Asselineau, l’Article 68 réponse de NDA

Asselineau propose d’entamer une procédure de destitution de Macron sur la base de l’Article 68.

je n’ai aucun avis sur la question, mais en revanche les réactions de députés à cette sollicitation d’Asselineau peuvent ‘avérer intéressantes.

Ci dessous donc je reproduis la réaction de NDA.

Voici le tableau synoptique des réponses des députés aux courriers qu’ils ont reçus, pour leur demander d’activer l’article 68 de la constitution.

La première étape (sur quatre) de cette procédure, consiste à ce que 10% des députés, signalent à leurs collègues ce qu’ils pensent être un manquement manifeste à la fonction du mandat présidentiel.
Il s’agit donc d’un signalement qu’ils ne leur appartient pas de juger dans cette première étape. C’est justement lors de la seconde étape de cette procédure, que 2/3 des députés devront se prononcer si ces manquements évoqués sont admissibles pour la poursuite de l’article 68 ou non.

  • L’UPR met en avant 10 manquements constitutionnels irréfutables, qui constituent manifestement un manquement à l’exercice du mandat présidentiel, qui est justement le garant de la Constitution.
  • L’UPR rappelle, que 2 présidents ont déjà été destitué de par le monde, pour des motifs bien inférieurs aux 10 manquements évoqués. (Voir notre dossier sur le sujet pour plus d’information)

Il est inconcevable, qu’un député refuse de signaler ces 10 manquements à ses collègues et de valider ainsi la première étape de l’article 68. Chaque député qui refusera cette première étape, et donc le seul recours juridique et pacifique, protègera délibérément Macron.

Aidez nous :
– À compléter le tableau en nous envoyant les réponses des députés à l’adresse : article68@upr.fr
– En écrivant à vos députés pour leur demander leur positionnement via : nos modèles de lettres

Nous le tiendrons à jour quotidiennement. Chaque député pourra librement changer d’avis et peut nous contacter directement pour que l’on indique sa position.
Les députés pourront bien entendu attendre d’être en nombre suffisant : 58, en consultant cette page, avant d’initier le processus.

Députés pour le déclenchement de l’article 68 : 0/58
Députés pour Macron : 11/577
Députés n’ayant pas répondu : 566/577

La lettre réponse de Nicolas Dupont-Aignan

Chère Madame,
Un certain nombre de concitoyens ont appelé mon attention sur le comportement et les choix politiques du Président Macron, qui pourraient justifier que soit lancée à son encontre une procédure de destitution en application de l’article 68 de la Constitution.
Vous connaissez mes prises de position, qu’il s’agisse des services publics, de la souveraineté nationale, de la protection de nos industries stratégiques … et vous savez que je n’ai ménagé aucune critique, lorsque le Gouvernement prenait des décisions de nature à brader nos richesses nationales et à nuire à l’intérêt général.
Pour autant, il s’agit de choix politiques qui relèvent de la compétence d’un Président élu au suffrage universel et qui ne sont pas caractéristiques de manquements aux devoirs de sa charge.
En revanche, en qualité de gaulliste je considère que le divorce entre Emmanuel Macron et le peuple français est tel, notamment en raison du matraquage fiscal qu’il impose aux classes populaires, qu’il serait bien inspiré de soumettre sa politique fiscale à référendum et, comme le Général de Gaulle, à quitter le pouvoir s’il est désavoué.
Sauf changement de cap inespéré, je doute qu’Emmanuel Macron puisse aller au terme de son quinquennat avec un tel record d’impopularité.
Veuillez agréer, Chère Madame, l’expression de mes sentiments distingués.
Nicolas DUPONT-AIGNAN

Publicités

2 réflexions sur “Asselineau, l’Article 68 réponse de NDA

  1. Je cite NDA dans sa réponse :

    « Vous connaissez mes prises de position, qu’il s’agisse des services publics, de la souveraineté nationale, de la protection de nos industries stratégiques … et vous savez que je n’ai ménagé aucune critique, lorsque le Gouvernement prenait des décisions de nature à brader nos richesses nationales et à nuire à l’intérêt général.
    Pour autant, il s’agit de choix politiques qui relèvent de la compétence d’un Président élu au suffrage universel et qui ne sont pas caractéristiques de manquements aux devoirs de sa charge. »

    Si je comprend bien cette réponse et positionnement de NDA, alors:

    Brader nos richesses nationales, nuire à l’intérêt national, trahir la souveraineté nationale, est un CHOIX politique d’un Président élu démocratiquement devant lequel NDA propose de se soumettre dans l’acceptation de la défaite du suffrage universel.
    Les masques tombent chez les pseudo-opposants

    J'aime

  2. Lors de l’élection présidentielle de 2017, il n’y avait que deux candidats issus de la French Ameican Foundation, Macron pressenti par Attali dès 2012, et… NDA qui a opportunément apporté ses voix à MLP pour augmenter l’effet répulsion des votants contre le FN…
    Tout est dit donc sur ses « convictions » souverainistes: du vent et rien d’autre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s