Mes derniers tweets en guise d’épilogue de l’Acte 8, sur la pente. Pessimisme intégral. Complété.

Mes derniers tweets.

Ces tweets partent de l’idée que le peuple ne veut pas prendre conscience du fait qu’il a tous les pouvoirs, c’est lui qui détient la force, la clef de la cage de verre dans laquelle il est enfermé.

Le peuple accepte en fait de jouer à l’intérieur de la bulle soufflée pour lui par les apparentes élites.

Les épisodes actuels me confirment ma position de fond, seul le Réel et son évolution produisent les forces de changement, la volonté des hommes est un discours, un narrative qui se plaquent, pour alimenter la jouissance de la servitude, sur un réel qui échappe à presque tous .

Y compris je le précise Macron et sa clique. N’oubliez jamais que le degré de liberté de ces zozos est zéro, zéro pointé.

Il est triste de constater à quel point les hommes, les vrais ceux qui existent , qui ont des responsabilités sont le jouet des évènements, ils ne sont  pas acteurs, ils sont figurants, « passeurs » comme dans « passif ».

Les hommes se sont fait dominer, maîtriser, par le système, ils ne sont que tenants lieux. Le système a produit les sujets qui lui convenaient pour son maintien et sa reproduction. Des sujets aliénés, privés du sens et du choix de leur vie, étrangers à eux même incapable de comprendre le monde dans lequel ils vivent.

Prolétarisés de leur propre vie, laquelle est agie ailleurs.

La meilleure description de la situation reste l’image du chien crevé au fil de l’eau. Et ce qui fait le fil de l’eau , tout le monde l’ignore, mais c’est elle qui commande, c’est la pente.

Nous sommes sortis du Pacte Social il y a  30 ou 40 ans quand le capitalisme ayant constaté sa difficulté à maintenir la croissance et la profitabilité du capital , a muté. Il a muté en une variante financière, une perversion,  qui tout en fournissant une solution temporaire constituait un poison.

On a eu la solution temporaire jusqu’en 2008 et maintenant nous avons le poison.

Pour survivre et dépasser les contradictions inhérentes à ce mode de production fondé sur l’accumulation,  le capitalisme a du hypothéquer l’avenir c’est à dire se reproduire à crédit. On a appelé cela le-néo libéralisme pour le masquer. Le crédit enflant,  les dettes sont devenues de plus en plus en plus lourdes, un véritable boulet.

Au lieu de réfléchir et de traiter le problème, le capitalisme dans  sa version la plus rude a choisi de stopper les frais de la social-démocratie, c’est dire qu’il a cessé de vouloir acheter la paix sociale avec les prestations et la répartition, il a cassé l’ascenseur social, d’ailleurs il n’en avait plus les moyens. On ne peut honorer les dettes, satisfaire les demandes de profit des marchés , reverser les gains de productivité aux salariés, venir en aide aux laissés pour compte tout en même temps. Non il faut choisir et personne n’a choisi, c’est le système dans son inconscient, dans sa logique,  qui a choist, il a choisi de sacrifier l’humain et de nourrir la  bête, c’est à dire d’éxiger toujours plus au profit de l’accumulation, au profit du fétiche qui fait vivre l’accumulation : le profit.

Pire le profit monétaire et financier. Allant jusqu’à en fabriquer du faux avec l’aide des banquiers centraux!

Et c’est ainsi que le Pacte Social d’après-guerre a été rompu.

La financialisation  a été le moyen de le rompre, en introduisant dans le système un critère de profit maximum exacerbé et en même temps la liberté de crculation des capitaiux. La liberté de circulation des capitaux  permettant l’extension totale de la contrainte de profit par le biais de la concurrence pour le profit. On comprend bien sur mieux la croissance vertigineuse des inégalités avec notre explication.

Un critère de maximisation imposé par des financiers de plus en plus puissants masqués par des marchés   encore plus puissants , anonymes, opaques, inconscients de la conséquence de leurs exigences; ils allaient rendre le capitalisme dans sa nouvelle version illégitime car surexploiteur, sans coeur, sans morale sans souci de l’homme.

Un capitalisme de destruction habillé du costume de la modernité et de la technologie. Bref deguisé par une idéologie mystifiante.

