TARGET2 est une baleine que seuls les Allemands semblent aptes à remarquer! L’Allemagne est assise sur une bombe.

Comme le résume Bruno Bertez, « l’Allemagne entière panique sur TARGET2, les Français ne savent même pas que cela existe ! »

**********

Rédigé le 8 novembre 2018 par  | Banques Centrales Imprimer

http://la-chronique-agora.com/zone-euro-nous-plongeons-fosse-liquidites-target2-1-2/

Un chapelet d’anguilles tournoie sous roche dans le système bancaire européen. Mais TARGET2 est une baleine que seuls les Allemands semblent aptes à remarquer.

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de TARGET2, la principale plate-forme pour les paiements réalisés en euros au sein de l’Eurosystème.

Sa curieuse caractéristique est d’être un système de règlement dépourvu de mécanisme de règlement.

Ce mécanisme comporte une caractéristique qui le distingue radicalement de son homologue américain. En effet, au sein du système de Réserve fédérale des Etats-Unis, les déséquilibres de paiement internes sont réglés annuellement[i] par le transfert de certificats or entre les 12 banques régionales (Federal Reserve Banks).

A l’inverse, TARGET2 est un « système de règlement dépourvu de mécanisme de règlement » (pour reprendre la formule de l’économiste Pater Tenebrarum).

On connaît le montant des créances et des dettes de chacun des pays partie au système, mais celles-ci sont exprimées vis-à-vis de l’Eurosystème dans son ensemble, et non vis-à-vis de chacun des autres pays. Il n’existe pas non plus de mécanisme de règlement périodique des déséquilibres d’un pays à l’autre.

TARGET2 présente donc la double particularité d’être une carte de crédit à la fois géante et proposée par le seul banquier au monde (Mario Draghi) qui fait mine de ne pas s’inquiéter du montant de votre découvert (comme nous allons le voir plus loin).

Par construction, ce système de règlement est donc plus fragile que ne l’est celui de la Réserve fédérale américaine, en cela qu’il expose in fine l’euro à un risque de run, c’est-à-dire de fuite devant la monnaie, comme l’a expliqué  Alan Greenspan.

L’intervention de la BCE n’a (évidemment) pas corrigé le fond du problème

Voici la situation à octobre 2018 :

graphe - TARGET2 - euro - Union européenne

 

graphe - TARGET2 - euro - Union européenne

Revenons quelques années en arrière. C’est entre 2010 et 2012, lors de la crise de la dette souveraine dans la Zone euro, que les déséquilibres se sont véritablement accentués. Les capitaux ont commencé à fuir de la périphérie pour rejoindre les pays du nord, plus sûrs au plan financier.

Puis ces déséquilibres se sont atténués pendant deux ans alors que la crise s’apaisait, avant de s’exacerber à nouveau lorsque la BCE a déclenché son QE en mars 2015.

Mi-2017, les déséquilibres avaient retrouvé leur plus haut niveau de l’hiver 2012. Ils n’ont depuis plus cessé de s’accentuer, avec un nouveau sommet en date du mois de septembre 2018.

Ces déséquilibres ont continué de s’accroître alors même que la Zone euro était censée avoir été réparée et que nos économies se dirigeaient vers le haut du cycle… Voilà comment les économies « convergent » (une promesse des technocrates européistes) lorsque l’on tente de réaliser une union monétaire entre des pays qui n’ont pas grand-chose d’une zone monétaire optimale[i], et dont les plus riches n’ont pas vraiment envie de plonger dans les méandres d’une nouvelle utopie socialiste.

Les capitaux continuent de fuir l’Italie

39 Mds € ont fui les banques italiennes au mois de mai dernier, ce qui représente la pire détérioration depuis mars 2012.

banques italiennes - fuite - capitaux

banques italiennes - fuite - capitaux

Pour Zero Hedge, c’est bien à un début de bank run qu’on assiste :

« Comme le précise JPMorgan, dans le bilan de la Banque d’Italie, l’augmentation du passif ‘TARGET2’ a été largement compensée par une diminution des dépôts des institutions financières monétaires, alors même que la taille globale du bilan n’avait guère changé ; ce qui, comme l’écrit Nick Panigirtzoglou de JPMorgan, suggère le pire scénario possible : certains dépôts ont été transférés à l’étranger. »

Draghi : « Circulez, y’a rien à voir ! »

Voilà qui tranche sérieusement avec les propos de Mario Draghi, pour lequel tout va très bien. Interrogé à ce sujet en conférence de presse, le président de la BCE explique systématiquement que ces déséquilibres sont intimement liés au QE, et qu’il n’y a même pas un tout petit rien à déplorer.

