Stratégie pour une élection décisive

Je suis un précurseur. Pas un prophète, non bien sur, mais un précurseur qui voit le présent avec les yeux et les outils intellectuels de 2019.

Je ne cesse de répéter que Macron est en campagne, il laboure en profondeur pour les élections européennes de 2019 . Si il perd ces élections, c’en est fini de son projet.

Je fais donc le travail que les partis politiques ne font pas, l’analyse de sa stratégie.

Pour ne pas perdre ces élections, les partis et les mouvements qui refusent le Macronisme devraient dès maintenant être en recherche intellectuelle intensive.

Hélas, ils ne foutent rien. Ils se laissent piéger dans les échanges au jour le jour sur le terrain de l’adversaire! 

Ils ne peuvent obtenir un résultat que si et seulement si ils mettent au grand jour les axes de combat de Macron. Dans un second temps, quand la stratégie de Macron sera lisible alors il faudra élaborer une riposte . Sachant que Macron va bientôt retrouver ses alliés naturels; le Medef qui a déjà donné des instructions à ses plumitifs et les grands médias des ploutocrates. Tout ce beau monde va serrer les rangs. Ce n’est pas être conspi que d’annoncer que cela va être coordonné et décliné par plusieurs grands cabinets de communication, relations publics , ingénierie sociale, spécialistes en coucheries. 

Ces lignes de combat sont tracées depuis de nombreuses semaines et j’y ai deja beaucoup insisté.

Le préliminaire c’est la représidentialisation, le retour au decorum, aux attributs légitimistes. L’inscription dans  l’histoire qui fabrique des lignées. Et dans la géographie avec les contacts  avec les chefs d’état étrangers et les voyages. Et le joujou avec le hochet de la politique étrangère et du militaire.

Tout cela crée des réflexes légitimistes faciles à susciter chez le bon peuple.  

Ensuite vient le travail politique proprement dit. avec ses différentes séquences.

La première est la polarisation, le clivage, il s’agit de couper la France en deux , Eux et Nous.

Ensuite il s’agit de diviser le peuple c’est dire d’entretenir la division entre les  extrêmes, ceux de droite et ceux de gauche: les déplorables contre les braillards. Instructions aux médias de prendre les uns pour frapper sur les autres. 

Enfin il s’agit de rallier dans le marigot du centre tous ceux qui ont peur, qui sont  faits pour être bernés, qui sont prêt à tout gober car cela correspond à leur lâcheté, ils crèvent de peur face au risque . 

Il s’agit de nommer un camp du bien et un camp du mal. Un camp des personnes de progrès et un camp des  déplorables. C’est ce qui se  fait quotidiennement . 

Il s’agit ensuite de faire peur à la fois en collant des étiquettes dont on connaît la résonance négative et en montrant que le populisme ne mène à rien. Le populisme c’est le passé de sinistre mémoire. C’est la régression primaire . On ira jusqu’à suggérer que le populisme pose les bonnes questions mais qu’il n’y apporte que des fausses réponses ou des réponses catastrophiques. 

On montrera les dangers de la fermeture  des frontières,  de la sortie de l’euro, de la démagogie fiscale, des déficits. On se servira du Brexit comme repoussoir. On  jouera sur les difficultés de la vie quotidienne dans un monde marqué par le retour des frontières. Ah les vacances! 

Macron ne conteste plus que tout n’est pas parfait depuis quelques semaines, non mais il s’efforcera de montrer que face à ce qui ne va pas, les populistes apportent des mauvaises réponse, des réponses dangereuses et des réponses rétrogrades.

En ce faisant Macron reprend les travaux des thinks tanks internationaux lesquels ont compris qu’il fallait cesser de nier les problèmes comme les inégalités, les exclusions, la paupérisation et même l’immigration.

Ces milieux , globalistes bien entendu, ont une vue supérieure, à long terme, ils ont compris le danger et ils veulent sauver l’essentiel c’est à dire qu’ils acceptent comme on dit de reculer un peu et de se couper un bras. Ils acceptent une certaine dose de réforme du système global.

Ils pensent que dans un premier temps ils peuvent rester au pouvoir par le négatif , mais que cela ne suffira pas car le populisme progresse inexorablement comme l’a dit récemment Tony Blair. En conséquence il faut reconquérir la clientèle proche.   Ils peuvent reconquérir  des soutiens par le positif que constituent certaines réformes dites inclusives.  Inclusives signifie qui permettent à plus gens de bénéficier des retombées du système.

L’un des grands défis à l’habileté sera la capacité à manier le mensonge. On a vu que Macron est gaffeur, impulsif  et souvent malhabile. Il est aussi abscons lorsqu’il aborde des questions qu’il ne maîtrise pas, il va falloir qu’il progresse dans la clarté d’expression. Mais il faudra mentir avec aplomb, détourner les questions, le sens de mots,  sur le bilan et surtout sur les  promesses.  

Publicités

3 réflexions sur “Stratégie pour une élection décisive

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s