Les dépêches vendredi 14 décembre; attention, les risques sont devant nous, pas derrière!

Tout le monde a les yeux braqués sur les taux. C’est normal dans la mesure ou l’actualité est dominée par les banques centrales, avec la Fed qui hésite à poursuivre sa politique de normalisation avec la BCE qui fait semblant de terminer ses QE tout en ne les terminant pas et en insistant sur le fait que tout est réversible. La fameuse optionalité qui n’est rien d’autre qu’un aveu d’échec : « nous n’avons rien guéri, nous sommes prêts à reprendre le traitement! « 
Synthétiquement on peut résumer de la façon suivante; les apprentis sorciers essaient de reprendre le contrôle des taux et de persuader les marchés qu’ils ont encore les armes de leur toute puissance.
Nous sommes dans une phase de bluff. L’espoir des régulateurs est que le réel va les aider, qu’il ne va pas se montrer, selon le mot à la mode « disruptif ».
l’intersection du monde magique des banquiers centraux et du réel, intersection de la sphère financière et de la sphère politico-économico-monétaire, c’est le risque, ou plus précisement le prix du risque. ce que l’on appelle en finance les spreads.
Les régulateurs contrôlent les taux sans risque , les taux courts et un peu moins les taux longs, mais ils ne controlent pas le prix du risque, c’est à dire les primes que les investisseurs exigent pour conserver des morceaux de papiers risqués, sinon vérolés.
Les primes de risque ont été comprimées, depuis 2009. Les investisseurs et épargnants ont en effet tenté de compenser la disparition des rémunérations sans risque en montant dans l’échelle des risques, la search for yield. Ainsi les primes de risque n’ont plus reflété les incertitudes mais la soif de rentabilité des investisseurs privés de rendement.
C’est la baisse des taux sans risque qui a fait chuter les primes de risque, les prix du risque, les spreads. Et plus les taux sans risque , surtout courts montent, plus il redevient attrayant de se mettre au parking et d’encaisser une rémunération de près de 3% sans risquer son capital. C’est ce qui se produit en ce moment.
C’est exactement ce qui se passe: ainsi les fonds spécialisés dans la recherche de rendement chez les émergents, ne remplissent pas leur mandat actuellement, ils trichent: ils cessent d’investir chez les émergents et placent les disponibilités dans des véhicules de type parking pour échapper au risque de perte en capital. Le risque ne vaut plus d’être couru. Ces fonds trichent avec leur mandat afin d’éviter les retraits .
C’est mathématique, les primes de  risque doivent monter même si les taux de base sans risque ne montent plus ; pourquoi? Tout simplement parce que si les taux de  base ne montent plus cela veut dire que la croissance ralentit et que la reflation c’est fini! Donc cela veut dire que les risques réels augmentent.
Les banquiers centraux idiots comme Draghi qui affirment que l’on traverse une période d’incertitude font sans le vouloir monter les primes  de risque et si la Fed stoppe sa normalisation  cela sera interprété à juste titre comme une remontée des risques réels. Arrêter la normalisation c’est reconnaître le risque de récession, c’est reconnaitre que l’on a échoué et donc c’est crédibiliser ceux qui disent: attention danger! 
En Europe il y a encore un risque supplémentaire . Qui va acheter les emprunts souverains européens quand la BCE va se retirer? les prix actuels ne sont pas des prix de marchés, ce sont des prix bidons, des prix faits à la main, subventionnés. Donc il y a une incertitude majeure sur le niveau d’équilibre des taux sans risque en Europe et  ceci va se traduire sur les spreads on va devenir très sélectif , croyez moi.
Que dire des banques européennes qui ont pour certaines de portefeuilles considérables de fonds d’état, surtout des fonds d’états les moins solides? On peut dire qu’elles ont du souci à se faire car les valeurs réelles d’inventaire vont chuter et les comptabilités vont devenir de plus en plus fausses.. et tout le monde le saura!


[Reuters] Asian shares jolted by weak Chinese data, growth risks

[BloombergQ] Stocks Drop With Yuan as China Economy Weakens: Markets Wrap

[Reuters] China says on track to hit 2018 GDP growth target, faces more uncertainties next year

[BloombergQ] China Debt Scrutinized More by Taiwan Banks Eyeing Trade War

[BloombergQ] U.S. Leveraged Loan Funds Lose Cash at Fastest Pace Ever

[BloombergQ] Bitcoin Sinks Nearer to $3,000 Level as December Losses Mount

[FT] Japan’s new year faces a painful reckoning for markets

[FT] Wall Street banks turn skittish on leveraged loans

[FT] Investors signal concerns with leveraged loans

[FT] Chinese elites reel from shock of Huawei arrest

[FT] Central banks assess next steps as ECB joins retreat from QE

[FT] Sydney’s house prices face a falling tide

[BloombergSub] Leveraged Loans Are Sinking, Even as Junk Bonds Find Support

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s