C’est ainsi que le poison dont je parlais  en début de texte s’est diffusé. Une drogue qui se repand dans les veines du tissus social et qui crée dépendance, peur, angoisse de manquer. Une drogue de « l’avoir » parce qu’au passage on a détruit tout ce qui faisait sens , tout ce qui faisait « être ».

Ce qui se passe en France ce n’est pas la prise de conscience de tout cela!  Non c’est la réaction spontanée, non élaborée, non réfléchie des victimes qui,  privées de la drogue ressentent, souffrent du manque.

Mes derniers tweets.

  1. Je cloture sur ce sujet; les masses ne savent plus faire la difference entre l’imaginaire, le symbolique et le réel, elles jouent, elles subliment, se passent un film qui au lieu de modifier leur condition les enferment. Derrière les qq héros, c’est la résignation, la passivité

  2. La révolte est surtout verbale, symbolique pour ne pas dire imaginaire. Qui veut vraiment le résultat? Qui est d’accord pour en payer le prix? Tres peu de gens, même si il y a de vrais heros, de vrais saints. On veut tout, comme les enfants. désolé mais c’est ainsi.

  3. La révolte, le changement, tout cela est très difficile non seulement il faut du courage mais il faut de la clairvoyance, il faut penser juste. Il faut cesser de flagorner et de flatter le peuple, dans la foule on n’entend que des conneries. Seule la vérité est efficace.

  4. Ce fut la même incoherence avec la boucherie de la guerre, les soldats français ont été victimes non des allemands mais de leurs genéraux imbéciles et de leur classe politique veule mais ils ont accepté les mythes d’après guerre qui ont exonéré ces criminels.

  5. Le peuple dans sa masse n’est victime que de lui même et de son incohérence, il veut une chose et son contraire. Regardez la manière dont il veut continuer à croire en sa police alors qu’elle le gaze, le matraque, le tabasse honteusement et tout est ainsi!

  6. Si chaque fois que Macron baisse votre pouvoir d’achat vous vous adaptez vraiment, alors dans 6 mois il est parti car vous faites chuter le GDP, exploser les dettes et s’effondrer la Bourse . Mais vous préferez insulter les milliardaires et les engraisser en même temps.

  7. Il n’y a pas de domination sans l’accord des dominés. Mais chut il ne faut pas que cela se sache.

  8. Les Russes et Chinois se plaignent du dollar imperial, mais ils continuent de l’utiliser; vous vous plaignez des médias d’état impériaux mais vous continuez de les laisser vous abreuver de mensonges, de propagande! Réflechissez on peut s’informer autrement!

  9. L’une des choses qui frappe, c’est le fait que tout est filmé, pris en photos. La police l’a évidemment remarqué. alors comment se fait il qu’elle multiplie les brutalités scandaleuses sachant qu’elles sont enregistrées? Une seule réponse: on leur a garanti l’impunité.

Publicités

15 réflexions sur “Mes derniers tweets en guise d’épilogue de l’Acte 8, sur la pente. Pessimisme intégral. Complété.

  1. Si chaque fois que Macron baisse votre pouvoir d’achat vous vous adaptez vraiment, alors dans 6 mois il est parti car vous faites chuter le GDP, exploser les dettes et s’effondrer la Bourse .

    Très vrai…

    J'aime

  2. Dans la derniere manifestation a paris, beaucoup de gj envisageaient de stopper la consommation. Et laplupart sont deja dans le reel, ils ne se chauffent pas et ne mangent pas a tous les repas,ils ne peuvent s adapter plus.

