« ‘Gilets Jaunes’, week-end V: Le peuple en marche interdit par un ‘présidant’ ‘En Marche’! », billet d’humeur par Bruno Adrie

Bruno Adrie un peu moins discursif que moi, mais plus véhément!

In cauda venenum

Week-end V: les centres villes se ferment aux Gilets Jaunes. Le peuple en marche est immobilisé par un présidant « En Marche! », mais en sens inverse. Le peuple en colère veut crier mais se trouve bâillonné par le gueulant de meeting à poitrine creuse, époumonné, sans voix. Le peuple exige de le voir partir mais le présidant ne veut pas. Il se cramponne à son fauteuil, ficelé costard, reste agrippé à ses ors, refuse de quitter le palais. Il est si bien ici. Il y est si important. Son regard collé au décor, à en loucher presque, il voudrait que ça ne s’arrête jamais, présider à vie, adulé, palpé, benallé, quatorzejuillé. La fête en somme!
Mais souvenez-vous. Il était tellement sûr de lui, tellement certain d’être réélu en 2022 qu’il a fait son bravache. « Qu’ils viennent me chercher » qu’il leur a lancé aux gueux depuis l’intérieur de sa forteresse inexpugnable…

Voir l’article original 330 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s