Réponse d’un lecteur: à côté des GJ ces gens n’ont rien dans le pantalon!

Pierre:

« Trouver des modes d’action directe adaptés » on ne saurait mieux dire.

Les directions syndicales et les élus « jaunes » éventuels sont achetés.

Les GJ ont un gros déficit de stratégie, mais leur obstination est remarquable.

La baisse progressive de soutien semble inévitable dans les classes moyennes
faute d’offre politique réellement alternative, (tout le monde joue dans la
même cour depuis 40 ans), elles ne voient pas que le rouleau compresseur
du capitalisme financier, des ordonnances de Bruxelles (le détail des textes est
parfois effrayant), des abandons de souveraineté, va les aplatir inexorablement.

Leur manque de connaissance du passé leur cache le présent, leur bouche l’avenir.

Dans les deux sens du terme, elles n’ont pas de perspective, ne saisissent pas
de quoi les GJ sont le profond symptôme.

Quant à ceux qui ont fait l’effort d’analyser la question sérieusement et
objectivement, ils n’ont aucun soutien médiatique. C’est là qu’on touche
les insuffisances d’internet, qui peut renseigner, mais non enseigner
l’interprétation des données, en l’absence, de plus en plus catastrophique,
d’éducation personnelle.

Ce qui fait qu’Internet se révèle peu incitatif,
raison pour laquelle il est encore un peu libre, pour l’instant.

Je ne sais pas, dans la situation du pays, où l’on peut voir des « partis
d’opposition », comment on peut prendre encore au sérieux la comédie de
la « dette », croire que l’UE veut dire quelque chose (union de qui, de quoi,
sinon des oligarques?), accepter que les plus grands groupes ne payent
pas d’impôts, que la santé publique soit au bord de l’effondrement, et
pourquoi ce que la France compte de sommités dans tous les domaines,
tirant les sonnettes d’alarme, n’est pas dans la rue en jaune face à un pouvoir
perclus de tous les vices: à côté des GJ ces gens n’ont rien dans le pantalon!

Ils n’ont donc rien dans la tête non plus hors de leur spécialité, incapables
d’élaborer la parade à la menace de grande ampleur qui commence à être
mise à exécution désormais sans fard, l’asservissement général.

« Sortie de crise »? C’est de l’humour noir! On assiste à un empilement
précipité de mesures à double fond pour la renforcer au profit de l’hyper-classe:
amuser/effrayer la galerie en provocant les pauvres pendant qu’on avance au pas
de charge en profitant de l’effondrement des partis.

Les temps sont durs? Pas encore assez sans doute pour beaucoup de monde.
Les GJ n’ont pour solution que de passer à la vitesse supérieure, à l’intelligence
supérieure, aux actions ciblées imprévisibles, aux dénonciations claires.

Harasser le pouvoir. Il y a assez de nuls au gouvernement pour le pousser
à la faute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s