    J'aime

      1. Les petits bourgeois ont toujours le cul entre deux chaises. Ils ne voient pas
        que le prochain tour de vis leur ôtera leur petit confort. Le peuple l’a compris
        puisqu’il n’a déjà quasiment plus rien. Comme les kapos n’ont pas l’intelligence
        d’un Pompidou, et que dans la logique du système ils n’ont plus de marge de
        manœuvre, la situation est bloquée.
        D’où l’opiniâtreté des gilets jaunes d’un côté, la montée de la violence d’Etat
        de l’autre comme ultime recours, faire peur, effrayer les froussards dont
        certains commencent à comprendre, mais restent dans leurs pantoufles.
        L’intrusion dans le Ministère suivie d’un repli rapide marque par ailleurs
        une belle intelligence des jaunes, « si on veut, on peut ». La tension monte,
        la situation est comme on dit « intéressante », car les jaunes ne se contenteront
        pas de miettes, qu’on s’obstine d’ailleurs à leur refuser, autour des ronds-points ils veulent « être », ensemble, pas seulement « avoir » des queues de cerises.
        Le cœur de la Nation est là, chez les « gaulois réfractaires », on ne peut
        décemment l’accuser de « passivité », c’est là un abandon d’intellectuels,
        qui du point de vue efficacité sont à peu près aussi présents que les CPF…
        Y aura-t-il une seule personne pour (tenter de)faire prendre la mayonnaise ?

        J'aime

  3. Oui rien nest simple, tweeter est un acteur qui ne paye pas dimpot, google idem, mais ne plus se servir de ces services, cest renonce a la circulation de l information. La prise de conscience est en court, pour ma part, je fais confiance… Et ne suis pas deprimee, la manif d hier a paris etait galvanisante.

    J'aime

  4. Toute poussée populiste, et notamment celle des GJ (Gilets-Jaunes) se définit nécessairement en termes d’affrontement contre le Système.
    Et les GJ ont du mal à formuler leurs revendications parce que ces revendications remettent totalement en cause ce Système pour en conclure à l’impossibilité absolue de sa réforme. De ce point de vue et compte tenu des moyens disponibles, des arguments débattus, le mouvement des GJ, comme le populisme lui-même, ne peut être ni satisfait, ni apaisé, ni étouffé. Il s’agit de facto d’une lutte à mort.

    J'aime

  5. M. Bertez, j’aimerais connaître votre opinion sur l’ évolution et le traitement de la crise grecque. En effet, les mêmes causes produisant les mêmes effets, je pense que les Français ( les Italiens, les Espagnols, ect…) devraient être attentifs à ce qu’il s’est passé, et se passe toujours en Grèce, car ce peut être notre avenir…
    Bonne année (quand même ) à tous !

    J'aime

  6. Bonjour M. Bertez
    Ce que vous énoncez a été formalisé par Platon dans son allégorie de la caverne; caverne par ailleurs apparentée, en sens, à la grotte du prophète Elie.
    Et comme l’histoire nous l’enseigne, sortir du lieu du crâne – Golgotha en hébreu- peut être assez pénible….Il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus car il faut, pour avoir une chance de réussir, prendre un chemin épineux et rocailleux, pas le télé siège!

    Cordialement.

    J'aime

  7. « Ce fut la même incoherence avec la boucherie de la guerre, les soldats français ont été victimes non des allemands mais de leurs genéraux imbéciles et de leur classe politique veule mais ils ont accepté les mythes d’après guerre qui ont exonéré ces criminels. »
    Tout cela est tellement exact que c’en est à pleurer !
    L’histoire se répète sur un terrain différent, et c’est à chaque fois le peuple qui paie les factures.
    Il nous faut plus de boxeurs !!!!:-)

    J'aime

  8. L’autre jour, 90% de nos amis étaient contre les gilets jaunes…
    Rien compris à ce qu’est le peuple de France.
    Rien vu de la souffrance sociale.
    Rien compris à leurs intérêts bourgeois, forcément liés.
    Rien compris à la politique menée par Macron.
    Rien compris aux enjeux sous-jacents.
    Le pouvoir gagne par la division.
    Alors qu’il devrait unir.
    Et si on manque ça, nous allons TOUS perdre !
    Nous sommes les témoins d’une nouvelle défaite.
    La GRANDE DEFAITE DES FRANCAIS est en route.

    J'aime

    1. je fais partie de ceux qui ont mais qui sont Gilets jaunes, nous ne sommes rien si nous sommes désunis, nous ne sommes rien si les autres ne peuvent même plus survivre, nous ne sommes rien si la masse se dérobe sous nos pieds entraînée dans la misère , nous sommes ils sont le peuple, nous sommes tous la classe moyenne qu’ils se foutent de détruire….No futur

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s