Essai. Trump frappe fort, très fort. Trump détruit le système d’après 1971. La fin de la machine à produire des dollars.

Lisez le texte ci dessous, il va très loin, beaucoup plus loin que les médias et les élites ne l’imaginent.

je ne suis pas un fanatique du libre échange et des thèses idéologiques sur les bienfaits du commerce international, mais cela ne m’empêche pas de penser que Trump joue avec le feu , et qu’il le fait pour des raisons qu’il ne soupçonne même pas  et que de toutes façons il ne comprendrait pas.

Ce en sont pas les choix de Trump qui me choquent, je pense comme lui qu’il faut donner un coup d’arrêt à une forme de globalisation trop chaotique, trop génératrice de déséquilibres, bref trop dangereuses. La globalisation s’est effectuée selon des priorités qui ne sont pas celles des peuples, elle a entraîné un développement inégal et une pause est nécessaire, pas une fuite en avant. 

Mais il faut le faire en évaluant toutes les conséquences du processus de limitation du mouvement global. Il faut le faire en comprenant tout le système et en comprenant que si on touche une pièce de ce qui est un puzzle, alors c’est l’édifice qui de proche en proche va se disloquer. 

Lisez jusqu’au bout.

Donald trump a frappé fort.

Il annonce  qu’un catalogue de produits chinois importés aux Etats-Unis, d’une valeur de 200 milliards de dollars, sera taxé pour punir la Chine de « pratiques commerciales déloyales ».

Si l’on ajoute ce nouveau montant aux 50 milliards de dollars de produits chinois déjà frappés d’une taxe punitive de 25% cet été, c’est environ la moitié du montant total de ce que les Américains achètent à la Chine qui sera ainsi soumis à un nouveau tarif douanier.

L’administration Trump a décidé d’imposer 10% de taxe sur ces 200 nouveaux milliards de dollars jusqu’au 31 décembre et ensuite de passer à 25% dès le début de 2019.

Des pans entiers de l’économie américaine devraient sentir les effets de la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump avec Pékin que ce soit l’agroalimentaire, l’industrie manufacturière, le secteur textile et bien sûr la distribution.

La Chine a déjà prévenu qu’elle riposterait en taxant environ 60 milliards de dollars d’importations américaines de plus, soit environ 80% du total de ce que la Chine achète à l’Amérique.

La liste, déterminée par les services du Représentant américain au commerce (USTR) après des semaines de consultations avec les entreprises américaines, compte 5.745 lignes entières ou partielles de produits.

Un inventaire à la Prévert

L’USTR n’a pas donné le détail des montants représentés par chacun des items mais elle avait précisé en juillet qu’elle frapperait des importations de produits en plastique à hauteur de 8,4 milliards de dollars, des machines électriques pour 64,8 milliards, des équipements ménagers à hauteur de 55,1 milliards et 25,8 milliards de dollars en fruits de mer et poissons. Ainsi seront taxées les importations de cuisses de grenouilles ou de poissons pour aquarium (d’eau fraîche ou de mer), des parcmètres, des mètres rubans, des microscopes pour la microphotographie, des tripodes, des boutons en caséine ou en acrylique et même des voiliers « pour les loisirs » et des habitations préfabriquées en bois. La liste complète remplit 193 pages au format PDF sans interlignes.
Les représailles vont arriver; c’est cela une guerre commerciale, l’escalade!

Toutefois, la Maison Blanche n’oublie pas que l’on est à seulement cinquante jours des élections législatives de mi-mandat qui s’annoncent difficiles pour le président Trump et les républicains, d’autant que de nombreuses voix s’élèvent également dans son camp pour s’inquiéter des effets potentiellement dévastateurs d’une guerre commerciale, politiquement et économiquement.

De hauts responsables de l’administration ont souligné qu’ils étaient soucieux de la nécessité pour les entreprises américaines de trouver d’autres fournisseurs.

« Si les tarifs douaniers augmentent de 25% au début de l’année, vous aurez eu pratiquement six mois pour y préparer votre entreprise », a souligné l’un d’eux lors d’une conférence téléphonique avec des reporters lundi.

Pour rendre la pilule un peu moins amère, l’USTR a exclu de la liste 300 produits de grande consommation qui s’y trouvaient initialement. Les montres connectées, des produits textiles et agricoles ou encore les chaises hautes et les sièges automobiles pour enfants ainsi que les casques de protection pour les cyclistes échapperont donc à la nouvelle taxe.

