Voici une bonne image de ce que sont les économistes officiels: ils sont prisonniers

Voici une bonne image de ce que sont les économistes officiels: ils sont prisonniers.

J’ai coutume de dire qu’ils sont dans la bouteille, ce qui est une meilleure image car le verre exprime bien leur incapacité et leur handicap. Ils ont l’illusion de voir le monde. on peut aussi dire que les économistes de l’establishment sont des psys aussi fous que les fous qu’ils prétendent soigner.

Ils ont crée un corpus de faux savoirs plus ou moins tautologiques qui s’interpose entre le réel et eux. Les hypothèses sur lesquelles reposent ce corpus sont purement idéologiques et ces gens s’efforcent de contraindre le réel à rentrer dans , à se conformer à leurs hypothèses. Le corpus est doué d’une vie autonome, qui au fil du temps s’écarte de la vie économique et sociale.

Il prend une fonction de propagande et de coercition de plus en plus dominante.

Mais tout ceci n’est pas innocent: ils servent, ils sont au service d’un ordre , ou plutot de ce que j’appelle un des(ordre) social bien précis…

Publicités

3 réflexions sur “Voici une bonne image de ce que sont les économistes officiels: ils sont prisonniers

  1. Ces économistes sont passé directement de la réduction du réel au connu (le moindre mal) à la réduction du connu au théorique (les modèles).
    Ce sont des idéologues. ils n’acceptent pas les faits polémiques (Bachelard), l’humilité n’est pas leur fort.

    J'aime

    1. Pour la plupart ce n’est pas une question d’humilité, c’est une question d’obéissance, si on a une pensée originale le risque de carrière est énorme.

      Voila la réalité sur le terrain: le risque que comporte la réalité , on sen fout ce qui compte c’est le risque de carrière. C’est pour cela que l’investissement professionnel est, sur un cycle complet, catastrophique; les professionnels sont des suiveurs par construction.

      Lorsque je suis invité dans les banques je constate cette force terrible de la pensée moutonnière. On ne peut demander aux gens qui ont peur pour leur emploi et leur statut social de faire preuve d’originalité.

      La vérité n’intéresse personne je vous l’assure, ce qui intéresse, c’est le consensus.

      « Fais ce que tu veux mais ne t’écartes pas du troupeau » disait le bon vieux Nietzsche .

      J'aime

  2. Sauf que le facteur X…
    Mettez un Carlos Ghosn à la tête de la SNCF et il n’est pas besoin de privatiser. Au passage il est facile de se mettre la CGT à sa botte, en jouant sur l’honneur des cheminots, on est pas plus con que les autres.
    Monsieur BERTEZ, si vous aviez eu la chance d’être sous la coupe d’un genre Carlos Ghosn pour démarrer, vous auriez explosé.
    J’en arrive, en vieillissant, à faire les deux tas qui résument le tout: les bons gars et les bad guys…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s