Essai: joyeusement sur la route du chaos! Une seule certitude, l’avilissement monétaire est au bout du chemin.

Le monde est un tout, c’est un système dont les pièces  s’emboîtent comme dans puzzle.

Ce monde a buté en 2008 sur ses limites internes et depuis cette date ses mouvements s’analysent comme un combat.

D’un coté il y a ceux qui veulent que cela continue comme avant et ont bien l’intention de faire payer leurs propres erreurs aux plus faibles, ceux là sont les élites dominantes.

Et de l’autre coté il y a la masse , les classes moyennes qui ont pris conscience de leur régression.

Partout le combat est à l’oeuvre; aux USA, en Grande Bretagne, en Italie, en France.

Le mode d’apparaître de ce combat est à chaque fois original selon les  spécificités des peuples.

La forme est également originale avec des forces et des narratives  contradictoires;

Le vrai point commun à tous ces affrontements ce n’est ni les motifs invoqués, ni les formes de combat, le vrai point commun c’est le refus.

Ce sont des forces négatives, des forces de vie bouillonnantes.  Elles détruisent sans reconstruire, c’est la marche vers le chaos. C’est le tourbillon des crises, des simulacres.

On ne peut y échapper, c’est une étape nécessaire de la réadaptation.

Nous avons écrit en son temps, puis à plusieurs reprises que la fonction systémique de Trump était de destruction; Trump est l’homme du chaos.

L’ordre ancien ne veut pas mourir mais il dégénère en simulacre d’ordre tandis qu’ un ordre nouveau ne peut apparaître car les forces sociales qui sont derrière Trump sont contradictoires, antagoniques et émiettées. Il n’y a pas de forces sociales porteuses d’un projet positif.

Ce n’est pas la volonté d’un homme, d’un parti ou d’une classe qui guident les évènements, c’est l’affrontement de tout cela. La résultante est imprévisible tant les causes et effets s’enchevêtrent.

Et personne bien sur ne connaît l’issue, sauf les escrocs charlatans. qui font métier de prédire l’avenir aux dépens de ceux qui les écoutent. Les hommes politiques font partie de ces escrocs bien entendu.

Avec Trump, l’histoire accélère, elle dévale la pente. Elle se fracasse, elle fracasse son apparente rationalité. Washington est sidérée, les médias sans voix face à l’accumulation et à l’accélération du délitement.

Ce serait la même chose en Europe si les forces négatives incarnées dans  le RN ou les Insoumis prenaient le pouvoir! Leur fonction serait de liquider l’ordre ancien sans pouvoir en proposer un autre. Les divisions de corps sociaux ne sont pas les causes des choses, mais leur conséquences, tout part dans tous les sens.

Ce n’est que la politique d’avilissement de la monnaie de la BCE et les forces de police, médias compris qui permettent  de donner un semblant de cohérence à ce bordel. Les élites sont dépassées  et leurs chefs parent au plus pressé dans l’illégitimité la plus totale.

Il suffit de voir les demandes qui remontent des gilets jaunes, et les réponses qui leur sont apportées!  C’est tout et son contraire, recouverts d’une couche de mensonges  avec pour couronner le tout l’incohérence du  refus de remettre en cause l’appartenance européenne et à l’Eurozone. On choisit le chaos subi plutôt que la remise en ordre , la remise à plat maîtrisée.

Ce qui se libère, aux USA comme en Europe et en France ce sont les forces de décomposition, pas des forces de propositions. Le négatif, le dionysiaque prennent le dessus, les gens disent qu’ils veulent vivre, qu’ils ne veulent pas sombrer. mais leur révolte n’a pas de contenu.

L’avenir reste à inventer ou je dirais même mieux, il reste à constater tout simplement car il échappe à la pensée constructiviste. Il n’y a ni initié ni prophète: que des illusionnistes.

Nous sommes lancés dans une expérience, une expérience monétaire. elle a consisté à inflater les signes monétaires, les digits, à truquer les livres de compte,  de façon accélérée pendant 10ans pour retarder la crise déflationniste. On essaie de stopper l’inflationnisme sous la conduite des USA, mais deja les premiers craquements apparaissent; le ciment monétaire qui faisait tenir le tout ensemble, ce ciment se désagrège et les fissures apparaissent. Nous sommes persuadés que nos sociétés ne peuvent tenir debout sainement, il leur faut de la drogue, des artifices et cette drogues, ces artifices ce sont le monétaire et le budgétaire.

Les Allemands n’ont rien compris: les déficits ne sont ni de la comptabilité ni de la finance, non les déficits ce sont des combats sociaux qui sont reportés, niés, mais latents. les déficits c’est de la sociologie et de la politique. Du sang et des larmes. Un gap financier est un gap social.

Bientot la dérive monétaire reviendra d’actualité, elle sera nécessaire pour financer les déficits accrus qui s’ouvrent béants un peu partout.

Les déficits donnent le mesure des déficits sociaux qui caractérisent nos sociétés, on fait des déficits pour créer un pont artificiel entre les classes sociales , entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas, entre ceux qui profitent et ceux qui produisent, entre ceux qui consomment et ceux qui investissent, entre ceux qui sont planqués et ceux qui sont au front.  etc etc: les déficits sont la mesure des failles de nos sociétés et ils vont se creuser , s’élargir, se multiplier .

Et c’est la raison pour laquelle il faudra les financer, les couvrir, les masquer par la fausse monnaie.

J’oubliais, la fausse monnaie et le recours à la violence d’état.

L’avenir c’est la police. Avant j’avais coutume de dire, pendant les Trente Glorieuses  que le meilleur placement c’etait d’acquérir un smicard, maintenant , c’est un CRS.

Publicités

3 réflexions sur “Essai: joyeusement sur la route du chaos! Une seule certitude, l’avilissement monétaire est au bout du chemin.

  1. Winds of World War III by Larry Edelson
    Extrait:

    « You might think, “Hey, when civilizations like the Byzantines and Romans ran
    out of money, their leaders might have turned against their own people. But that
    couldn’t happen in a modern democracy.” But as I have shown you, it already has in Europe.
    Just watch the news and see militarized police using batons, water cannons
    and tear gas against their fellow citizens. And let me review for you the sequence
    of events that has repeated itself throughout history.
    Event #1: A government gets into serious debt. It starts to devalue its currency
    but finds that even that can’t inflate away all the debt. Then …
    Event #2: It taxes its population into poverty.
    Event #3: It spies on its own people and restricts their freedom to speak their
    mind and assemble in groups.
    Event #4: In anticipation of popular protests, it militarizes its police force.
    Event #5: It deploys that militarized force, in its own streets, to try to crush all
    resistance. »

    J'aime

  2. Sous nos yeux la dialectique des forces productives en mouvement.La grande leçon nous est donnée par l’Histoire et surtout ses dessous..
    Baisse du taux de profit, saturation des marchés, débauche de crédit post 1971 pour prolonger l’aventure, et maintenant ?
    IL faudrait refaire un tour de manège comme avant sauf que le mur de la dette pose les limites..
    La grande illusion que nous pourrions vivre dans un renouveau » genre post 68″ fait rage parmi nous, parmi tous ceux qui veulent (légitimement pour la plupart) une part plus importante du gâteau. Mais réfléchissez, l’histoire ne repasse pas les plats, tout au plus elle bégaie!
    Nous pourrons croquer à nouveau la pomme mais avant il faudra un grand sacrifice…n’oubliez pas que ça les connait , nos élites, les sacrifices!!…
    Joyeux noël

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s