Comme il est probable que les chinois vont décider des représailles, Trump va devoir d’ores et deja préparer une nouvelle liste; c’est cela une guerre commerciale, une escalade.

En fait Trump annonce une forte taxe sur les consommateurs américains 

Ce sont bien sur les consommateurs américains qui vont supporter le poids des nouvelles taxes, car les entreprises vont les répercuter dans leurs prix de vente comme cela a déjà commencé. Les taxes vont réduire sensiblement le pouvoir d’achat! Les droits de douane sont un impôt sur le consommateur il ne faut jamais l’oublier.

Il faudra des mois pour que l’on puisse apprécier les effets de ces décisions, leur transmissions dépendra de beaucoup de choses et en particulier de l’état des stocks des entreprises concernées. Pour l’essentiel les conséquences ne se produiront qu’après l’orgie des dépenses de consommation de fin d’année.

Trump tourne une page de l’histoire mondiale:

Nous l’avons expliqué maintes fois, Trump est en train d’aller bien au dela d’une simple guerre commerciale, il détruit le système monétaire et financier sur lequel on était depuis 1971; Il détruit le système Bretton Woods II.

Ce système consistait à laisser enfler les déficits US afin d’alimenter la demande mondiale , mais en  contrepartie il aboutissait à ne pas exiger le remboursement des dollars ainsi envoyés aux producteurs étrangers. Les exportateurs vendaient des biens réels et les USA les payaient en promesses, en papier.  En clair le système était expansionniste car il reposait sur une sorte de « crédit vendeur ». Le pouvoir d’achat réel des américains n’était jamais  limité. A chaque déficit c’est une nouvelle ligne de crédit qui s’ouvrait.

L’étranger qui avait des excédents  recyclait  ses dollars sous formes d’achats de titres américains, valeurs du trésor, actions, obligations, titres de crédit, immobilier. Bref on était installé  sur le paradoxe du joueur de billes; le joueur américain perdait toujours ses billes mais on les lui rendait pour que le jeu continue. Et plus il perdait de billes, plus la masse de billes hors des USA augmentait, ce qui donnait une impression incroyable d’aisance: la rareté était vaincue.

Cela satisfaisait tout le monde: les Américains qui ainsi surconsommaient allègrement , les producteurs exportateurs aux USA qui vendaient leurs marchandises, les gouvernements qui accumulaient des réserves, les USA qui finançaient leurs déficits et dépenses sans douleur. le commerce mondial qui sans cesse se développait. Les USA finançaient le beurre et les canons, les autres, le ROW investissait, réduisait son chômage, accumulait des réserves de change , et même se payait des équipements militaires pour contester à long terme la domination américaine.

C’est cet ordre du monde que détruit Trump. Cet ordre était très favorable aux bourses.

Cet ordre du monde fondé sur l’inflation de signes monétaires américains , sur la négation des limites d’émission de monnaie et de créances en dollars, était très favorable pour les marchés financiers; les liquidités  enflaient les cours boursiers, l’activité et la croissance des firmes étaient au dessus de ce qu’elles devaient être spontanément, les bénéfices des entreprises étaient supérieurs à ce qu’ils devaient être grâce à l’arbitrage international du travail et aux importations bon marché.

C’est ce système que détruit Trump. Bien entendu, c’est à terme. Mais il faut dire qu’il avait déja trouvé ses limites avant Trump, car la crise de 2008 a pulvérisé  la coopération internationale, réveillé le chacun pour soi, et restauré l’agressivité globale.

Le chacun pour soi si on veut, a refait surface. Nous l’avons prévu et écrit: « la crise de 2008 , bien que l’on ai essayé de jouer les prolongations , a ouvert la porte à une autre époque et cette autre époque sera marquée par le retour à la violence, aux guerres, aux mensonges, aux contrôles et malheur aux faibles. L’appétit pour le risque va progressivement disparaître. Le monde va redevenir frileux. Quand le butin devient plus maigre, les bandits s’entretuent » avons nous écrit dès le début de la crise.

