Editorial: nouvel ordre commercial=nouvel ordre financier=nouvel ordre monétaire= nouvel ordre du monde.

Quand on lui montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. 

j’essaie de vous montrer la lune.

Ce n’est pas la gueule de bois, mais presque.

Les marchés se sont enflammés sous la conduite des algos sur la pause dans la Trade War; laquelle n’est qu’une procastination douteuse.

La vraie question demeure: Trump est il sérieux en voulant un nouvel ordre commercial mondial et quel peut bien être cet ordre?

Trump a -t-il vraiment une doctrine, une ligne directrice, une vision hormis celle de croire comme Lightizer que les USA sont perdants dans l’ordre actuel, ce qui est faux.

En effet grace à l’ordre actuel les USA peuvent consommer et sur-consommer (voir Stephen Roach) au delà de leurs moyens sans épargner et ils peuvent enregistrer une profitabilité du capital supérieure à celle qui serait spontanément la leur si ils ne vivaient pas à crédit. Le crédit et les déficits permettent de donner du pouvoir dachat qui évite de hausser les salaires.

Il ne faut pas oublier que le système US est structurellement un système de déficit spending  donc de dépense à crédit et que c’est ce qui permet une profitabilité forte puisque l’on peut réaliser les chiffres d’affaires sans avoir à distribuer de revenus aux salariés. Le cout de production de  la demande est ainsi minoré.

Seconde question un nouvel ordre commercial mondial voulu par Trump aurait selon Mnuchin et Bolton pour objectif de réduire la fragilité/vulnérabilité financière des USA, c’est à dire de réduire les besoins d’endettement.  Comment cela est il possible? comment cela jouerait-il sur le système puisque les liquidités mondiales sont produites par les déficits américains. (Voir Triffin.)

On ne peut toucher à l’ordre commercial sans toucher à l’architecture financière car les flux sont nécessairement modifiés .

Mes reflexions, que je ne peux exposer ici me conduisent a penser que c’est le système ancien de BWII- recyclage des deficits, paradoxe du joueur de billes-  qui a produit une évaluation historiquement élevée des assets financiers et que la fin de BWII impliqera un retour à une valorisation beaucoup plus basse de tous les actifs financiers.

Cela signera pour moi, ou plutot signerait la fin de la financialisation!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s