Reversing globalization, renverser la globalisation, un billet ironique

Les élites défendent becs et ongles la globalisation.

Ce faisant d’une part elles ne donnent aucune analyse articulée des conséquences de la déglobalisation et d’aurte part, elles se eprdent dans les incohérences et contradictions. Nous sommes dans les fausses  analyses et dans les vrais mensonges!

Carstens le patronde la Banque des Réglements Internationaux vient de déclarer, (voir ci dessous)  je cite: renverser la globalisation pourrait faire monter les prix! Le point d’exclamation est de moi.

Mais depuis 2008 on nous dit que le mal absolu c’est l’absence de hausse de prix, l’absence d’inflation et on a balancé plus de $16 trillions de monnaie tombée du ciel pour en obtenir de l’inflation! Alors si il y a un moyen de lutter contre le mal absolu, qui est l’absence de hausse des prix pourquoi s’en priver? La hausse des prix c’est à dire des valeurs nominales du produit mondial fera baisser les ratios de dettes, les dettes seront ainsi plus supportables, les impôts rentreront mieux, puisque les cash flows nationaux seront supérieurs.

Ce que notre Carstens ne dit pas c’est qu’il y a de bonnes hausses de prix et de mauvaises hausses de prix, chut il ne faut pas le dire. Une bonne hausse des prix c’est une hausse qui augmente les profits; une mauvaise hausse des prix c’est quand elle pèse sur les profits.

Si on déglobalise, c’est à dire si on protège, la concurrence entre les salariés du monde sera moins forte, l’arbitrage international du travail sera moins féroce et les salaires relatifs vont remonter.

C’est ce dont le système ne veut pas bien sur puisqu’il a utilisé la globalisation … pour faire baisser les salaires.

La déglobalisation fera monter le chomage affirme encore Carstens. On se demande bien pourquoi et comment! Tout dépend du poids relatif dans un pays entre ce qui est importé et ce qui est exporté et des contenus en facteur travail. . Ce que l’on va perdre en exportation on va peut être le regagner en gains sur l’importation. La concurence va être moindre, les prix vont monter et les revenus distribués vont se gonfler créant du pouvoir d’achat. Tout dépendra en fait de la question: à qui va profiter le gonflement nominal, au capital ou aux salariés.  On nous dit que le pouvoir d’achat est insuffisant , que le monde souffre d’une insuffisance chronique de demande et d’un excès d’épargne, et on crée du crédit exprès pour suppléer ce pouvoir d’achat défaillant. Voila une occasion de corriger tout cela! Grace a la déglobalisation on va monter les pouvoirs d’achats gagnés par les salariés et on va pouvoir réduire la production de credit et donc l’activité de la planche à billets. Le monde va devenir moins fragile.

Toute la question est l’adaptation, les prix relatifs vont bouger, se modifier, il y a des chsoes qui vont être plus demandées et d’autres moins demandées, ce qui signifie qu’il faudra ré-allouer, réinvestir en certains endroits et pêut être moins investir dans d’autres; bref  si la structure des économies est souple , cela doit pouvoir s’arranger.

Trump n’est pas si stupide que cela qui dit que les étrangers pillent la demande américaine, prennent les emplois dans certains secteurs et certaines regions, mais rien de tout cela n’est statique, Le résulat aussi bien de la globalisation que de la déglobalisation dépend en définitive des adaptations, des mouvements sectoriels des économies.

Est ce que la concurrence mondiale que nous connaissons produit plus d’efficacité? C’est vrai en apparence . mais elle produit aussi un gaspillage insensé par les mises en compétition sans fin, par les mises au rebut accélérées, par les peremptions programmées, par la durée de vie raccourcie des produits et des installations qui servent à les fabriquer. Tout cela sera bon pour la planète!

Par ailleurs en quoi faire se confronter des poids lours économiques mondiaux avec des poids legers est il source de progrès ? On ne voit pas comment cela pourrait se faire. C’est un mythe et il suffit de se pencher sur la situation de l’Afrique pour s’en persuader. Le bulldozer de la compétition peut etre dans certains cas un obstacle au developpement et même au décollage.

En fait tout cela et les arguments de Carstens, ci dessous,  le montrent ce sont des raisonnements financiers: l’inflation va faire monter les taux de marché et forcer les banques centrales a monter les taux administrés , ce qui va faire chuter les marchés financiers.

Bref il faut surtout ne pas stopper la globalisation car si on la stoppe cela va faire chuter les marches boursiers.

Oh les pôvres!

Extrait des propos de Carstens

Reversing globalization “could increase prices, raise unemployment and crimp growth,” Carstens, the former head of Mexico’s central bank, told fellow central bankers at the Jackson Hole annual economic symposium.

Additionally, higher tariffs would drive up U.S. inflation and force the Fed to raise rates, driving up the dollar and hurting both U.S. exporters and emerging market economies in the process, Carstens said.

Protectionism also threatens “to unsettle financial markets and put a drag on firms’ capital spending, as investors take fright and financial conditions tighten,” he said.

« These real and financial risks could amplify each other, creating a perfect storm and exacting an even higher price », the rotund central banker warned.

Bank for International Settlements General Manager Agustin Carstens

Publicités

2 réflexions sur “Reversing globalization, renverser la globalisation, un billet ironique

  1. Un exemple concret : Les vergers d’amandiers abandonnées en Provence.

    Autrefois (XIXe et début XXe), la Provence était l’un des principaux producteurs d’amendes au monde. Aujourd’hui les amendes viennent de Californie !!!

    Remettre en état les vergers abandonnés ne demanderaient pas beaucoup d’investissements (une taille et un défrichement car les amandiers sont toujours sur pieds) et l’on pourrait à nouveau manger ou exporter des amendes…
    Des emplois seraient créés en Provence, et quelques emplois de négoce à Rungis avec les US seraient supprimés.

    Si l’on se place d’un point de vue bilan Carbone, il est évident qu’il est à l’avantage de la relocalisation en Provence.
    Ne parlons pas non plus des effets bénéfiques pour stopper la « désertification » de nos campagnes et lutter contre la délinquance des quartiers nord de Marseille !!!!

    Bref la déglobalisation est un enjeu politique/sociétale plutôt qu’économique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s