Dans l’ordre ancien, la plupart des résultats étaient masqués ou travestis. Ainsi le recyclage des capitaux mondiaux issus des excédents des uns et des déficits des autres, ce recyclage se traduisait par une masse considérable d’argent en quête d’emploi. Cela faisait baisser les taux d’intérêt et incitait les banques à créer des véhicules de plus en plus sophistiqués , des véhicules très risqués mais dont la complexité masquait le risque.  Ce phénomène a provoqué l’effondrement des primes de risque et de durée.  Bernanke appelait cela un excédent d’épargne mondiale. Si le nouvel ordre va à son terme, alors, cet excédent d’épargne mondiale va disparaître, les taux d’intérêt  mondiaux vont monter, voir galoper car le facteur risque va jouer cumulativement pour les faire grimper en rendant le monde plus fragile.

Certains pensent que ce seront les chinois qui vont volontairement déclencher cette hausse des taux en cessant de souscrire aux émissions du Trésor américains et même en en vendant, histoire de montrer à Trump qu’ils ont des moyens de rétorsion. Je ne crois pas à ce déroulement, il est stupide, inutile et dangereux et sera contreproductif pour les chinois. Ils se tireraient une ballse dans le pied. La Reserve Federale américaine se substituera à eux pour souscrire aux émissions de valeurs du Trésor!

On s’achemine naturellement, organiquement vers une disparition de l’excès d’épargne mondiale, mais pour que les conséquences s’en fassent sentir il n’est pas besoin que les chinois agissent et prennent des mesures de rétorsion: le cours normal des choses va se charger de contracter la masse monétaire mondiale . La masse de dollars hors USA va continuer la contraction qu’elle a amorcé ces dernières années, le refinancement en dollars des grandes banques mondiales hors USA va devenir de plus en plus serré, bref on va vivre, étalé sur de nombreuses années l’inverse de ce que l’on a vécu, c’est à dire la raréfaction du dollar. Les grandes banques mondiales et le « dollar short » des débiteurs en dollars vont faire mal, très mal. Tous ceux qui ont emprunté des dollars, que ce soit pour faire de l’ingénierie financière comme le « carry »   ou pour investir , tous ceux là vont être shorts en dollars pour payer les intérêts et rembourser le principal; les refinancements, les roll over vont être plus difficiles. Les choix de Trump sont monétairement déflationnistes, c’est paradoxal, mais c’est ainsi.

Ce que Trump tue sans le savoir, c’est la machine à produire des dollars hors USA!

 

 

Publicités

11 réflexions sur “Essai. Trump frappe fort, très fort. Trump détruit le système d’après 1971. La fin de la machine à produire des dollars.

    1. Eh oui Franck, mais c’est la condescendance de celui qui travaille, étudie et examine les contradictions de Trump et qui considère que quelqu’un qui se contredit est un sot! Trump est un clochard de l’intelligence!

      Vous savez que j’ai toujours plaisir à votre réaction quand j’éreinte Trump. j’en rajoute même un peu …

      Mais cela ne m’empêche pas de reconaitre que Trump a une mission historique objective, objective au sens de mission qui dépasse sa subjectivité; il a une mission historique qui est de rendre Washington fou, littéralement fou, incontrolable dans sa folie et son aveuglement.

      Trump plonge Washington dans la démence! La démence et le dérisoire.

      Qui aurait pu faire cela? Personne !

      La mission de Trump est de détruire.

      Et ce serait la même chose s’agissant de Marine en France.

      Le système ne peut être détruit que par un baltringue, une personne politiquement correcte ne pourrait en venir à bout, elle serait trop raisonnable.

      J'aime

    2. @Franck Boizard
      J’apprécie votre blog de temps en temps, mais assèner ses vérités sans argumenter, cela n’amène à rien.

      Dommage car même si on peut ne pas être d’accord, le sujet (Trump est-il conscient de ce qu’il fait ou non) est au moins débattable.

      Personnellement je pense que Trump n’est pas suffisamment fin intellectuellement, pas suffisamment stratège pour être parfaitement conscient des conséquences de ses actes qui sont par essence de-structurantes.

      C’est d’ailleurs ce qui fait sa vertu. Et j’irai même plus loin, il n’y a plus personne parmi les élites qui sache vraiment ce qu’elle fait. Cela dépense l’humain. On est dans la métahistoire.

