling of US tariffs on Turkish imports of steel and aluminium

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté vendredi ses concitoyens à changer leurs devises étrangères pour soutenir la livre turque dont la chute s’est accentuée à la suite de son appel à la « lutte nationale » contre la « guerre économique » déclarée à la Turquie.

« Si vous avez des dollars, des euros ou de l’or sous votre oreiller, allez dans les banques pour les échanger contre des livres turques. C’est une lutte nationale », a lancé  Erdogan dans un discours à Bayburt.

Pendant son intervention, la livre turque a franchi le seuil de six pour un dollar au-delà duquel elle semblait désormais ancrée. Elle s’échangeait à environ 6,1 pour un billet vert, enregistrant une baisse de près de 10% sur la journée.

La devise turque, dont la valeur a fondu de près de 40% face au dollar et à l’euro depuis le début de l’année, souffre en raison de la grave crise diplomatique entre Ankara et Washington et de la défiance croissante des marchés envers l’équipe économique de Erdogan.

La monnaie turque avait déjà cédé plus de 5% face à la devise américaine jeudi, au lendemain de discussions infructueuses entre des diplomates américains et turcs de haut rang en vue d’apaiser les différends entre leurs deux pays qui ont imposé la semaine dernière des sanctions réciproques à des responsables gouvernementaux.

Outre ces tensions, les marchés s’inquiètent des orientations de la politique économique du président Erdogan, la banque centrale turque rechignant à relever ses taux pour contrer une inflation qui a pourtant atteint près de 16% en juillet en rythme annuel.

Un Lobby des taux d’intérêt

Face à cette situation, Erdogan a pointé vendredi un doigt accusateur en direction d’un mystérieux « lobby des taux d’intérêt »: « S’ils ont des dollars, nous, nous avons notre peuple, nous avons le droit et nous avons Allah ! », avait-il lancé dans un précédent discours, dans la nuit de jeudi à vendredi.


Vendredi le  Financial Times toujours à l’affut pour porter un mauvais coup aux banques euros rapporte selon que  la Banque centrale européenne s’inquiète d’une éventuelle contagion de cette crise monétaire à certaines banques européennes très présentes en Turquie.

Des allemandes Deutsche Bank et Commerzbank aux italiennes UniCredit et Intesa Sanpaolo, en passant par l’espagnole Santander, les actions de grandes banques européennes évoluaient dans le rouge vendredi dans la matinée, pénalisées par la crise de la livre turque.

Les politiciens et les médias jouent avec le feu.

 

Publicités

4 réflexions sur “La Lira turque: la spirale, on joue avec le feu

  1. « Si vous avez des dollars, des euros ou de l’or sous votre oreiller, allez dans les banques pour les échanger contre des livres turques. C’est une lutte nationale », a lancé Erdogan dans un discours à Bayburt.

    Et voila donc un president d’un pays qui confirme ce qu’il faut faire pour se constituer un « matelas de protection » en cas de crise.Avant c’etait l’argentine,c’etait loin,puis la grece et la turquie… ca se rapproche…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s