Une autre façon de voir les choses est exprimée par Zero Hedge :

« Tant que le programme d’achats d’actifs est en cours, il est en fait difficile de dire dans quelle mesure un solde TARGET2 en hausse est entraîné par le QE ou par la fuite des capitaux. »

 Par ailleurs :

« Pourquoi les vendeurs de ces obligations [italiennes rachetées par la BCE] n’utilisent-ils pas le produit de la vente pour acheter d’autres actifs en Italie ? En d’autres termes : qu’est-ce que [le déficit TARGET2 croissant de l’Italie] représente, sinon une fuite des capitaux ? Il nous semble que cela n’importe pas vraiment que les achats soient effectués ou non dans le cadre du QE – si aucun flux de capitaux compensatoire n’arrive par la suite en Italie, cela signifie que quelqu’un a décidé de quitter ce bourbier pour ne jamais y remettre les pieds. »

 En parlant de bourbier, à 426 Mds€, le passif italien avait atteint 26% du PIB en avril. Avec près de 500 Mds€ en octobre, on dépasse désormais les 30% du PIB (pour un total dette publique + solde TARGET2 qui se monterait à plus de 160% du PIB).

graphe - Italie - déficit - PIB - TARGET2

 

graphe - Italie - déficit - PIB - TARGET2

 

Les élites allemandes sous anxiolytiques

Pendant ce temps-là, en Allemagne, les élites ont les yeux rivés sur cette courbe qui semble en route pour le millier de milliards d’euros :

graphe - TARGET2 - Allemagne

 

graphe - TARGET2 - Allemagne

 

Comme le résume Bruno Bertez, « l’Allemagne entière panique sur TARGET2, les Français ne savent même pas que cela existe ! »

Par exemple, le quotidien a tendance libérale-conservatrice Frankfurter Allgemeine Zeitung titrait ni plus ni moins le 7 juillet au sujet de TARGET2 que « l’Allemagne est assise sur une bombe » :

 

presse - Allemagne - TARGET2

 

« 1 Md€ […] qui pourraient ne jamais revenir », poursuivait le journal, soit grosso modo la capitalisation d’Apple.

Avec de telles sommes en jeu, on aura du mal à s’étonner que l’élite conservatrice allemande, au premier rang de laquelle l’économiste Hans-Werner Sinn, ait du mal à trouver le sommeil.

Ambrose Evans-Pritchard expliquait au mois de mai dans le Daily Telegraph que pour ce membre du Comité consultatif du ministère fédéral de l’Economie :

« Il n’existe aucun mécanisme qui permettra à l’Allemagne de récupérer les quantités astronomiques d’argent qu’elle possède disséminées dans la Zone euro, notamment les 923 milliards de crédits TARGET2 qui sont dus à la Bundesbank. ‘Nous ne reverrons jamais la couleur de cet argent. Il est déjà perdu’, a-t-il déclaré. […] ‘Il n’y a pas de solution. La catastrophe est en train d’avoir lieu. Cela débouchera sur la destruction de l’Europe, pour le dire franchement. Cela portera également les populistes de l’AfD au pouvoir en Allemagne’. »

[NDLR : Il n’est pas trop tard pour préparer votre épargne financière à la remise en cause de l’union monétaire et aux bouleversements que cela entraînera. Découvrez les solutions à mettre en œuvre dès maintenant ici.]

L’élite conservatrice allemande continue de réfléchir à la moins pire des solutions. Celle-ci pourrait passer par un contrôle des capitaux, comme nous le verrons dès demain.

[1] https://www.federalreserve.gov/aboutthefed/chapter-1-balance-sheet.htm

[1] La théorie de la zone monétaire optimale est née dans les années 1960, développée principalement par l’économiste canadien Robert Mundell, opposé à l’hégémonie du dollar.

Publicités

6 réflexions sur “TARGET2 est une baleine que seuls les Allemands semblent aptes à remarquer! L’Allemagne est assise sur une bombe.

  1. « Target2, les Français ne savent pas que cela existe »

    Il serait intellectuellement plus correct de dire que l’ UPR, dont François Asselineau et Vincent Brousseau, alerte sur cette bombe thermonucléaire depuis 2012, en étant tout simplement les premiers.
    Target2 expose aussi les risques énorment pour la France en cas de sortie, en premier, de l’Italie de la zone Euro
    De nombreux articles explicatifs sur Target2 et ses dangers sont présents sur le site de l’UPR.

    J'aime

    1. Je ne vais pas pinailler mais comme les fans d’Asselineau en rajoutent un peu, et juste pour rétablir la vérité, c’est l’americain Mike Shedlock dit Mish qui le premier a attiré l’attention publiquement sur Target 2; encore faut il noter qu’il l’ a fait de façon approximative en commettant quelques erreurs techniques, lesqelles furent corrigées par la suite.

      Cela ne retire rien à Brousseau bien sur.

      Moi meme j’ai été précurseur avec de beaux échanges avec une professionnelle nommée Suria et les thinks tanks européens malheureusement restés en anonyme..

      J'aime

  2. Oui, finalement, peu importe de savoir qui a « été le premier ».
    La question est de savoir pourquoi, en France, tout est fait (sciemment, par incompétence ou ignorance) pour « cacher la merde au chat »

    J'aime

    1. parce qu’il est interdit de dire que la solution c’est de sortir de l’UE. On peut critiquer l’UE en France mais dire que sortir est + que salutaire, c’est tout bonnement interdit. On fait passer les « frexiteurs » pour des nazis, des nationalistes, racistes…etc… Fermez le ban.
      Voilà la preuve que la France est dirigée par des milliardaires mondialistes qui ne veulent surtout pas perdre leurs privilèges quitte à ruiner ce pays.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s