Capitalisme: Ugolin a  dévoré ses enfants.

La fin d’une époque, les héros sont fatigués.

Les vedettes, les héros de notre époque étaient les géants des fonds spéculatifs globaux. Les patrons de Hedge Funds.

Une page est tournée, c’est une autre époque qui se développe avec toutes ses contraductions et tous ses risques.

Les vedettes ne sont plus des gourous, mais des ordinateurs qui répliquent … le marché. Autant qu’ils se répliquent eux même dans une fantastique tautologie bien dans la ligne de la post modernité. On est suspendu dans les airs de l’offre et la demande, on flotte.

Les fonds passifs calquent les marchés et les marchés sont validés par les fonds passifs. Le règne de l’autocertification.

Ceci correspond à une réalité: avant il y avait une relative allocation active de capital donc place pour des génies.

Maintenant, les marchés sont des avatars, des sous-produits de la politique des banques centrales, de la création monétaire; on a unifié comme nous l’expliquons souvent le champ des monnaies, des quasi monnaie et  des money likes. Il n’y a plus de place pour le génie, il n’y a place que pour la conformité et la réplication.

Résultat de recherche d'images pour "ugolin devorant ses enfants"

Le capitalisme s’est tué lui même. Ugolin a  dévoré ses enfants.

C’est cela la dialectique.

La Chute, la damnation des géants:

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s