Les dépêches jeudi 11 Octobre matin, une grosse fissure dans la digue

On a beau créer de nouveaux mots sans odeur ni saveur comme le mot de « volatilité » pour désigner la baisse, la réalité reste toujours là, c’est la baisse et elle coûte cher! Hier elle a couté plus de 1000 points au Dow Jones si on inclut la baisse hors séance. La spéculation sur les technologiques a été rincée.

Désigner les mouvements de bourse par « volatilité » , ou « vol », est une opération idéologique qui consiste à banaliser, à vider les mouvements de leurs contenus douloureux. Cela devient neutre, scientifique. On remplace le vécu par un concept mathématique.

Le vocabulaire fait partie de la gestion des perceptions avec la théorie sous jacente qui est que: les autorités ont la situation en mains, bien en mains!

Le sous jacent de la bulle , de la myriade de bulles globales, c’est cela, le mythe que les autorités ont la situation en mains, qu’elles ont des moyesn illimtés pour les autorités monétaires et la possibilité de créer des déficits sans fond chez les autorités fiscales.

Eh bien non, cela est faux et sachez que ce que l’on appelle les amortisseurs sont usés, que les marges de sécurité sont réduites à quasi rien, et que le seul capital, le seul outil des autorités c’est : leur crédibilité. Il faut les croire sur parole; Humm! Et la confiance, la crédibilité cela sussi c’est rare, il faut l’utiliser avec parcimonie.

En 1907 et en 1929 on a fait des cartels privés pour soutenir les cours de Bourse autour de Morgan , cela a échoué, la baisse n’a pu être enrayée, tout a été submergé. L’ampleur de la mauvaise allocation économique des fonds de capital a été telle que le jeu financier n’a pu s’opposer à la grande lessive.

La finance c’est l’écume, l’ombre des choses et quand le mouvement vient des plaques tectoniques de l’économie réelle, alors il n’y a rien à faire. La finance c’est un jeu de signes, un discours, un narrative et bien sur lorsque c’est la réalité qui bouge, qui craque alors la magie du verbe est insuffisante.

En 2008 on a repoussé, reporté  la crise et contenu le flot des ventes par des mesures de taille colossale grace à l’engagement des banques centrales, un engagement dont les dimensions n’ont jamais été imaginées dans l’histoire: actuellement le bilan des banques centrales est inflaté de 25 $trillions, il vient de 4 trillions environ! N’oubliez jamais, dans « banque centrale’, il y a « banque », ce qui signifie que pour centrales qu’elles soient, les institutions monétaires sont soumises à la logique des banques: la confiance.

On a tout mis dans la balance, on a construit une digue à coup de trillions. En fait on a branché une loterie sur le marché financier mondial et on a parié sur le fait que si on montrait quotidiennement les gagnants, alors on attirerait les gogos,  tout le monde viendrait acheter, et que ceux qui ne pourraient acheter au moins garderaient leurs tickets de loterie. Hélas peu à peu la masse des gains potentiels se réduit, il y a de plus en plus de monde à table et de moins en  moins à se partager dans l’assiette.

Cette digue est devenue presque ridicule en regard de la mer de liquidités mondiales que l’on a crée pendant cette période, souvenez vous il y a plus de $260 trillions de dettes qui circulent dans le monde et cette dette représente plus de 3 fois (312%) le GDP global. On a recrée un déséquilibre, une proportion, un ratio dette sur GDP  qui donne le vertiges.

Je ne sais pas si l’épisode baissier en cours va faire boule de neige, personne d’ailleurs ne le sait , mais ce que je sais c’est qu’après l’épisode de dislocation de début d’année 2018, après les divergences des 9 premiers mois de l’année et la chute des volumes de transactions, les bourses sont fragiles.  Le momentum est cassé et la psychologie s’est altérée.

Alors vous faites ce que vous voulez en fonction de votre appétit pour le jeu, en fonction de votre audace, en fonction de vos convictions, mais sachez que la balance risque/ récompense penche fortement d’un seul coté: le risque.



Les marchés mondiaux par régions;  l’americain est en retard par rapport aux autres, mais on dirait que la divergence veut se réduire. Nous avons , souvenez vous, fait le pari que les places américaines ne pouvaient faire cavalier seul et que la divergence évoluerait vers une reconvergence.

Les européens se ruent sur les bunds allemands à la recherche de sécurité apres la chute des bourses mondiales. Nette baisse des taux .

[Reuters] Asia shares shattered by Wall Street rout, China’s yuan under fire

[BloombergQ] Stock Rout Rolls Through Asia; Dollar Slides: Markets Wrap

[Reuters] U.S. stock index futures down as trading resumes

[Reuters] Nikkei sinks as much as 4.2 percent to 1-month low amid global rout

[Reuters] Oil extends losses as other markets fall, stockpiles climb

[BloombergQ] Trump Steps Up Fed Pressure With ‘Gone Crazy’ Jab After Sell-off

[BloombergQ] Mnuchin Says U.S. Markets ‘Correction’ Is Not Very Surprising

[CNBC] World Bank president warns: Debt and trade problems are painting ‘a troubling picture’

[CNBC] Start-up economy is a ‘Ponzi scheme,’ says Chamath Palihapitiya

[CNBC] ‘I would not associate Jay Powell with craziness,’ says IMF’s Christine Lagarde

[Reuters] U.S. raises pressure on Saudi Arabia over missing journalist

[WSJ] Markets Tumble Across Asia, Led by Tech, as Growth Worries Dominate

[FT] ETFs begin to reshape bond trading

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s