      J'aime

  1. Oui, qui vous dit que Trump ne le sait pas?
    On voit bien qu’il est l’emblème Patriarcal que le monde post-moderne s’acharne à détruire: homme blanc, plusieurs enfants, a fait sa fortune dans le concret le dur: l’immobilier, contrairement à l’ordre nouveau qui voit des dirigeants sans enfant pour la première fois en majorité à la tête des grandes puissances mondiales (France, Angleterre, Allemagne, Italie, Japon aussi je crois, et d’autre encore.. .), avec en tête de proue les fortunes des GAFA qui sont en dehors du dur mais dans ce monde nouveau de l’Internet et de l’image qui en découle déconnectés du réel où l’humain devient quoi ?

    Trump est à l’opposé de ce monde post-moderne (tout comme Poutine) et qui vous dit qu’il ne le sait pas lui-même ?

    Or on peut supposer qu’il veut porter un coup à ce monde déconnecté dont il ne fait pas parti pour revenir aux valeurs du concret et du réel ce qui serait aussi un peu comme une revanche non ?

    Or vu l’ampleur de cette déconnexion dans laquelle nous nageons déjà, et qui semble s’inscrire dans une histoire en marche, je ne sais pas si c’est possible à moins d’un profond ‘reset’ mondial, et encore…

    J'aime

  2. Tout semble pointer vers L’idée centrale de Trump et des USA:

    ralentir le plus possible la domination/ l’expansion de la stratégie Chinoise d’expansion de « la Belt and roads « pour les voie/route par la terre et l’air, les liens /relations, de commerce d’acheminement des ressources énergétiques et convergence vers un système de paiements et de crédits entre l’Europe la Chine, l’Europe centrale, Russie , : Eurasia, et même Moyen Orient , Afrique (ressources naturelles).

    Et aussi devenir le numéro un des nouvelles technologies : AI, robotique, et celui des « codes » informatiques pour dominer les big data etc..

    Face à cette menace pour la suprématie US, c’est donc le fameux MAGA de Trump.

    Attirer les capitaux vers les US et les US stocks et ce faisant affaiblir tous les autres : EM, l’UE la Chine, c’est ce qui compte pour le moment.

    Le but ? Comme la manufacture et la création d’emplois dans ces secteurs ne sont plus si importantes et désirables, l’essentiel est devenu la course aux capitaux pour les investissements technologiques d’ou les milliards octroyés aux entreprises privées : réductions de taxes, engineering financier pour accorder des prêts/dettes sur des collatéraux bidons, les obligations risquées représentent presque les ¾ de la dette corporate, et autre subtilités comme autorisation légales de truquer les comptabilités, les off balance sheet, les financements « shadow » ..

    Et ainsi maintenir la valeur boursière via les buy back, M&A pour attirer les capitaux du monde entier vers le marché financier américain au détriment des autres.

    C’est une course mondiale pour les investissements dans le développement rapide dans les domaines de l’AI, la robotisation (on peut faire fonctionner des grandes usines, chaines de productions avec très peu d’employés) et l’espace.

    Trump a compris qu’il fallait faire vite et attirer les capitaux, profiter, à tout prix, de l’hégémonie du USD toujours monnaie de référence mondiale, et son pouvoir (encore) puissant mais de plus en plus nocif, comme réserve mondiale qui permet d’échanger les bons du trésor US contre les biens et l’épargne /les surplus» du monde vers les US
    Favoriser le marche financier US par rapport aux autres considérés comme plus risqués parce que moins liquides, (plus ils semblent risques plus ils le deviennent !)
    Ainsi que de l’argent quasi gratuit, fournit par les banques centrales,
    C’est pour cela qu’il a choisit d’augmenter les déficits le plus possible et le plus vite afin de pouvoir faire les investissements nécessaires.

    C’est une course contre la montre pour conserver une part des plus importante du gâteau économique qui rétrécit par manque de profits (surcapacités, pouvoir d’achat réel en baisse constante ect.)

    C’est pour ainsi dire, la fin du système qui a bénéficié du bon vouloir des Chinois Japonais et autres grandes puissances économiques, d’achats en continue de la dette US en échange de leur produits manufactures à bas prix.

    Ils commencent à préférer maintenant investir directement dans les biens réels, infrastructures et ressources naturelles des autres pays.

    Ce sont ces raisons qui poussent Trump à utiliser tout et n’importe quel moyen pour ralentir l’extension mondiale économique et stratégique de la Chine principalement, et la perte de la domination des USA

    C’est une guerre qui ne veut pas dire son nom.

    C’est dangereux, l’instabilité du système mondial s’accroit encore et il peut se disloquer n’importe quand si cette tendance destructrice continue.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s