La France à nouveau sur la pente; on veut du Hulot!

Nous vivons dans un système sans mémoire, un système à deux dimensions seulement. C’est la domination du présent dont la tyrannie supprime le souvenir, la responsabilité.

Les médias français et étrangers ont porté Macron aux nues, ils ont imposé son élection , ils ont volé la souveraineté populaire, ils ont accompli un coup d’état soft; et maintenant, ils tirent à qui mieux mieux sur l’ambulance.

Ce qui est à condamner, ce n’est ni Macron ni son équipe mais les médias d’une part et les Français d’autre part. Le peuple à les présidents qu’il mérite, c’est clair et net. Un président hors sol, qui méprise les citoyens , les insulte  et qui a échoué dans sa tache essentielle: faire accepter par Merkel des réformes de l’Union Européenne qui la rendrait sinon viable du moins supportable pendant quelque temps.

Les Français ont élu un président sur ordre, sur ordre des sponsors du business et de la banque, un président sans assise autre que celle que lui donnait le vide provoqué par la mise hors jeu scélérate de Fillon.

L’action de  Macron n’est pas nulle contrairement à ce que dit jean Marie Le Pen,  et elle va dans la direction que l’on avait cru deviner lors de sa campagne, il n’a pas trahi comme l’a fait Hollande, non il a simplement été allusif. Mais les Français simplifient, ils ne cherchent pas à comprendre au delà des apparences, et ils ont simplement cru sur parole et surtout sur image que cela allait changer! Ils ont cru une image, une forme sans contenu et bien sur , ils sont toujours là, en attente et insatisfaits.

La petite reprisette économique provoquée par les artifices de 2017 a deja fait long feu et l’on revient sur les bas étiages de la croissance; ce qui veut dire qu’il n’y a pas beaucoup de grain à moudre.

L’extérieur est menaçant et au lieu de le rendre plus pacifique, plus cohérent, moins conflictuel Macron épouse comme  un médiocre suiveur tous lescaprices des néocons qui prétendent refaire le monde. Dans un monde de bouffons , au lieu de jouer les arbitres, les intermédiaire conciliateurs, il se range du coté des agresseurs professionnels, patentés, des vat -en guerre irréductibles.

Rien n’a changé sauf en pire peut être, le président Jupiter hyper presidentialise et concentre comme il se doit tous les tirs. Il se met en position d’attirer la foudre, toutes les foudres.

The economist sponsor forcené de Macron reconnaissait la semaine dernière que son poulain faisait bien piètre figure, mais il se réjouissait de constater que d’opposition il n’y avait aps. The economist se fout de la France, ce qui l’interesse c’est son agenda , c’est l’agenda de ses propriétaires. Macron disait-il a une chance, cette chance c’est la faiblesse de l’opposition. Est ce une chance pour la France? je ne le pense pas , la médiocrité ne produit rien de bon , si ce n’est la résignation. La France était sur la pente et celle ci va devenir encore plus dangereuse alors que les risques d’une nouvelle récession doublée d’une crise financière se précisent. Alors que les tambours de guerre commencent à battre .

La popularité d’Emmanuel Macron a dégringolé de 12 points durant l’été, alors que celle de Nicolas Hulot s’envole (+13) après son départ du gouvernement, selon un sondage Odoxa diffusé mardi.

Sept Français sur dix (71%, +12) ont désormais une opinion négative du chef de l’État, qui bat son record d’impopularité dans ce baromètre avec 29% seulement des personnes interrogées qui le considèrent comme un « bon président ».

» LIRE AUSSI – «La difficulté est sans doute moins dans ses équipes que chez Macron lui-même»

Emmanuel Macron cède du terrain auprès de tous les secteurs de l’opinion, y compris des proches de La République en marche (-7), à l’issue d’une rentrée marquée par la défection des deux ministres les plus populaires, Nicolas Hulot et Laura Flessel, selon cette enquête pour L’Express, France Inter et la Presse régionale.i

Édouard Philippe perd pour sa part 5 points à 35% par rapport à une précédente enquête réalisée fin juin, et 64% (+5) des personnes interrogées ont une opinion négative du premier ministre.

Le choix probable au moment de la réalisation du sondage de Richard Ferrand (LaREM) pour la présidence de l’Assemblée nationale – confirmé par un vote de la majorité, hier – suscite l’indifférence des Français : seuls 9% (=) d’entre eux disent le soutenir, contre 33% (=) pour lesquels il inspire l’indifférence ou le rejet.

Les Français veulent du Hulot, on aura tout vu! le degré zero de la politique. 

Il en va de même pour la nomination de François de Rugy au ministère de la Transition écologique : 79% des personnes interrogées estiment qu’il ne parviendra pas à peser davantage sur les décisions du gouvernement que son prédécesseur, Nicolas Hulot.

Hulot  conforte en revanche sa place en tête des politiques les plus appréciés des Français avec un bond de 13 points à 49%.

Il devance l’ex-ministre des Sports, Laura Flessel, stable à 30%, et Nicolas Sarkozy 29% (+2).

Enquête réalisée en ligne les 5 et 6 septembre auprès de 1.004 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.

Publicités

3 réflexions sur “La France à nouveau sur la pente; on veut du Hulot!

  1. Les « français » (entre guillemets car sont-ils encore français et de quelle population on parle ? Immigrés, cosmopolites?) plébiscitent Hulot alors qu’il a plus été une potiche qu’un ministre comme la plupart des gens dans ce gouvernement d’ailleurs (écoutez les déclarations de la nouvelle ministre de la jeunesse et des sports)
    Cela explique pourquoi on a eu Hollande puis Macron, et qu’en 2022, on aura quelquechose du même type.
    La démocratie a été détournée au profit de quelques marionnettistes qui choisissent les candidats que les français plébiscitent alors qu’ils devraient les rejeter.
    C’est un véritable simulacre qui ne présage rien de bon.

    J'aime

  2. Je crois qu’effectivement on peut s’accorder pour affirmer que la Présidentielle 2017 a été un simulacre, une parodie, une manipulation de masse comme jamais je ne pensais pouvoir la vivre en France. Maintenant, ce qui m’inquiète le plus, ce sont les creusements d’inégalités dans notre société, ce qui rend de plus en plus difficile un projet démocratique consensuel remportant l’adhésion d’un très grand nombre et pour le bien commun. Les intérêts des classes au sein de notre pays sont maintenant beaucoup trop divergentes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s